Actualités

Ouverture de lits de surcapacité dans les CHSLD de l’est du territoire

actualite

Le CIUSSS de l’Estrie – CHUS procède à l’ouverture de 32 lits de surcapacité dans neuf centres d’hébergement et de soins de longue durée dans la zone est de son territoire. Pour le Haut-Saint-François, cela signifie que 8 places dont 4 au Centre d’hébergement de Weedon et autant au Centre multiservices de santé et de services sociaux d’East Angus seront graduellement ouvertes selon les besoins.

L’initiative en cours, depuis le 9 novembre dernier, vise à répondre à la hausse de la demande d’hébergement, d’indiquer la direction du programme de soutien à l’autonomie des personnes âgées (DPSAPA). « Nous en sommes venus à cette décision en raison du nombre d’usagers en attente d’hébergement dans les lits de courte durée de Sherbrooke. Cette ouverture de lits de surcapacité permettra à des personnes âgées de libérer des lits à l’hôpital et d’être admises en centre d’hébergement où les soins et services sont mieux adaptés à leurs besoins », d’exprimer Sylvie Quenneville, directrice adjointe à la DPSAPA.

L’admission, précise-t-on, se fera de façon graduelle. « Nous vous assurons que cela sera fait dans le respect de chacun et que cette mesure se veut transitoire, mais pour une période indéterminée en fonction de l’évolution de la situation », ajoute Caroline Gadoury, coordonnatrice des services en milieu d’hébergement pour l’est du territoire à la DPSAPA. La main-d’œuvre sera ajustée dans les équipes en fonction des besoins, précise-t-on. « En distribuant les lits de surcapacité dans plusieurs CHSLD, nous atténuons la pression sur les équipes », de mentionner Mme Quenneville. On précise qu’il s’agit d’une décision de gestion visant à respecter la capacité des équipes de chaque installation à accueillir de nouveaux usagers tout en répondant à la hausse des besoins de la population. Dans le contexte actuel, la direction dit assurer une gestion responsable et sera très vigilante sur la santé des équipes, assure-t-elle. « Nous analyserons l’évolution de la situation et informerons les partenaires syndicaux, notamment des mesures prises pour éviter les heures supplémentaires obligatoires et l’épuisement de notre personnel. Pour traverser cette hausse de la demande d’hébergement, nous avons besoin que nos équipes soient mobilisées et en santé », de conclure Mme Quenneville.

Article précédentArticle suivant
©2018 Journal Le Haut-Saint-François