Actualités

De petits ateliers qui deviendront grands

Les Ateliers Petits comiques, fondés par Célia Gaudreau, élargissent leur offre de service en humour cet hiver auprès des jeunes et, pour la toute première fois, des adultes. La native de Scotstown visitera régulièrement trois écoles du Haut-Saint-François d’ici mai prochain en plus d’offrir des sessions hebdomadaires destinées aux adultes au Centre culturel de East Angus.

Les Ateliers Petits comiques sont déjà offerts depuis plus d’un an auprès des enfants et adolescents. Suite à l’obtention d’un appui financier de la part du ministère de la Culture et des Communications, quatre établissements de la Commission scolaire des Hauts-Cantons bénéficieront de ceux-ci pour la première partie de 2019. Au niveau primaire, on retrouve les écoles du Parchemin à East Angus et Saint-Paul à Scotstown en plus des polyvalentes Louis-Saint-Laurent, à East Angus et Montignac, à Lac-Mégantic.

« Je peux offrir des ateliers pour l’année gratuitement », se réjouit Célia Gaudreau. « Avec la subvention, je permets aux écoles d’avoir une initiation. » La formation se concentre surtout sur le jeu créatif et scénique pour les plus jeunes, alors que les adolescents du secondaire abordent l’art du stand-up comique.
Celle qui est également récréologue espère que son acceptation au programme gouvernemental La Culture à l’école lui ouvrira d’autres portes. « Je trouve tellement que c’est un beau projet. C’est une autre façon d’apprendre. Chaque fois que je vais dans une école, les élèves et les profs tripent. »

Mme Gaudreau tentera également une incursion dans le monde de la pédagogie adulte en offrant une série de dix ateliers hebdomadaires au Centre culturel de East Angus. Ceux-ci débutent ce jeudi 24 janvier pour s’échelonner jusqu’au 28 mars.

« Ce que je veux faire avec les adultes, c’est vraiment d’aller dans un univers où on se laisse aller, où on lâche notre fou à travers l’humour », relate l’animatrice. Tous les détails se retrouvent sur la page Facebook des Ateliers Petits comiques.

Article précédentArticle suivant
©2019 Journal Le Haut-Saint-François