D’importants travaux de voirie en voie d’être complétés

Les résidants de la rue Warner à East Angus ont maintenant retrouvé leur quiétude. Les travaux de réfection d’une section de la rue incluant le remplacement du réseau d’aqueduc, l’aménagement d’un trottoir et l’asphaltage sont maintenant terminés. Ce dossier complété, la municipalité s’attaquera au prochain consistant à changer la conduite d’eau reliant les rives nord et sud en passant sous le pont Taschereau. Le coût des travaux est évalué à 750 000 $. La taxe d’accise sur l’essence couvre entièrement les frais et il en restera pour combler les travaux de la rue Warner, d’exprimer la mairesse Lyne Boulanger. Mentionnons que la municipalité a contracté un règlement d’emprunt de 800 000 $ pour réaliser ces travaux.

Une belle rencontre enrichissante pour l’AJCC

Les représentants de cinq journaux membres de l’Association des journaux communautaires du coin (AJCC) ont participé à une récente rencontre qui se déroulait au Centre communautaire de Weedon. Les membres du journal hôte, L’Éveil du citoyen, avaient préparé un bel après-midi avec des visites de la Fromagerie P’tit Plaisir, secteur St-Gérard, suivi d’une halte au parc du Moulin en terminant par les fresques peintes sur les différentes surfaces de bâtiments situés au bas de la rue Saint-Janvier. S’en est suivi un souper communautaire auquel participaient près de 25 personnes. Plusieurs prix de présence ont été tirés pour l’occasion. Les membres de l’AJCC se retrouvent au moins une fois par année, histoire d’échanger sur leurs façons de faire, se donner des trucs et de fraterniser. Les représentants des journaux Le Papotin de Dudswell, L’Image de Bury, Le Reflet de Lingwick, Le Haut-Saint-François et bien entendu L’Éveil du citoyen étaient de la fête. L’équipe du Papotin s’est engagée à recevoir les membres de l’AJCC l’an prochain.

Rachel Garber

VISIONS OF HOME

An innovative exhibition at the Cookshire-Eaton Art Gallery opens this Saturday, September 8, showing original drawings and launching a new book called – in French, English, Northern Cree and Abenaki – Lignes du Coeur, Visions of Home, Otèhi a’ pâsinatâch, Alada8bw8gan ndakina wji.

The project is led by Jo Cooper, a professional artist from Frontenac, who has worked 30 years with art and the environment, based on her training in geography and art. More than 30 persons participated, ranging in age from 7 to 80+, from diverse communities throughout Quebec. Each made a line drawing within a “circle of life” or mandala that reflects their ecological or sociocultural environment, and then wrote a few lines about the experience of drawing.
The writing is in various languages: Abenaki, Inuktitut, Basque, Korean, Northern Cree, and more. “I wanted to get away from the stereotype that Quebec is just English and French,” said Cooper.

The book consists of 28 circle drawings, representing one moon cycle. “It flows together in such a beautiful way,” she said. The drawings are black and white, inviting colouring them as a meditative experience. Visitors can buy the book for $15. The original works are also for sale. Cooper also plans to lead several workshops in creative meditation, working from nature and personal experience.

The vernissage and book launch are 11 a.m. to 5 p.m. at 25 Principale W., Cookshire. Visitors can see the exhibition, enjoy a brunch, meet the artists, and listen to live music.
Throughout September, the Gallery is open Saturdays and Sundays at 10 a.m. to 5 p.m. or by appointment. Info: gillesdenis47@hotmail.com.

COLOURING IN BURY & COOKSHIRE
Two Colour Cafés: on Friday, September 7, at 11 a.m. to 1 p.m., at the Eaton Valley Community Learning Centre (CLC), 523 Stokes, Bury, and on Wednesday, September 12, at 2 to 4 p.m., at La Passerelle Women’s Centre, 275 Principale East, Cookshire-Eaton. In Bury, the activity will bring together community members and students, and in Cookshire, the possibility of bilingual conversation with other women.
Participants may bring colouring supplies or use what is available. Provided are tea, coffee, snacks, and information about services in English in the Haut-Saint-François. Info: Townshippers’ Association at 819-566-5717 or ml@townshippers.org.

CONCERT IN COOKSHIRE
A concert of classical music is to be on Sunday, September 9, at 11:30 a.m., at the Parc des Braves, Park Avenue, next to St. Peter’s Anglican Church, 45 Principale West in Cookshire.

CHOIR IN COOKSHIRE
The Village Choir begins a new season on September 12, practicing Wednesdays from 6:30 to 8 p.m. at the Maison de la Culture John Henry Pope, 25 Principale W., Cookshire. All ages, all genders, all languages are welcome. The first practice is free of charge. Info: Anne-Claire, 819-884-1258 or bishopnote@gmail.com.

TOUR IN SHERBROOKE
Date alert! Newport is organizing its annual group outing for Saturday, September 15, not the 25th. (My mistake last issue; my apologies.) Participants will visit several points of interest in Sherbrooke, starting with a Gourmand tour – yes, winetasting – at the vineyard at La Halte des Pèlerins.
Lunch is at the Buffet des Continents, then a guided tour of The Water House (Maison de l’Eau) in the Lucien-Bouchard Park, with its fishy exhibits, and a visit to the Bouchard Beach. Finally, explore the science of rock ‘n’ roll at the Sherbrooke Museum of Nature and Science.
All the guided tours are bilingual, alternating the English and French groups. Cost: $50/person. Register at the Newport Municipal Hall, 1452 Route 212, or phone 819-560-8565, 819-889-1340 or 819-875-5227. Now!

DINNER IN MILBY
The annual harvest dinner in support of the Saint Barnabas Anglican Church, Milby, is on Saturday, September 15, at 5 p.m. at the Ives Hill Community Hall. Menu: baked ham, scalloped potatoes, baked beans, vegetables, salad, rolls, apple crisp, ice cream and beverages. Directions: chemin Ives Hill off Route 147 (south of Milby); go past chemin des Trembles and the hall will be on your left. Cost: $14/adult; $6/child. All are welcome.

FIRE IN BURY
No, no – Fire Prevention! That’s the topic of a Health Link presentation by Ed Jacklin, Fire Chief in Bury, offering tips about fire risks and how to stifle them.
It’s on Wednesday, September 19, 11:30 a.m. – 2 p.m., at the Armoury Community Centre, 563 Main Street in Bury. For lunch, reservations are required, and a $5 donation is requested. Or come at 1 p.m. for the presentation. To reserve: Kim Fessenden by September 17, at 819-872-3771 x 2.

MARKET IN SAWYERVILLE
First, the Sawyerville Community Garden’s Village Market is on Saturdays until September 22, from 10:30 a.m. to 1 p.m. Second, on Wednesdays is a community meal called “mercrediner.” Cost: $10, by reservation. Third, a two-day training in permaculture led by Stéphan Sokoviak is planned for September 20-21. Cost: $100, by reservation. Fourth, the Harvest Festival is Saturday, September 22. The Community Garden is at 70 Randboro Road. Info: chantalbolduc99@bell.net or 819-889-3196.

YOGA IN SAWYERVILLE
A 10-week series of Light Yoga begins on Tuesday, September 11, at 10 to 11 a.m. at the Sawyerville Community Centre, 6 Church Street, led by Myrna MacDonald. Info: 819-875-5393, or myrnmac44@gmail.com.

VIACTIVE
Bilingual Viactive exercises for seniors on Wednesdays begin on September 5 at the Armoury Community Centre, 563 Main Street, Bury, at 10 a.m., and on September 19 at the Sawyerville Community Centre, 6 Church Street, at 10 a.m. and at the Newport Municipal Hall, 1452 Route 212, Island Brook, at 1:30 p.m.

CHURCH SERVICES
Baptist. In Sawyerville, the Sunday worship service is at 9 a.m. in French, and 11 a.m. in English. Sunday school is at 10 a.m. in English and French. Info: 819-239-8818.
Anglican. Sunday worship services are at 9:30 a.m. at St. Paul’s Church in Bury, and at 11 a.m. at St. Peter’s Church in Cookshire. Also, on Sunday, September 16, a Celtic Evensong service will be at 2 p.m. at St. Barnabas Church in Milby. Info: 819-887-6802.
United. Sunday worship services are at Trinity United, Cookshire, at 9:30 a.m. and at Sawyerville United at 11 a.m. The Homecoming Service planned for the former Christ Church Canterbury on September 9 has been postponed until the spring.

Do you have news to share? Call 819-300-2374 or email rawrites@gmail.com by September 10 for publication September 19 and by September 24 for October 3.

Passion, work, family for MP and Minister Marie-Claude Bibeau

The life of an MP in Ottawa is not easy. Far from home during the week, a furtive return on weekends for further deputy duties: Little time is left for family. What is more, when one is Minister of International Development and makes 15 or so trips a year to various countries, even less time is left. With the aid of a team that she can count on, Marie-Claude Bibeau, Minister and Member of Parliament for Compton-Stanstead, succeeds somehow to save time for her family.
From the outset, Minister Bibeau concedes she has a hectic professional life, but one so very exciting. From the moment of her election as Member of Pariament and her nomination as Minister of International Development and the Francophonie, the life of the former director of the museum of nature and sciences in Sherbrooke was turned upside down. Following the recent ministerial reshuffle by the Prime Minister of Canada, Justin Trudeau, Minister Bibeau now heads International Development, but her work schedule has not necessarily slowed down.

Although enthusiastic, she admits that the work of an M.P. and Minister is not easy for loved ones, particularly young families. “I try to save one day a week for my family, to stay at home, but I also have reading to do. I am lucky. I have a son aged 19 who is studying in Ottawa, and a husband (former mayor of Sherbrooke, Bernard Sévigny) who understands politics. For my colleagues who have young children, it’s very hard. I would not have chosen this life with young children,” said Minister Bibeau. The deputy explained that the work schedule in the summer is different from the winter schedule. During the summer period, parliament takes a break for two and a half months. Even if, in theory, that allows the deputy to be more present in his or her riding, for Minister Bibeau it is an intense period of travel. At the moment of this interview, at the beginning of the summer, she was planning to take two weeks of vacation, “but I already have two events inserted into my vacation, and I will be travelling five weeks in various countries.”

Typically, one month of work in the autumn for the deputy translates into three weeks in parliament and one in the riding. «I come back to Sherbrooke approximately three weekends a month during the winter, and one long weekend, except when I am travelling.» A day of work begins at 5 a.m. with reading, followed by 12 hours at the office, from 8 a.m. to 8 p.m. «At home in the evening, there is, in principle, still reading to do.» When Minister Bibeau returns to her riding for the weekend, she leaves Ottawa about 3 p.m. «And then, I begin my weekly meeting with the team in Sherbrooke. Usually, I have arrived at Route 30 or at Bromont when I get off the phone.»

Among all her duties, Minister Bibeau stresses, it’s the work of M.P. before all. «The work of the deputy is underestimated. It’s accompanying the citizens. When citizens knock on the door of their deputy, it’s that it is often their last resort.» Another aspect of her work, she added, is to stay in contact with the community, the municipalities, organizations and businesses in order to understand their projects with the aim of obtaining financial support for them. «In terms of financial aid programs, we want to be sure that our region benefits as much as it can. I’ve observed that I can have a real influence on the other ministers when I go to the trouble of consulting our constituents and take the time to make good follow-ups and good reports. I’ve influenced the eligibility criteria for different programs,» noted the M.P.

International Development
While she is enthusiastic about her work as an M.P., the International Development portfolio fulfills her. «To be Minister of International Development, that was unexpected. I began my career in international development from the age of 20 to 30. I lived in Benin and in Morocco. The Prime Minister gave me the mandate of refocusing the international aid of Canada on the poorest, the most vulnerable and the most fragile, and carrying out a broad consultation to create a new international development policy. I had the privilege of starting over with a blank canvas, and completely re-designing the approach and the vision of Canada’s international aid. That’s something that is done only once in a generation.»

The Minister’s travels have taken her to diverse corners of the globe, and not necessarily in Club Med resorts. She told an anecdote that happened during her first trip in Irak. «I don’t know if the guys told me this to tease me, or if they were serious. But when I arrived at the airport, they put a bullet-proof vest on me, put me in a vehicle, and the first question they asked me was ‘What is your blood type?’ I had been well warned, no high heels. So I could be ready to run if necessary. They explain what to do in case. It’s a little intimidating, impressive, at first, but it was the first time. After that, you quickly forget. When I go into a refugee camp, I always have a bodygard at an arm’s length from me. The others, they mingle into the group, and I don’t see them any more. I forget completely, I have confidence in them.»

During her trips, Minister Bibeau saw and felt the misery, the poverty and the violence perpetrated particularly against women. «In the refugee camps, I had discussions in private with women. It’s hard, emotionally, because they tell me about tragedies.» Minister Bibeau said she heard testimonies by women who were victims of unspeakable violence. In certain countries, «rape is used as a weapon of war. The aim is to demolish a woman, whether she is three months old, or 82 years old. It’s to destroy a community by destroying the woman.»

«There are more positive aspects, countries that are poor, but where you feel there is governance, that the leaders are working for the well-being of their community. There is hope, you see progress.» Minister Bibeau not only visited the countries but, within the context of her vast consultation, she met with non-governmental organisations working with the United Nations, leaders of developing countries, and groups of women. «All this consultation has led to a feminist policy for international aid. It’s the human contact which gave the policy its full significance and which makes me advocate it with great conviction.»

Glamour
Minister Bibeau has also known more enchanting moments during her present mandate. She mentioned having met Queen Elizabeth II, and having participated in a state supper with Barak Obama. «There are a few glamorous moments, but they are exceptional moments.» Of all these encounters, the M.P. of Compton-Stanstead mentioned that the most remarkable thing is that «when you open your mouth, you become aware that when you talk, it’s Canada who is speaking. That’s impressive!»

Tap, tap. Someone knocks twice at the door. They signal politely and discreetly to the M.P. that the time alloted for the meeting had ended. Other engagements await her, and so she moves on.

Passion, travail, famille pour la députée ministre Marie-Claude Bibeau

La vie de député à Ottawa n’est pas une chose évidente, loin de son foyer la semaine, un retour furtif la fin de semaine à travers les obligations de député font en sorte qu’il reste peu de temps pour la famille. De surcroit, lorsqu’on est ministre du Développement international et qu’on fait une quinzaine de voyages par année dans divers pays, il reste encore moins de temps. Avec l’aide d’une équipe sur laquelle elle peut compter, Marie-Claude Bibeau, députée-ministre de Compton-Stanstead, réussit tant bien que mal à préserver du temps pour sa famille.

D’emblée, Mme Bibeau concède avoir une vie professionnelle trépidante, mais combien passionnante. La vie de l’ancienne directrice du Musée de la nature et des sciences à Sherbrooke a basculé à partir du moment de son élection comme députée et de sa nomination à l’époque de ministre du Développement international et de la Francophobnie. Suite au récent remaniement ministériel du premier ministre du Canada, Justin Trudeau, Mme Bibeau est maintenant titulaire du Développement international, mais son horaire de travail n’a pas diminué pour autant.

Passionnée, elle avoue que le travail de député et de ministre n’est pas évident pour les proches et particulièrement pour les jeunes familles. « J’essaie de préserver une journée par semaine pour ma famille pour rester à la maison, mais je fais aussi des lectures. Moi, je suis chanceuse, j’ai un fils de 19 ans qui étudie à Ottawa, un conjoint (ancien maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny) qui comprend ça la politique. Mes collègues qui ont de jeunes enfants, c’est très dur. Je n’aurais pas choisi cette vie-là avec de jeunes enfants », admet Mme Bibeau. La députée explique que l’horaire de travail est différent l’été comparativement l’hiver. Au cours de la période estivale, le parlement est arrêté pendant 2 mois et demi. Même si cela permet en théorie au député d’être plus présent dans son comté, pour Mme Bibeau, c’est une période intense pour les voyages. Au moment de l’entrevue, en début de la période estivale, elle prévoyait prendre deux semaines de vacances, « mais j’ai déjà deux événements rentrés dans mes vacances et je vais être en voyage cinq semaines dans divers pays. »

Un mois de travail type à l’automne pour la députée se traduit par trois semaines au parlement et une dans le comté. « Je reviens à Sherbrooke à peu près trois fins de semaine par mois l’hiver et un long week-end sauf quand je suis en voyage. » Une journée de travail commence à cinq heures le matin par des lectures, arrivées au bureau à huit heures et départ à vingt heures. « À la maison le soir, il y a en principe encore des lectures à faire. » Lorsque Mme Bibeau vient passer la fin de semaine dans le comté, elle quitte Ottawa ves 3 h l’après-midi. « Et là, je commence ma réunion hebdomadaire avec l’équipe de Sherbrooke. D’habitude, je suis rendue au DIX30 ou à Bromont quand je raccroche. »

Parmi toutes ses obligations, Mme Bibeau insiste, c’est le travail de député avant tout. « Le travail de député est sous-estimé, c’est l’accompagnement des citoyens. Lorsque les citoyens cognent à la porte de leur député, c’est que c’est souvent leur dernier recours. » Un autre aspect du travail, ajoute-t-elle, est de rester en contact avec la communauté, les municipalités, organismes, entreprises pour connaître les projets dans le but d’obtenir de l’aide au niveau du financement. « Au niveau des programmes de financement, on veut s’assurer que notre région touche le plus qu’elle peut. » D’autre part, Mme Bibeau est convaincue de pouvoir influencer les choses. « On s’aperçoit qu’on a une réelle influence sur les ministères quand on prend la peine de consulter notre monde, quand on prend la peine de faire les bons suivis et des bons rapports. On a influencé des critères d’éligibilité de différents programmes », d’insister la députée.

Développement international
Passionnée par son travail de député, la responsabilité du Développement international la comble. « Le ministère du Développement international, ça c’était inespéré. J’ai commencé ma carrière en développement international à l’âge de 20 ans à 30 ans. J’ai vécu au Bénin et au Maroc. Le premier ministre m’a donné pour mandat de recentrer l’aide internationale du Canada sur les plus pauvres, les plus vulnérables, les plus fragiles, de faire une grande consultation et une nouvelle politique du développement international. J’ai eu le privilège de repartir sur une feuille blanche et de redessiner complètement l’approche, la vision de l’aide internationale du Canada. Ça, on fait ça une fois par génération. »

Les voyages de la ministre l’ont amenée dans diverses parties du globe et pas nécessairement dans des clubs Med. Elle raconte une anecdote lors de son premier voyage en Irak. « Je ne sais pas si les gars m’ont dit ça pour me taquiner ou s’ils étaient sérieux. J’arrive à l’aéroport, ils me mettent la veste pare-balles, m’embarquent dans la voiture et la première question qu’ils me posent : c’est quoi ton groupe sanguin ? J’étais bien prévenue, pas de talons hauts. Fallait que je sois prête à courir si nécessaire. Ils t’expliquent quoi faire en cas. C’est un peu intimidant, impressionnant au début, mais c’était la première fois. Après ça, t’oublies rapidement. Quand je vais dans un camp de réfugiés, j’ai toujours un bodyguard à une distance de bras de moi. Les autres, ils se mêlent au groupe, je les vois plus. J’oublie complètement, j’ai confiance en eux.»
Au cours de ses voyages, Mme Bibeau a vu et palpé la misère, la pauvreté, la violence particulièrement faite envers les femmes. « Dans des camps de réfugiés, j’ai eu des discussions seule à seule avec des femmes; c’est dur émotionnellement parce qu’elles nous racontent des drames. » Mme Bibeau mentionne avoir entendu des témoignages de femmes victimes de violence innommable. Dans certains pays, « le viol est utilisé comme arme de guerre. C’est de démolir la femme, elle peut avoir trois mois ou 82 ans. C’est détruire une communauté en détruisant la femme. »

« Il y a des facettes plus positives, des pays qui sont pauvres, mais on sent qu’il y a une gouvernance, que les dirigeants travaillent pour le bien de leur communauté. Il y a de l’espoir, tu vois les progrès. » Mme Bibeau ne fait pas que visiter les pays, elle rencontrait dans le cadre de sa vaste consultation les ONG avec les Nations Unies, les dirigeants des pays en développement et les groupes de femmes. « Toute cette consultation a amené à une politique d’aide internationale féministe. C’est le contact humain qui a donné tout son sens à la politique et qui fait que je la porte avec beaucoup de conviction. »

Glamour
Mme Bibeau a également connu des moments plus glamour au cours de son présent mandat. Elle mentionne avoir rencontré la reine Élisabeth II, avoir participé au souper d’état avec Barak Obama. « Ce sont quelques moments de princesse, mais des moments d’exception. » De toutes ces rencontres, la députée de Compton-Stanstead mentionne que le plus impressionnant est « lorsque tu ouvres la bouche et que tu prends conscience que lorsque tu parles, c’est le Canada qui parle, ça, c’est impressionnant. »

Toc, toc. On frappe à la porte, à deux reprises. On signale poliment et discrètement à la députée que le temps alloué à la rencontre est terminé. D’autres engagements l’attendent et voilà on passe à autre chose.

L’Expo Cookshire s’en tire bien

L’édition 2018 de l’Expo Cookshire s’est bien déroulée dans l’ensemble, le mauvais temps ne s’étant invité à la fête que lors de la journée du vendredi. On estime de manière préliminaire que 10 000 personnes ont visité le site pendant ses quatre journées d’activités. L’organisation en a également profité pour souligner l’implication de bénévoles.

« Je pense qu’on va s’en sortir quand même assez bien », estime Manon Corbeil, secrétaire du conseil d’administration de la foire agricole. À part la pluie du vendredi, « le reste s’est quand même bien déroulé. Jeudi, samedi et dimanche, c’était mieux que l’an dernier. » L’affluence totale devrait avoisiner les 10 000 spectateurs, soit environ autant que les éditions précédentes. En général, les inscriptions aux concours et jugements d’animaux furent bonnes. L’organisation a dû refuser des chevaux de selle, une catégorie dont les 95 places ont toutes été comblées.

Laurie Pépin en était justement à préparer des Clydesdales de plus de 2 m de hauteur lors de notre passage. La jeune fille, originaire d’Island Brook (Newport), en était à sa 6 ou 7e participation. Celle-ci s’est entrainée tout l’été avec ses bêtes en vue des compétitions de la saison. Elle doit mettre 1 h 30 de préparation avant d’embarquer dans l’enclos sous l’œil des juges. Pendant l’année scolaire, Mme Pépin étudie la massothérapie équine à l’ITA de La Pocatière.

Les sœurs Jocelyne et Ginette Roy avaient trainé leur conjoint avec elles pour la journée. L’une arrivait de St-François-Xavier-de-Brompton, tandis que l’autre, résidente de Birchton (Cookshire-Eaton), avait des fils qui prenaient part aux tires de camions plus tard en soirée.

Le comité organisateur de l’Expo a profité de la fin de semaine pour remercier des bénévoles de longue date. L’un d’eux était Noël Landry, ancien maire de Cookshire-Eaton. M. Landry a reçu une plaque commémorative soulignant ses 50 années d’implication à l’Expo. Il a commencé par exposer des animaux avant de devenir membre du conseil d’administration pendant 47 ans, dont 12 à titre de président. Le prix était remis par Pauline Hivert, veuve de Jean Hivert, afin de perpétuer sa mémoire, lui qui, de son vivant, était un autre grand bénévole de l’événement.

L’école St-Paul à Scotstown accueille ses nouveaux et anciens élèves

Bien que la rentrée des écoles de la Commission scolaire des Hauts-Cantons se déroulait la semaine dernière, l’école Saint-Paul à Scotstown a pris les devants en tenant une activité de la prérentrée, le 23 août dernier. Les nouveaux arrivants, pour ainsi dire, parents et élèves de Bury ainsi que ceux du secteur de Scotstown, ont participé à un souper hot-dog histoire d’échanger, découvrir l’école et faire connaissance avec le nouveau milieu scolaire.

Rappelons que le conseil des commissaires de la Commission scolaire des Hauts-Cantons avait entériné en janvier dernier le transfert d’une soixantaine d’élèves de Bury fréquentant l’école du Parchemin à East Angus vers Saint-Paul pour des raisons de surpopulation. Cette décision avait soulevé un mécontentement chez plusieurs parents qui avaient manifesté leurs craintes et désaccords.

Or, il semble que cela soit désormais du passé puisque les parents de Bury rencontrés sur place étaient ravis de l’accueil de l’équipe-école. Deux mamans de Bury, Nathalie et Annie Duhaime, n’avaient que des commentaires élogieux envers l’école et son équipe. Annie, qui représentait le groupe de parents, précise « moi, j’avais pas de crainte pour l’école comme tel. » Elle rappelle que « la crainte des parents concernait plus le voyagement au niveau des rendez-vous pour le service de garde; on avait peur d’être obligés de venir à l’école ici pour les chercher. L’école nous a tout le temps dit qu’ils feraient ce qu’ils pourraient pour nous accueillir et je trouve qu’ils font beaucoup. Vraiment, c’est bien. Je n’ai jamais vu une école qui fait un BBQ comme ça pour nous accueillir avant que l’école commence. » Pour Nathalie, elle mentionne n’avoir eu « aucune crainte à venir à l’école Saint-Paul. Je trouvais que c’était une bonne chose parce qu’ici, c’est un petit bassin, des plus petites classes, les professeurs vont être capables de répondre mieux aux besoins des enfants. Il va y avoir plus d’écoute, je pense, ici. » « East Angus s’était très agité; ici, ça va être une très bonne chose », de compléter les deux mères de famille dont trois enfants pour une et deux pour l’autre fréquentent Saint-Paul.

Direction
Avec l’arrivée des élèves de Bury, la population étudiante triple, passant de 25 à 80 élèves. La directrice de l’école Saint-Paul, Mme Christine Cragg, mentionne que l’activité permet aux anciens comme aux nouveaux élèves de se rencontrer ainsi que les nouvelles familles. « Ça permet aussi de venir rencontrer le personnel, d’enlever un peu d’insécurité et de stress avant la rentrée scolaire. Les enfants peuvent faire une visite de l’école, déposer leur matériel scolaire dans leur classe. C’est festif en même temps. On fait ça à la bonne franquette; tout le monde a contribué. L’école fournissait les hot-dog et les parents apportaient un petit quelque chose des fruits, crudités. Cela permet de belles rencontres entre parents, les élèves et le personnel », de préciser la directrice.

L’arrivée de nouveaux élèves fait en sorte que l’école passe de deux classes triples niveaux à cinq classes. On retrouve donc une maternelle et quatre classes doubles niveaux soit première et deuxième année, deuxième et troisième, troisième et quatrième ainsi que cinquième et sixième année. « On va avoir des gens qui vont travailler à temps partiel, des professionnels, psychologue, psychoéducatif et orthophoniste. On a une éducatrice 25 h avec nous à l’école, donc on a suffisamment de ressources même si on est un petit milieu. On a les ressources nécessaires pour supporter l’équipe-école et les enfants », précise Mme Cragg. L’école doublera son personnel passant de cinq à une dizaine. Tout le monde est très emballé, d’assurer la directrice. « Les personnes qui étaient ici s’étaient des personnes très optimistes, dynamiques, très impliquées dans le milieu. C’était des gens de projets et on est très chanceux : tous les gens qui se sont greffés à l’équipe ont la même philosophie. On va dans la même direction, on veut travailler avec la communauté; c’est très important que l’école soit ouverte surtout dans les petits milieux ruraux. Travailler ensemble, impliquer les gens de la communauté, les partenaires, nous, on voit ça de façon positive. » La directrice ajoute que les invitations pour l’activité se sont faites de façon personnalisée. « Chaque enseignant a téléphoné aux parents pour les inviter, leur expliquer ce qu’allait être le BBQ. Si on ne pouvait pas parler aux parents, on demandait confirmation. » D’ailleurs, bon nombre s’est déplacé pour l’activité.

Une année pleine d’enjeux pour la Commission scolaire des Hauts-Cantons

Comme chaque année, le président de la Commission scolaire des Hauts-Cantons, Yves Gilbert, entame l’année 2018-2019 avec enthousiasme. Plusieurs enjeux figurent à l’agenda dont le Plan d’engagement vers la réussite (PEVR) sur lequel M. Gilbert fonde de grands espoirs.

D’emblée, le président de la commission scolaire se réjouit que les enveloppes budgétaires affectées aux écoles soient reconduites. Il s’agit d’un investissement global de 2,6 M$ sur deux ans, permettant d’augmenter les ressources enseignantes, professionnelles et de soutien. L’investissement a été effectué l’année dernière et les sommes de cette année permettent de maintenir les ressources, d’expliquer M. Gilbert.

« Le premier des grands enjeux est le Plan d’engagement vers la réussite (PEVR) », insiste le président. D’ailleurs, la commission scolaire devrait en faire le lancement vers octobre ou novembre. M. Gilbert rappelle avec fierté que le PEVR s’inscrit dans le cadre de la politique de réussite éducative du ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, et qu’elle est le résultat d’une vaste consultation menée auprès de l’ensemble du personnel, des commissaires, les équipes-écoles et la population par le biais d’un sondage. « On a fait nos devoirs pour aller chercher le pouls du milieu. Je suis content parce qu’on a sollicité l’ensemble des partenaires. Chacun devrait se reconnaître. »

Avec le PEVR, explique-t-il, « on voulait quelque chose qu’on est en mesure de bien comprendre, de bien s’approprier, travailler avec des documents qu’on se reconnaît, qu’on est capable d’actualiser dans différents milieux. » Le PEVR, mentionne M. Gilbert, contient plusieurs axes répondant aux souhaits du ministre comme de ramener le redoublement à 10 %. Pour la Commission scolaire des Hauts-Cantons, le redoublement s’élève à 19 %. Parmi les enjeux, on retrouve entre autres, la réussite globale de chaque élève, celle d’offrir une formation de qualité diversifiée tout en innovant par la technologie. Cela se transposera également aux autres niveaux. « On veut offrir une formation que ce soit professionnelle et adulte qui répondent aux besoins des clientèles de chaque milieu », insiste-t-il. Parmi les enjeux, on retrouve celui d’offrir un milieu de vie et d’apprentissage accueillant et sécuritaire.

Pour y arriver, explique M. Gilbert, les écoles primaires, secondaires ainsi que la formation professionnelle et des adultes « devront travailler sur un projet éducatif pour juin 2019. Chaque milieu doit se trouver un projet éducatif, un plan d’action mesurable et réalisable. Les équipes-écoles, la direction, les parents, tout le monde seront mis à contribution. Moi, je tiens à ce que tout le monde se l’approprie. Ça commence par le chauffeur d’autobus. C’est faisable, il faut juste que tout le monde se l’approprie. »

Participation
M. Gilbert lance un appel aux parents de participer aux diverses assemblées d’écoles, aux conseils d’établissement. « Les parents ont leur place. Je crois au travail de collaboration dans les écoles. Les parents sont là pour supporter les équipes-écoles, les directions. On a besoin de tout le monde. »

Formation professionnelle
À ce chapitre, le président mentionne que les intervenants travaillent, à la demande des maires et du préfet de la MRC du Haut-Saint-François à offrir un DEP (diplôme d’études professionnelles) en santé. « Nous avons la carte. Il faut regarder comment le faire en alternance avec les autres centres de Coaticook et Lac-Mégantic. » Si tout va bien, on pourrait l’offrir pour l’an prochain, de mentionner M. Gilbert.

Nouveautés
D’autre part, la commission scolaire pourrait offrir, dès cet automne, aux femmes monoparentales du Haut-Saint-François, un service de garderie à l’école. Il s’agit d’un nouveau service qui existe déjà du côté de Coaticook et Lac-Mégantic. Il s’adresse à celles qui souhaiteraient faire leurs études à l’éducation aux adultes. « C’est pour une formation spécifique qu’elles viennent compléter aux adultes pour atteindre le diplôme d’études secondaires. Le projet se travaille avec les CJE. Ça devrait être élaboré et mis en place pour cet automne », de compléter M. Gilbert.

Cuir et dossards pour une bonne cause

Le troisième Bike Stop 108 de Lingwick a réuni 550 motocyclettes et encore plus de gens – certains s’étant déplacés en tandem – au cœur du secteur Ste-Marguerite. Les fonds amassés par la vente de boisson et de nourriture iront à des organismes locaux.

L’une des organisatrices, Josée Bolduc, rappelle que le but premier d’une telle activité est de « mettre Lingwick sur la map ! » « Et d’avoir une activité qui rend notre village vivant », vient compléter Manon Rousseau, une autre bénévole. Une grande et bruyante effervescence régnait effectivement sur le site avec son va-et-vient constant de motocyclistes. Il était possible d’y admirer une grande variété de deux-roues, certains plus anciens, d’autres modifiés (custom).

Outre l’aspect mécanique, on retrouvait sur place une douzaine de kiosques, dont la moitié offrait nourriture et rafraichissements et était gérée par l’organisation du Bike Stop. Plus de 600 hot dogs spéciaux avec «la saucisse à Donald» ont été vendus au kiosque de M. Rousseau, anciennement de l’abattoir du même nom.

Le rassemblement étant organisé par le Village de Noël du canton de Lingwick, les profits amassés vont à des causes aidant les enfants. C’est ainsi que 175 cadeaux peuvent être achetés en vue du prochain Village ou quelques repas pour les écoliers.
Paul Lacombe, de Sherbrooke, en était à son premier rassemblement moto à vie. Un ami avec qui il a l’habitude de faire des randonnées l’a contacté le matin même afin de se joindre à un groupe de six. Le retraité de 68 ans a déjà parcouru 35 000 km en une saison sur sa Harley Davidson 1340 Softail, mais a désormais ralenti le rythme suite à une opération.
Dany Bachand de Magog a effectué ce qu’il appelle « un petit détour de 200 km » pour savourer un hot dog spécial Rousseau. Un groupe arrivait même de Sorel pour l’occasion.

3 symboles du patrimoine canadien

Chaque année, des millions de Canadiens s’adonnent à la chasse, au piégeage et à la pêche. Plus que de simples loisirs, ces activités font partie du patrimoine national. Le samedi 15 septembre 2018, la population est invitée à reconnaître et à célébrer leur importance à l’occasion de la Journée du patrimoine national en matière de chasse, de piégeage et de pêche.
L’évènement vise entre autres à rappeler le rôle des chasseurs, des trappeurs et des pêcheurs dans le développement du Canada. Comme le rappelle le gouvernement fédéral, ceux-ci ont parcouru et cartographié les cours d’eau, les forêts et les prairies d’un bout à l’autre du pays.

Encore aujourd’hui, une foule de Canadiens pratiquent ces activités sportives dans le but de se nourrir ou simplement pour leur agrément. Sans l’ombre d’un doute, les chasseurs et les pêcheurs contribuent de façon importante à l’économie canadienne.

Comment célébrer ?
Il existe 1001 façons de célébrer la Journée du patrimoine national en matière de chasse, de piégeage et de pêche. Vous pouvez par exemple :
• Organiser une fin de semaine de pêche;
• Visiter un nouveau site de chasse;
• Initier vos proches au piégeage;
• Déguster le petit ou le gros gibier;
• Joindre un club de chasse;
• Apprendre à tanner les fourrures;
• Fabriquer un bijou à partir d’une plume, de bois, de griffes, etc.
Quelle que soit la façon dont vous soulignez l’évènement, faites-le en compagnie de vos proches et partagez votre passion !

Les Flèches Filantes visent juste

La compétition annuelle de tir à l’arc du club Les Flèches Filantes s’est tenue dans le boisé du parc de loisirs de St-Mathias-de-Bonneterre à la fin aout. L’événement a réuni une cinquantaine de tireurs en journée, avant d’attirer plus de 200 personnes pour la soirée méchoui.

Éric Gaudreau, un des organisateurs, voit la fin de l’été comme un bon moment pour la tenue du tournoi. « Rendu à ce temps-ci, les maniaques de chasse commencent à sortir leur arc. Ça fait qu’on s’arrange pour faire notre parcours tard dans l’été. Il y en a gros que c’est des chasseurs qui viennent ici. Ils ne viennent pas tirer pour les points. C’est vraiment une pratique pour la chasse. »

Outre des gens du Haut-Saint-François, la compétition attire du monde de Sherbrooke, Montréal et même un tireur des États-Unis. Alex Phaneuf et Bryan Laroche, d’East Angus, en étaient respectivement à leur troisième et première participation. Les jeunes hommes se pratiquent pendant l’année sur le terrain du père de M. Phaneuf, situé sur le bord de la rivière Saint-François à Dudswell.

Les deux amis n’ont pas l’habitude de viser des cibles 3D, comme celles qui avaient été spécialement installées le long du parcours à l’occasion du tournoi. Le reste de l’année, ce sont des cibles plates, ou 2D, qui sont utilisées par le club de tir. Mais lors des grandes occasions, Les Flèches Filantes sortent une trentaine de cibles totalisant 22 000 $. Les plus dispendieuses frôlent les 1250 $ l’unité. « On est un des clubs avec les plus belles cibles au Québec », confirme Éric Gaudreau.

La journée se terminait avec le traditionnel méchoui de porc et d’ours. Le repas, qui regroupe plus de 200 personnes année après année, a la particularité d’être cuit sous terre pendant une quinzaine d’heures. Le déterrement de la viande est un événement en soi autour duquel se réunit une centaine de curieux. En soirée, un chansonnier s’offrait en spectacle. Le tournoi de tir à l’arc était une présentation de Loisirs St-Mathias et des Flèches Filantes.

©2020 Journal Le Haut-Saint-François