Taxes Angus

Gel de taxes à East Angus

Malgré un budget à la hausse de 4,07 %, les contribuables d’East Angus en sont quittes pour un gel de taxes alors que les commerçants connaîtront une diminution de leur fardeau fiscal pour l’année 2017.
Ce tour de force est attribuable à la nouvelle entrée d’argent notamment quelque 200 000 $ provenant du nouveau Centre multiservices de santé et de services sociaux. Le budget de fonctionnement passe donc de 5 703 387 $ en 2016 à 5 935 726 $ pour l’année en cours. De cette majoration, quelque 94 000 $ seront consacrés à l’administration générale en incluant l’embauche de deux journaliers. Une portion de 62 000 $ ira au développement tandis que 50 000 $ seront dirigés vers le transport. Par ailleurs, le maire Roy mentionne qu’une provision d’un peu plus de 50 000 $ est mise de côté afin de compenser la perte éventuelle de revenus de taxes à partir du moment où Cascades déciderait de démolir l’usine. « Les gens n’auront pas à s’inquiéter de l’effet sur leurs taxes », d’exprimer le maire sortant.
Taxation
Les autres taxes de services demeurent stables. Lors de la présentation du budget, le maire Roy soulignait l’importance de diminuer de 0,10 $ du 100 $ le taux de taxation pour les non résidentiels notamment les commerçants. « On veut leur donner de l’oxygène. On veut concurrencer les commerces dans la grande région. L’objectif est d’attirer de nouveaux commerces », de préciser celui qui a remis sa démission au terme de la présentation des prévisions budgétaires.
Outre les chiffres, le maire a présenté les orientations du conseil municipal pour la nouvelle année. Il s’agit d’obtenir une desserte médicale à East Angus, de maintenir la qualité des services au meilleur coût possible et d’assurer l’entretien et la mise à niveau des infrastructures municipales afin qu’elles continuent à appuyer le développement économique et urbain. Poursuivre les efforts de développements durables, appuyer le développement de l’aéroport, réviser le plan d’urbanisme, faire une réflexion sur le développement de la rive sud et changer les lumières de rue au DEL, ce qui se traduirait par une économie à long terme, s’inscrivent également parmi les projets. On y retrouve également l’intention d’optimiser les revenus de la station d’épuration, changer la conduite d’eau potable sous le pont Taschereau et implanter la collecte des matières putrescibles.
Immobilisations
Comme c’est inscrit dans la loi, la municipalité est tenue de présenter un programme triennal d’immobilisations. Sa réalisation, d’exprimer le maire, dépendra de l’aide gouvernementale autant au fédéral qu’au provincial. Parmi les plus coûteuses, il y est inscrit pour 2019 la réfection de la rue Saint-Jean Est et Ouest au coût de 3 M$. La réfection du système de réfrigération de l’aréna figure sur la liste des projets pour 2018 avec un investissement de 1 M$ suivi de travaux d’aqueduc, soit la conduite principale évaluée à 800 000 $. Pour 2017, il est prévu du pavage comme pour les autres années, l’aqueduc sous le pont Taschereau au coût de 200 000 $ et les lumières de rue pour 350 000 $.
Satisfait du dernier budget, le maire se défend bien qu’il soit de nature électoraliste en cette dernière année d’un mandat de quatre ans. « Il s’agit d’un budget juste. On avait des montants qu’on pouvait faire bénéficier au monde. On donne de l’air aux contribuables. »
Au terme de la présentation, le maire sortant a remercié les quelques contribuables dans la salle ainsi que les membres du personnel présents pour l’occasion. « Merci de m’avoir élu et d’avoir élu de bons conseillers. Je remercie la population de la confiance et du respect envers moi. »

Rachel

HOME CHILD

Roughly a century ago, more than 100,000 “home children” were sent from the British Isles to Canada, including some 7,000 who were sent to the Eastern Townships to work on farms. One was George A. Brewer, who was placed at the Coates Farm in Bulwer in 1913. The wooden box that held his entire belongings is now at the Eaton Corner Museum, says its president, Sharon Moore. Another was William George Pinchin, also placed on a farm in Bulwer. Both Brewer and Pinchin were World War II veterans.
This Saturday, you can catch a new play by Laura Teasdale that dramatizes the story of one home child and the Townships family that receives her. It’s called “Home Child,” and it’s on Saturday, January 14, at 7 p.m., in the Bandeen Hall at Bishop’s University. Tickets purchased in advance or by Townshippers’ Association members are $15 each; others are $20 each. Info: Townshippers.org/HC or call 819-566-5717.
VIACTIVE ALIVE
The bilingual Viactive exercise groups for people age 50-plus are reactivating. All four groups meet every Wednesday, are volunteer-led, and are free of charge.
In Bury and Sawyerville, the sessions begin January 11. Doris Eryou welcomes you at 10 a.m., at the Armoury Community Centre, 563 Main St., Bury. Info: 819-238-8541. And Denise Nault and Gérard Nault invite you to the Sawyerville Community Centre, 6 Church Street, at 10 to 11 a.m. Info: 819-889-2630.
In Cookshire and Newport, the sessions start January 18. Serena Wintle and Lyne Maisonneuve lead the Cookshire group from 9:45 to 10:45 a.m. at the Manoir de l’Eau vive, 210 Principale East. Info: 819-875-5210. And Ruth Shipman and Christiane Côté facilitate the Viactive group at the Municipal Hall, 1452 Route 212, in Island Brook, from 1:30 to 2:30 p.m. Info: 819-889-1340 or 819-560-8565.
CAREGIVERS ALIVE
What are caregivers’ rights? Are they being violated? Does being a caregiver mean giving up your human rights? The Caregiver Network is offering a webinar on this provocative topic, led by Nancy Guberman, researcher, and Lucy Barylak, caregiver expert and professor at McGill University. They will talk about their research and tell why they believe caregivers’ basic Charter rights are not being respected.
The webinar is on Wednesday, January 18, from 4 to 5 p.m. It’s free and is in English, but you must register first at https://thecaregivernetwork.ca/event/violating-human-rights-family-caregivers/.
On Thursday, January 26, from 3 to 4 p.m., is another Caregiver Network webinar. Maureen Grant will talk about “Things to know on the caregiver journey.” You can also register for it online at thecaregivernetwork.ca.
RAMANA ALIVE
An Open House event is planned for Saturday, January 21, at the Complexe hôtelier Ramana, 18 Principale N., Sawyerville. From 1 to 4 p.m., a “Bridge 4 Health” program will offer presentations and 15 exhibits on the theme of healthy and happy living. Visitors can help create a collective mandala, and can also sign up at the Bistro counter for a sleigh ride ($5 per person, four departure times).
Next, from 4 to 7 p.m., is Happy Hour at the Bistro, and supper in the dining room. Supper is a “six flavours” meal with dishes from around the world, for $15 per person.
Then at 7 p.m. is a presentation with participant movement by Miljenka Kurtin. She is a visual artist, yoga teacher, and creator of “L’art de bien vivre.” She’s also Ramana’s special DJ, and will offer dance music at about 7:30 p.m.
Plus, another Dave Bassant concert is coming to the Ramana this Saturday evening, January 14, at 8 p.m. Info: Jean-Sébastien Bachand, 819-889-2967, or the Ramana’s Facebook page.
COLOUR ALIVE
The new Colour Café is planning two open house events offering information about the Café. All are welcome to come and enjoy snacks, chat or do a bit of colouring. Door prizes. The open houses are on Tuesday, January 24, from 10 a.m. to 12 noon, and January 31, from 6 to 8 p.m.
The winter colouring sessions are every second Tuesday morning from February 7 to May 30, 10 a.m. to 12 noon, or every second Tuesday evening from February 14 to June 6, from 6 to 8 p.m. The groups are open to all – no colouring experience is necessary.
Where is the Colour Café? At the Relève, 54 Bibeau Street, Cookshire, about a block off Principale Street. Info: Michelle, at 819-566-5717, ml@townshippers.org, or Townshippers.org/ColourCafe.
SEEDS ALIVE
Get ready for the Festival of Seeds organized by the Sawyerville Community Garden on Saturday, February 18, from 9 a.m. to 4:30 p.m., at the Ramana Hotel, 18 Principale N. Presentations, kiosks and lunch. Info: chantalbolduc99@bell.net or 819-889-3196.
LOISIRS ALIVE
February 18 is also the date of the Plaisirs d’hiver, and its Amateur Night at the Ramana. All kinds of musicians are welcome, and all types of music, solo or group. “You only have to bring your musical instruments for one, two or three tunes,” says Jennifer McMullin of Loisirs Sawyerville, the organizers. Info: Martine Perras at 819-553-8500.
Also, Loisirs Sawyerville’s Bingo is back on Thursday, January 12, at 7 p.m., at the Sawyerville Community Centre, 6 Church Street.
CHURCHES ALIVE
Anglican: On January 15 is a Holy Eucharist at 9:30 a.m. in Bury, and at 11 a.m. in Cookshire. On January 22 is a Service of the Word at 9:30 a.m. in Bury and 11 a.m. in Cookshire. The Cookshire services are in the basement of the Trinity United Church, 190 Principale W. For January 29, plan ahead for the Deanery service at 10:30 a.m. at the St. Ephrem’s Syrian Orthodox Church, 150 13th Avenue South, Sherbrooke. Info: 819-887-6802.
Baptist: In Sawyerville, the worship service is at 9 a.m. in French, and 11 a.m. in English. Sunday school is at 10 a.m. in English and French. Info: 819-239-8818.
United: Sunday worship services are at 9:30 a.m. in Cookshire and 11 a.m. in Sawyerville. Info: 819-889-2838 (listen to message).
Do you have news to share? Call 819-300-2374 or email ra.writes@gmail.com by January 16 for publication January 25 and January 30 for February 8.

Concours de Noël

Le Journal régional Le Haut-Saint-François a procédé à la remise des prix à quatre gagnants dans le cadre du concours de Noël. Chacun des 16 commerçants du territoire participant à la promotion a remis un prix variant entre 40 $ et 75 $. Les gagnants ont remporté des prix d’une valeur approximative de 200 $. De gauche à droite, nous retrouvons Maurice Pageau et Marielle Blais, tous deux du secteur Cookshire-Eaton, Audrey Labrecque de Westbury et Geneviève Braün de Sawyerville. Merci aux généreux commanditaires, Pharmacie Proxim East Angus et Cookshire-Eaton, BMR G. Doyon East Angus, Pharmacie Brunet Weedon, Home Hardware Weedon, Service de pneu Comeau East Angus, Weedon Auto Weedon, Solutek informatique East Angus, Mély Canin Cookshire-Eaton, Restaurant pizzéria Aux 2 frères Ascot Corner, IGA Cookshire, Restaurant 108 Cookshire-Eaton, Fontaine électronique East Angus, Slik Performance Johnville, Dépanneur Victoria Scotstown, Salon de coiffure Distinction Cookshire-Eaton et Bicyclettes Claude Chabot Cookshire-Eaton.

Mégantic

The Washington Post publie sur le Mont-Mégantic

En novembre dernier, le journal américain The Washington Post publiait une page racontant l’aventure d’une famille américaine, venue vivre, en août dernier, l’expérience du Mont-Mégantic et de son ciel étoilé. La découverte de la magnifique voûte étoilée exempte de pollution lumineuse les fascine.
Le chef de famille relate leur aventure en sol québécois. Depuis l’arrivée à l’aéroport, les citoyens américains racontent l’expérience typiquement standardiste de nos usages. En passant par la fascination des nombreux panneaux de circulation affichant des chevreuils et des motoneiges. Ils sont également impressionnés des rangées de bois de chauffage empilé à côté des maisons. Ils ont choisi de séjourner au gîte 4 étoiles, au Vaillantbourg, situé à Notre Dame-des-Bois, dont ils en vantent les mérites.
Informé sur la Réserve internationale de ciel étoilé certifiée du Mont-Mégantic (RICEMM) par l’International Dark-Sky Association, l’auteur se plaît à raconter « La plupart des familles choisissent des lieux de vacances pour ce qu’ils offrent. Vous pourriez dire que la nôtre en a choisi un pour ce qu’il manque: la lumière ». Avec émerveillement, il explique « Quelques nuits par an, n’importe qui peut regarder à travers son grand télescope. À travers un trio de télescopes montés sur un trépied, nous attendions à tour de rôle pour jeter un coup d’œil sur Mars rougeâtre et Saturne…, je regarde ma femme Gail et Ewan mon fils, et tout comme moi, ils sont impressionnés. » La famille était en compagnie du coordonnateur scientifique de la RICEMM, nommé l’instructeur Remi Boucher.
L’article se termine en présentant de l’information sur les nombreux attraits de la région.

Première femme à la mairie d’East Angus

Conseillère depuis 2001, Lyne Boulanger inscrit une page d’histoire en devenant la première femme maire d’East Angus. Avouant partager la vision du maire sortant, Robert Roy, maintenant préfet de la MRC du Haut-Saint-François, la nouvelle mairesse dit s’inscrire dans la continuité.
Déjà, elle établit des priorités. « Le plus gros projet est d’amener le plus vite possible des médecins à East Angus. Au printemps, on va présenter notre plan d’urbanisme. » Pour ce qui est du reste, la nouvelle mairesse entend poursuivre les projets en cours.
De l’avis de Mme Boulanger, « remplacer Robert, c’est gros, mais je vais y aller une journée après l’autre. Je vais mettre les priorités aux bonnes places et on va faire un projet après l’autre. » Interrogée à savoir si elle se présenterait à la mairie de novembre prochain, Mme Boulanger mentionne y réfléchir en laissant entendre que c’était une suite logique après 16 ans à titre de conseillère.
Mentionnons que la nouvelle mairesse a été élue en décembre dernier lors d’une séance spéciale suivant celle présentant les prévisions budgétaires pour l’année 2017. Les élus pouvaient procéder de la sorte du fait que les élections municipales sont prévues dans moins de 12 mois. Mme Boulanger s’est dite honorée de la confiance de ses collègues et entend être à la hauteur.

École

Transfert d’élèves de la Source-Vive à Ascot Corner

Considérant avoir le temps nécessaire, la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke évaluera l’ensemble des scénarios avant de trancher dans le dossier de l’école de la Source-Vive à Ascot Corner.
« On n’est pas dans un modèle d’urgence. Il reste du temps. On veut faire les choses de la bonne façon. On est ouvert à tous les scénarios parce qu’on a du temps. On a la chance de les explorer au complet », de laisser entendre le président de la CSRS, Gilles Normand, tout en se gardant bien de se prononcer sur celui proposé par la municipalité d’Ascot Corner.
Les représentants de la municipalité avec la mairesse, Nathalie Bresse, en tête, ont rencontré le conseil d’établissement de la Source-Vive afin de proposer l’achat d’un édifice à proximité de l’école pour accueillir des élèves du primaire. La démarche vise à éviter le déplacement des élèves ailleurs sur le territoire de la CSRS. Cette proposition, pour la municipalité, est temporaire et le véritable objectif est d’agrandir l’école pour accueillir la clientèle scolaire sans cesse grandissante.
M. Normand a qualifié de bonne la rencontre avec les autorités municipales, mais refuse d’aller plus loin dans ses commentaires. Il se limite à dire « il faut regarder l’ensemble du scénario, les locaux, la sécurité et le transport. » À cela, M. Normand mentionne qu’il faut également regarder avec les gens en place au sein de l’école et leur laisser le temps de faire leur analyse. Quant au projet d’agrandissement, le président de la CSRS se montre prudent en mentionnant « on a déjà fait des demandes dans ce secteur de l’Est et elles n’ont pas été accepté. »
Mairesse
Mme Bresse se dit quelque peu déçue de la rencontre avec le conseil d’établissement. « Ce n’est pas selon ce que j’espérais. On a fait notre présentation, ils ont posé leurs questions et on ne sait pas la suite. » Mme Bresse souhaite une réponse rapide de la commission scolaire afin d’entamer les travaux. La CSRS a établi l’échéancier de juin prochain avant de trancher sur le scénario à retenir dans la perspective de la rentrée scolaire 2018.

Fardeau fiscal dans les municipalités du Haut-Saint-François

M
is à part quelques variations du fardeau fiscal, pour quelques citoyens, l’ensemble des municipalités du Haut-Saint-François s’en tire avec un gel ou un léger alourdissement du taux de taxation. C’est ce que révèle un survol des prévisions budgétaires 2017.
Ascot Corner
Le taux de la taxe foncière pour le secteur résidentiel augmente de 0,02 $ passant de 0,79 $ à 0,81 $ du 100 $ d’évaluation. Les recettes totalisent 4 015 803 $ dont 2 767 781 $ proviennent de la taxe foncière et 497 858 $ de la taxe des services municipaux. Occupant 22,56 % du budget en dépenses, le transport comme la voirie, l’enlèvement de la neige, l’éclairage des rues et l’entretien de ceux-ci se chiffre à 906 068 $. Pour les autres déboursés, 18,4 % du calcul sont attribués à l’administration générale se chiffrant à 738 967 $ et 13,34 % pour une somme de 535 699 $ est affectée à l’hygiène du milieu. Les projets d’immobilisations du plan triennal présentent un total de 4 768 867 $ pour 2017 en déboursés en vue d’une multitude de travaux d’infrastructure dont 1 139 810 $ pour l’asphaltage. La municipalité injectera 180 000 $ pour des trottoirs sur la rue Principale et la rue du Collège. 2 220 000 $ sont prévus pour le prolongement des réseaux et l’augmentation de la capacité de traitement des eaux usées. Ascot Corner souhaite développer un parc industriel léger, également construire un garage municipal ainsi qu’une caserne d’incendie à l’emplacement de l’ancienne gravière Toulouse. Le projet est encore à l’étape embryonnaire. Des réponses pour des subventions ainsi que les coûts à prévoir sont à venir, dès leurs obtentions ceux-ci guideront les conseillers sur les possibilités de mise en place du plan d’action.
Chartierville
Les revenus de la taxe foncière augmentent légèrement de 3 791 $ passant à 437 462 $ pour 2017. Elle conserve son taux à 0,81 $ par 100 $ d’évaluation.
Comparativement à l’an passé, le déboursé pour l’entretien du système des eaux usées diminue de 2,91 $ se fixant à 383,46 $. Pour certains citoyens, on note également une baisse de 2,60 $ pour le remboursement de la dette établie à 341, 65 $ et ce pour les utilisateurs du secteur délimité par le règlement d’emprunt 2010-01. Des augmentations par unité de logement sont prévues faisant grimper de 5 $ la collecte sélective totalisant 56 $ et de 12 $ supplémentaire pour celle des ordures ménagères pour une somme de 98 $ cette année. Pour les boues de fosses septiques, il sera imposé une taxe d’utilisateur-payeur établie par la MRC du Haut-Saint-François (le détail est disponible au bureau municipal), rappelle le communiqué émis.
Saint-Isidore-de-Clifton
La municipalité qui commence le 1er janvier un rôle triennal reflète une valeur de 96 866 700 $. Le taux de la taxe foncière est fixé à 0,84 $ par tranche du 100 $ d’évaluation, une augmentation de 0,02 $. Le tarif de l’enlèvement des ordures ainsi que des matières récupérables fait un bon de 5 $ passant de 130 $ à 135 $ et de 70 $ à 75 $ par unité.
Le tarif d’aqueduc est fixé à 0,58 $ du mètre cube tandis que celui pour l’égout est fixé à 2,65 $ du mètre cube. La taxe de frontage des réseaux est fixée à 0,80 $ du mètre pour l’aqueduc et à 1,25 $ du mètre pour l’égout. Les revenus totalisent 1 429 227 $, auxquels 819 224 $ proviennent de la taxe sur la valeur foncière. Parmi les dépenses les plus importantes, le transport occupe le premier rang totalisant 460 065 $, suivi de l’administration générale à 245 932 $ et de l’hygiène du milieu se chiffrant à 160 423 $. Un nouveau règlement entre en vigueur; les citoyens doivent désormais débourser 25 $ pour l’obtention d’une licence pour leurs chiens.
Scotstown
La ville de Scotstown présente un budget équilibré de 898 250 $ dont 325 165 $ proviennent des taxes foncières. Le taux d’imposition pour le contribuable augmente de 0,05 $ à 1,20 $ du 100 $ d’évaluation. Les citoyens auront à débourser 667 $ par unité soit une baisse de 4 $ comparativement à 2016 pour l’ensemble des services regroupement le financement (règlement 366-07), la police, les aqueducs, les égouts, la collecte des ordures et la récupération. Les dépenses majeures sont l’administration générale à 226 427 $, la sécurité civile et le service d’incendie au coût de 53 427 $ ainsi que le transport et le réseau routier pour 115 364 $. Parmi les autres dépenses, un budget de 84 953 $ est en place pour l’aménagement, l’urbanisme et le développement. Pour 2017, il est prévu de finaliser le projet Cœur villageois et si la municipalité obtient une réponse favorable de subvention, elle souhaite utiliser ces fonds afin d’effectuer des travaux de réfection des rues Osborne et Argyle. Le 125e anniversaire sera sûrement l’évènement qui marquera l’année 2017 pour la municipalité de Scotstown. Celle-ci est déjà en processus d’organisation en vue de la fête qui aura lieu le 24 juin prochain.

Westbury
Le taux de la taxe foncière pour 2017 reste inchangé à 0,64 $ du 100 $ d’évaluation ainsi que le coût de tous les services qui demeure le même. Le budget global totalise 1 058 452 $, soit 6 411 $ de plus que 2016. Tout comme l’an dernier, les citoyens auront à débourser 247 $ pour les services de police, incendie et matières résiduelles, par unité résidentielle. Des infrastructures sur différents chemins seront réalisées et la dépense sera en partie absorbée par le revenu que permet le retour sur la taxe de l’essence. Du nouveau pour les familles avec la bonification du remboursement de la surtaxe des non-résidents lors d’inscription aux loisirs. Dans l’optique souhaitée d’attirer de nouveaux résidents, la municipalité désire voir la construction de résidences et de commerces sur son territoire. L’instauration d’un remboursement de taxes pour les nouveaux commerces et le programme de revitalisation accordé lors d’une nouvelle construction résidentielle se poursuit.
La Patrie
La municipalité possède un budget global de 1 173 337 $ pour 2017, soit une majoration de 28 055 $ provenant essentiellement des revenus de la taxe foncière. « Le pourcentage des augmentations varie selon les services », explique Bruno Gobeil, maire de La Patrie. Le taux de la taxe foncière incluant la taxe de la sécurité publique passe de 0,6481 en 2016 à 0,6834 $ par tranche de 100 $ pour l’année à venir.
M. Gobeil sera disposé à fournir tous les détails prochainement pour ses citoyens. Parmi les sources de dépenses importantes dans le calcul, il a été fixé de faire des provisions en vue de la prochaine élection et des sommes sont allouées pour la mise à jour de l’archivage des documents municipaux. Le budget de la voirie, de l’inspection et de l’urbanisation a été bonifié. On dénote un changement, soit que l’entretien de la halte de la Route des Sommets (l’Abri-bois) sera maintenant donné à forfait. Auparavant, elle était entretenue sur le temps de la voirie et on préfère dans l’avenir que celle-ci conserve son temps pour ses occupations principales. Le maire précise que dans l’augmentation globale de 28 000 $, il y a 5000 $ attribués à différents niveaux dans le cadre des responsabilités de la municipalité envers la MRC. Les taxes de service pour l’eau potable augmentent de 20 $ et celle de l’eau usée baisse à 124 $, une diminution de 25 $, toutes deux par unité de logement. La collecte ménagère augmente de 8 $ de la porte, pour le secteur résidentiel et un 2 $ supplémentaire par propriété est demandé pour la collecte sélective. Pour l’entretien des fosses, la ville a établi que le mesurage des boues sera de 20 $ annuellement, la vidange d’une fosse régulière à 40 $ alors qu’une fosse scellée et un puisard en coûteront 75 $ annuellement.
Principaux projets
Un budget est déjà prévu pour effectuer des travaux d’infrastructure; cependant comme la municipalité est présentement en processus d’appel d’offres, elle ne peut se permettre de publier les montants évitant ainsi que les soumissionnaires plafonnent leur offre de service. Les travaux à réaliser seront le renouvellement des conduites d’eau potable sur la rue Notre-Dame Est, l’établissement d’un garage municipal et la rénovation de la façade de la salle municipale.
Lingwick
Les recettes du canton de Lingwick augmentent de 174 479 $ totalisant 1 083 834 $. La municipalité percevra 27 584 $ de plus des contribuables provenant de la taxe foncière et aura un surplus de 114 234 $ en subventions et transferts comparativement à l’an dernier. Les dépenses de fonctionnement augmentent de 76 409 $ totalisant 885 669 $ dans lesquels des surplus sont alloués pour les frais de financement soit 30 681 $ de plus et 6 000 $ supplémentaires sont injectés aux loisirs et à la culture, versus 2016. Les investissements augmentent de 152 101 $ totalisant 259 721 $. Des fonds réservés sont également affectés à d’autres programmes et projets parmi les grandes lignes détaillées dans le bilan reçu de Josée Bolduc, directrice générale et secrétaire-trésorière du Canton de Lingwick. Lors de la séance ordinaire du conseil tenu en automne dernier, il était noté que le canton prévoyait terminer l’année 2016 avec un léger surplus. Déjà lors de cette séance, on annonçait vouloir poursuivre la mise en place d’un plan de sécurité civile, maintenir l’entretien des routes, de procéder à des travaux d’aménagements au parc du Belvédère ainsi qu’au centre municipal.
Newport
La municipalité de Newport assure ses citoyens d’explorer toutes les avenues et possibilités qui s’offrent pour faire face aux contraintes financières tout en répondant aux besoins de la population. On note une légère baisse comparativement à l’an dernier de la taxe foncière générale pour se chiffrer à 0,130 $ du 100 $. Lise Houle, directrice générale, transmet par communiqué les grandes lignes du budget pour 2017. La municipalité reçoit 679 388 $ des contribuables en taxe foncière; à cela, il faut ajouter 539 285 $ en transfert, étant les deux principales sources de revenus. Les dépenses les plus importantes de la municipalité sont le transport à 632 374 $, la sécurité publique ainsi que l’administration générale.
Weedon
La taxe foncière des contribuables de la municipalité de Weedon diminue à 0,9712 $ du 100 $, une différence à peine perceptible de 0,0138 $. Cela peut se traduire par une économie de 48,33 $ pour le propriétaire d’une maison unifamiliale évaluée à 120 000 $. Les recettes proviennent essentiellement de la taxe foncière totalisant 3 794 348 $, un surplus de 83 375 $ dans les coffres comparativement à 2016. Les dépenses sont majoritairement destinées au transport routier évalué à 1 447 323 $, c’est tout de même une baisse significative de 4 %, réduisant le coût à 164 334 $. Le maire et les conseillers sont en attente de réponses positives de subventions afin de concrétiser deux gros projets, dont la reconstruction de la rue des Érables, et poursuivre l’aménagement autour de l’aréna avec des modules de jeux pour les enfants. Le projet du quartier durable, avec résidence solaire complètement autonome, sera annoncé en début d’année. « On achève les négociations avec l’entrepreneur et on espère en faire l’annonce en janvier », témoigne M. Tanguay. Quelques terrains d’une superficie de 40 000 pieds carrés et plus seront offerts par la municipalité gratuitement à l’acquéreur, sous certaines ententes préalables. Situé en périphérie du village, l’emplacement offrira l’illusion d’être en pleine nature, exprime-t-il. Des projets de développement de commerces et d’industries dont l’objectif est de créer de l’emploi dans la communauté sont sur la table, mais encore à l’étape embryonnaire pour en faire l’annonce officiellement, explique le maire.

Hampden
Les membres du conseil ont adopté un budget un peu moins important que l’an dernier. Le taux d’imposition est de 0,80 $ par tranche de 100 $ d’évaluation. Les dépenses totaliseront globalement 446 651,39 $. La construction du kiosque annoncé l’an dernier, au coin du rang 4-Milles, permettant aux visiteurs de s’arrêter, n’a pas été réalisée. Cependant, il est toujours au premier plan des projets souhaités tout comme les discussions avec la Ville de Scotstown pour le projet de développement touristique commun, exprime Manon Roy, dg, par voie de communiqué.
Bury
À Bury, la taxe foncière générale augmente légèrement de 0,0185 $ pour se chiffrer à 0,5465 $. Celle de la S.Q., des terrains et immeubles baisse quelque peu comparativement à 2016 pour s’établir à 0,0806 $. Avec un revenu de 1 933 678 $, le budget de la municipalité indique que les citoyens débourseront 190 $ pour les services d’aqueduc, 140 $ pour les égouts et 148,75 $ pour les ordures. L’agrandissement de la caserne d’incendie et le remplacement du système de radiocommunication incendie, la réfection de conduites, l’achat d’une chargeuse et d’une niveleuse sont les projets annoncés pour l’année à venir.

Budget Cookshire

Budget 2017 à Cookshire-Eaton

La municipalité de Cookshire-Eaton prévoit un budget d’exploitation à la hausse de 2 % pour 2017. Même si les élus maintiennent le taux de taxation à 0,7956 $ par tranche de 100 $, il en résulte un alourdissement du fardeau fiscal pour certains contribuables variant de 2,7 à 4,8 % selon le secteur. Cet écart est attribuable au nouveau rôle d’évaluation triennale 2017-2019. Cet exercice engendre pour certains citoyens une hausse de leur compte de taxes alors que d’autres subiront une baisse.
Fluctuation des taxes foncières
Légiférée par le ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire (MAMOT), la ville a eu son lot d’énigmes algorithmes à résoudre afin d’établir le meilleur scénario. La localité visitée par l’inspecteur du gouvernent et ses règles, s’est vue redéfinir les secteurs existants et retranchés à nouveau selon l’achalandage d’un endroit. Certains citoyens vont être surpris par la hausse ou la diminution de leur taux de taxation. « C’est l’offre et la demande d’un endroit qui fait que certains augmentent ou diminuent », explique Martin Tremblay, directeur général et secrétaire-trésorier de la municipalité. Celui-ci donne l’exemple que si le citoyen se trouve sur la ligne du quadrilatère d’un secteur, il peut voir une hausse alors que son proche voisin une baisse. Il ajoute « Pour l’avenir, ça va faire de la précision, mais pour l’immédiat, ça fait de la disparité ». M. Tremblay a établi une moyenne pondérée, peu importe le secteur d’activité. En pourcentage, cette moyenne définit l’augmentation pour le secteur de Cookshire à 2,7 %, Johnville 4,4 % et Sawyerville 4,8 %. Il faut tenir compte que certaines personnes dans ces secteurs verront leur facture à la baisse et d’autre à la hausse. On remarque dans la zone de Sawyerville que les grands terrains augmentent de valeur considérablement. Ce qui est positif et démontre du développement, que le secteur se vitalise; cependant, le contribuable qui ne souhaite pas vendre verra son compte de taxes augmenter, mentionne M. Tremblay. « On cherche à développer, on a 300 km carrés soit le même territoire que Sherbrooke avec 5 350 citoyens, le défi est d’augmenter notre résidentiel, commercial et industriel pour mieux répartir la tarte », d’exprimer le directeur en ajoutant qu’on est en processus de développement. Cookshire-Eaton possède une enveloppe budgétaire totalisant 8 437 111 $ pour son exercice annuel et prévoit le même montant en dépenses. La principale source de revenus provient de la récupération des taxes foncières pour 4 064 242 $, suivi des taxes de services 1 095 469 $ ainsi que des services rendus totalisant 1 006 500 $. Les dépenses importantes sont les services de la voirie municipale évalués à 2 627 700 $ annuellement, suivi de la sécurité publique se chiffrant à 1 522 616 $ et des frais pour l’administration générale estimés à 1 219 720 $.
Budget général 2017
Au final, la source de revenu supplémentaire perçu de l’augmentation servira, entre autres, à couvrir la hausse de la facture de 62 000 $ de la Sûreté du Québec, le 10 $ de plus la tonne chez Valoris ainsi que les frais estimés à 50 000 $ en vue des prochaines élections. Le nouveau rôle d’évaluation permet à la ville de percevoir 177 000 $ supplémentaires en revenus aidant à couvrir l’ensemble des dépenses.

©2020 Journal Le Haut-Saint-François