Actualités

Deux mamans toutes-puissantes

Roses des sables

Le 10 octobre 2018, Vanessa Ainslie et Isabelle Bresse embarqueront à bord de leur quad biplace pour se diriger vers le désert du Sahara et le Maroc. L’équipe des Mighty Moms débutera alors un périple de 6000 km étalés sur une dizaine de jours.

Le Trophée Roses des sables tire son origine des traditionnels rallye-raid africains. Il en diffère toutefois en étant 100 % féminin, écocitoyen et en misant sur les capacités d’orientation des participantes plutôt que leur vitesse. L’édition à laquelle prendront part les Mighty Moms sera la 18e.

Bon an, mal an, une moyenne de 3 à 4 équipes de l’Estrie prennent part à la compétition amicale. Une édition peut réunir jusqu’à 600 participantes, celles-ci provenant principalement de la francophonie. L’événement amasse des dons matériels et en argent pour des organismes français et québécois.

Un premier voyage
Après avoir traversé l’Atlantique, Vanessa Ainslie et Isabelle Bresse se rendront à Biarritz, en France, d’où sera donné le coup de départ. Elles traverseront ensuite l’Espagne du nord au sud en un temps de 12 à 16 h avant d’enjamber le détroit de Gibraltar et de se retrouver sur le continent africain. C’est à ce moment que les Mighty Moms useront de leurs super pouvoirs afin de s’orienter dans le désert marocain le long de six étapes entrecoupées de nuits passées dans des bivouacs.

Malgré les épreuves qui les attendent, aucune des deux membres de l’équipe n’a déjà voyagé, ni même pris l’avion ! « On ne fait pas les choses à moitié ! », de dire Isabelle Bresse. Les deux anciennes collègues de travail caressaient déjà le rêve de prendre part au rallye depuis quelques années. Les enfants étant maintenant plus âgés, elles en ont rediscuté pour réaliser que 2018 serait le bon moment.

Il faut un minimum d’organisation et de fonds pour participer au Trophée Roses des sables. L’objectif des filles est d’amasser 25 000 $. Les frais d’inscription s’élèvent à 11 000 $ par participante et ne comprennent pas la location du véhicule de rallye une fois en France.

Pour parvenir à leurs fins, les membres de l’équipe 508 organisent plusieurs activités de financement. Elles ont entre autres participé aux festivités de la Saint-Jean-Baptiste ainsi qu’à l’exposition de voitures anciennes de Cookshire-Eaton où elles procédaient à la cueillette de canettes. Elles en sont à organiser une soirée avec les danseurs de charme Canadian Men, prévue pour le 28 avril 2018. La vente de chocolat maison et d’articles d’hiver (foulards, tuques) est également envisagée. Les Mighty Moms sont en recherche active de commanditaires, qui souhaiteraient par exemple afficher leurs logos sur les casques, les chandails ou le véhicule des filles. Ceux-ci peuvent également faire des dons sous forme matérielle qui iront aux populations locales croisées le long du trajet. Scies à chaîne Claude Carrier a déjà confirmé son implication dans le projet à titre de partenaire.

« Se promouvoir, organiser des activités de financement, surmonter des défis, c’est un dépassement de soi à tous les niveaux. Ça va nous apporter un bagage et on va en sortir grandies. Le rallye final, c’est le bonbon », témoigne Vanessa Ainslie. La préparation au défi semble avoir allumé une étincelle pour l’adjointe administrative chez Pro Pieux Fondations à Ascot Corner. « Après Roses des sables, j’aimerais probablement participer au Trophée Roses des Andes, en Amérique du Sud, mais on a parlé avec d’anciennes participantes à Roses des sables et elles nous ont dit que, après le rallye, on voudrait tout d’abord décanter », nuance-t-elle.

Une amitié à toute épreuve
Les filles ont dû déterminer leur rôle en s’inscrivant à l’épreuve. Vanessa Ainslie sera la conductrice, alors qu’Isabelle Bresse sera la copilote responsable du roadbook. « On s’est connues au travail il y a sept ans et ça a tout de suite cliqué », se remémore Mme Bresse. Mme Ainslie renchérit: « On est toutes les deux intrépides. Je pense qu’on se complète bien parce qu’on ne sera pas down aux mêmes moments. On va se crinquer l’une et l’autre. Malgré les épreuves qu’on a pu vivre chacune dans nos vies, on est demeurées proches. On a deux caractères forts, mais on ne s’est jamais chicanées ! Des fois, on n’a même pas besoin de parler pour se comprendre. »

Les deux coéquipières ont fait le choix du SSV (side-by-side vehicle) comme véhicule de rallye. « On avait aussi le choix entre un 4×4, mais on s’est dit que le SSV serait moins difficile, moins lourd si on restait prises dans le sable », explique Isabelle Bresse. « Au pire, on s’est dit que ça devait ressembler à la conduite en hiver qu’on a ici ! », termine Vanessa Ainslie en riant.

Article précédentArticle suivant
©2020 Journal Le Haut-Saint-François