Actualités

Jacqueline Bégin Livernoche n’est plus : Mais ses souvenirs demeurent bien vivants

Jacqueline Bégin

Feu Mme Jacqueline Bégin Livernoche.

C’est dans une ambiance assez solennelle que s’est tenu le lancement du livre de feu Mme Jacqueline Bégin Livernoche, résidente de Weedon et aimée de tous. C’est à l’âge vénérable de 81 ans que l’écrivaine a décidé de mettre fin à sa souffrance par le biais de l’aide médicale à mourir.
Au cours des années 2000, Mme Bégin Livernoche participa activement à l’atelier d’écriture J’écris ma vie de la Société d’histoire de Weedon. Les aléas de la vie l’amèneront à mettre de côté ce projet. Quelque 20 années plus tard, son mari tombe sur des boîtes remplies des textes de l’auteure et ensemble, ils décident de le remettre sur les rails. Mme Bégin Livernoche donne carte blanche à son mari pour la correction et assembler les textes en quelque chose de cohérent.
Claude-Gilles Gagné, impliqué dans le journal local L’Éveil du Citoyen et dans la Société d’histoire de Weedon, se voit mandater la correction du manuscrit. Tout au long de la correction, M. Gagné et Mme Bégin Livernoche ont échangé à plusieurs reprises. L’auteure voulait suivre l’évolution de son projet étape par étape.
Au début de janvier 2022, Jacqueline Bégin Livernoche fait la demande d’aide à mourir. Dès la mi-janvier de cette même année, elle l’obtient.
Évidemment, M. Gagné fait tout son possible pour accélérer la cadence et être en mesure de faire lire le produit final à l’auteure. Malheureusement, cette dernière contracta la COVID et ne put recevoir l’homme chez elle. Finalement, Mme Bégin Livernoche n’aura pas eu le temps de voir le produit final, mais aura pu lire l’entièreté du manuscrit corrigé.
Dans cette autobiogra-
phie, Mme  Jacqueline Bégin Livernoche nous livre deux grandes parties de sa vie. Tout d’abord, sa jeunesse, ses amours et ses enfants ainsi que sa terrible maladie.

Article précédentArticle suivant
©2023 Journal Le Haut-Saint-François