Rachel

C15

I’m itching to move forward on my project to write about the Witch of New Mexico Road.
Most people think she was buried in the Thompson Cemetery on New Mexico Road, not far from Island Brook. For years, I thought that, too.
The story goes that entire herds of cows in the New Mexico area had gone dry. One night in the 1880s, farmers laid a trap in a cattle barn and caught a large white rabbit. They suspected supernatural foul play, and put several notches in its ears before setting it free.
Soon after, an old Irish farmer’s wife named Peggy Green died. The farmers noticed her ears were notched. They buried her in “the Irish cemetery on New Mexico Road,” wrote John Robert Colombo in the Ghost Stories of Canada. The cows still did not give milk, so they walled-in her grave to contain her ghost. Only then did the curse lift.
“The U-shaped walled-in area may be seen to this day,” wrote Colombo.
But no such structure is to be found in the Thompson Cemetery. The cemetery is on a hill, above a roadside embankment, where one can see boulders that must have once been a wall. Was it built to keep the cemetery’s inhabitants from sliding downhill into the road – Peggy Green among them? But her name is not among the cemetery inhabitants.
In a booklet the Eaton Corner Museum kindly lent me, published by the Megantic-Compton Cemetery and Church Association, I found a list of cemeteries in our MRC, including Newport. And there – at C15, the corner of North River Road and New Mexico Road, I discovered a cemetery I had not known existed.
That’s more than two kilometres down the road from Thompson Cemetery. It’s also the site of the now-disappeared hamlet once known as New Mexico, beside the North River. Now it is covered by lush fields.
Are Peggy Green’s remains in the Thompson Cemetery? I think not. I think it makes sense she and other residents of New Mexico were buried in the New Mexico Cemetery, C15. To find her remains, we would need first to locate the remains of the New Mexico Cemetery.
If anyone has any documents or information about this now-invisible cemetery, please, oh please, let me know: 819-640-1340.
OSCAR AND WALTER
Our memory of Peggy Green is a reconstructed fragment; artists’ and writers’ lives and work may be better documented. Two contemporaries of Peggy – Oscar Wilde (1854-1900) and Walter Crane (1845-1915) – are the focus of Tony De Melo’s new art exhibit.
You likely recognize Wilde’s name, famous as he was as a poet, playwright, essayist and art lecturer. “All of fashionable London was at his behest,” writes De Melo. But his career was cut short when he was sentenced to two years’ hard labour because of his homosexuality. Tragically, he died alone in a Paris rooming house.
Walter Crane was similarly lauded as a painter, illustrator of children’s books, designer of fabrics and ceramics, graphic artist and educator. He died surrounded by family and friends, and his books were much loved.
“Time has been kind to Oscar. He is viewed as a great writer,” writes De Melo. “Sadly, Walter’s fate has been less kind. For a very long time he was forgotten.”
Trials and Tribulations: Oscar and Walter, an Encounter presents De Melo’s unique contemplation of these two men. He created a series of paintings using actual texts from Oscar Wilde’s trials, on which he enlarged and superimposed details from Walter Crane’s engravings and drawings.
“Careful attention has been made to reproduce Crane’s work so as to view his great skill as a draughtsman,” writes De Melo. He describes his work as a “labour of love,” and a way “of paying homage to two great artists. Both have had a formative influence in my career.”
Reading the transcripts of Oscar Wilde’s trial can be heartrending and infuriating, juxtaposed as they are with Crane’s images of figures exuding tranquility or commanding deference. Society rewards a life that respects its rules (however misguided they prove) and Crane, the straight man, reaped those rewards. In contrast, society inflicted torment on Wilde that led to his death.
This is a thought-provoking exhibit; it both rewards the eye and troubles the heart.
You can see it at the Galérie Métissage. 6361 rue Salaberry, Lac Mégantic, from October 20 to November 30. The gallery is open Thursday to Sunday, from 10 a.m. to 5 p.m.
De Melo has studios in both Montreal and Bury, where he is a member of the Canterbury Center Committee. He taught art for many years at the Saidye Bronfman School of Fine Arts and Loyola High School. He has exhibited widely in galleries throughout Canada, and has work in such public collections as the Canada Council Art Bank and the prêt d’oeuvres d’art du Musée du Québec.
COOKSHIRE ART EXHIBIT
Le Haut en tableaux by Ginette Djinn Bertrand, Diane Dugal, and John Ward on Sundays only, from 12 to 4 p.m., at Victoria Hall, 125 Principale West, Cookshire, ends November 7.
CHURCHES
Anglican. Bishop Bruce Myers continues to offer Home Prayers at 4 p.m., Sundays, on Facebook, and at quebec.anglican.ca (Worship Videos). Info: 819-887-6802, or quebec.anglican.ca.
United. In-person Sunday services are bi-weekly; on October 31 is an at-home service. Info: 819-452-3685; spiresta@hotmail.com; or United Eaton Valley Pastoral Charge (Facebook).
Baptist. In-person Sunday services are with Covid-19 protocols in place (distancing; masks can be removed when sitting down; wear masks when singing, etc.). The service is in French at 9 a.m., and in English at 11 a.m. Persons with flu symptoms are asked not to attend services. The pastor’s message is also available on YouTube: For the link, contact Pastor Michel Houle at 819-239-8818.
Do you have news to share? Call 819-640-1340 or email rawrites@gmail.com by November 1 for publication November 10, or by November 15 for November 24.

3 façons de soutenir les anciens combattants du Canada toute l’année

À l’occasion du jour du Souvenir, on commémore partout au pays les braves hommes et femmes ayant péri dans l’exercice de leurs fonctions, en plus de saluer le travail de ceux et celles qui servent actuellement dans les forces armées. Or, pourquoi limiter cette reconnaissance au 11 novembre ? Voici trois façons de soutenir les anciens combattants canadiens tout au long de l’année :

  1. Don à une organisation caritative
    Il existe un certain nombre d’organismes de bienfaisance, dont le Fonds du coquelicot et VETS Canada, qui font un travail essentiel pour soutenir les anciens combattants d’un océan à l’autre. Un don, même minime, peut contribuer à améliorer la situation des personnes qui ont risqué leur vie pour leur pays.
  2. Bénévolat dans une Légion
    Il y a plus de 1300 filiales de la Légion royale canadienne à travers le pays. En tant que plus grande organisation de services aux anciens combattants du Canada, celle-ci offre des programmes de sensibilisation et d’aide aux vétérans et à leur famille ainsi que des services communautaires. Donner du temps à votre filiale locale est une excellente façon d’agir pour le bien de ceux qui ont servi.
  3. Visite à un vétéran de votre collectivité
    Anciens Combattants Canada (ACC), en collaboration avec la Légion royale canadienne, gère une initiative qui facilite les visites auprès de vétérans dans des établissements de retraite et de soins de longue durée. Ces rencontres permettent des interactions sociales à des personnes qui, autrement, ne recevraient pas beaucoup de visiteurs et favorisent leur sentiment d’appartenance à la communauté. Passer du temps avec un ancien combattant peut avoir un impact majeur sur sa vie et la vôtre.
    En ce jour du Souvenir, sachez que nos vétérans ont besoin d’aide tout au long de l’année, et songez à offrir votre soutien.
actualite

Hockey senior A : Début de saison difficile pour les Shark’s

Les Shark’s d’East Angus de la ligue de hockey senior A connaissent un début de saison difficile. La défaite, vendredi passé, de 8 à 3 aux mains du Dynamik Service agricole de Coaticook, porte la fiche de l’équipe locale à une victoire et quatre défaites, dont une, en prolongation.

L’entraîneur-chef, Jean-François Houde et le propriétaire, Alex Paquette-Viens, sont déçus du début de saison, mais loin d’être abattus. Le vent n’est pas à la panique de leur côté. « Les résultats ne sont pas au rendez-vous, mais l’engagement est là », d’exprimer le pilote de la formation. M. Houde souligne qu’il y a eu beaucoup de mouvements de joueurs au sein de la formation et que cela s’inscrivait dans un processus. « On a un bon groupe, les gars sont engagés, très unis, on peut aller loin. Je ne suis pas inquiet, il n’y a aucun mode panique », exprime-t-il.

L’entraîneur est convaincu que sa formation est de beaucoup supérieure à ce qu’indique la fiche. Les défaites de 8 à 3 contre Coaticook, 9 à 3 et 9 à 5 contre le JB de Daveluyville n’indiquent pas vraiment l’allure des matchs. Dans la majorité des cas, la formation locale faisait bien, d’exprimer M. Houde. Cependant, c’est l’indiscipline de l’équipe avec plusieurs punitions qui a coûté cher à la formation locale. Effectivement, les Shark’s sont la formation la plus punie de la ligue.

M. Houde réitère sa confiance en son groupe de joueurs. « On est dans un processus, on va être prêt pour les séries. Les gars travaillent très fort. On aurait dû avoir de meilleurs résultats. Mes joueurs méritent beaucoup mieux. » Pour l’entraîneur, ce n’est qu’une question de temps avant que l’équipe retrouve le chemin de la victoire. « Quand ça va débloquer, on ne perdra pas beaucoup de match », d’assurer l’entraîneur. Pour sa part, M. Paquette-Viens a toute confiance envers son entraîneur et le groupe de joueurs. Le prochain match des Shark’s à East Angus se déroulera le 6 novembre à l’aréna Robert-Fournier à compter de 19 h.

Famille

Les St-Hilaire éprouvés reçoivent de l’aide : Des citoyens d’Ascot Corner se mobilisent et un Gofund.me en cours

La famille St-Hilaire est durement éprouvée par le sort.

Pour aider la famille St-Hilaire, d’Ascot Corner, durement éprouvée depuis quelque trois ans, leur voisine, Manon Lecours, lance une campagne de sociofinancement sur https://gofund.me/e2c36569. L’hiver est là et dormir à quatre dans les deux seules chambres qui restent à leur maison mobile ne sera pas de tout repos.

Pendant ce temps, des bénévoles se sont rassemblés pour leur donner du répit. Avec la saison froide qui frappe aux portes et l’importance des travaux à réaliser à court terme, toute assistance sera bienvenue, indique Mme Lecours. Elle ne sait pas comment ils la passeront ni les voisins non plus. « Je ne sais pas, écrit-elle, je crois que toute la rue est stressée face à leur situation. »

Claude St-Hilaire, son épouse, Chantal Grégoire, et leurs deux enfants, William et Anthony vivent les contretemps du sort depuis quelque trois ans. Les canalisations d’eau ont fui, envahissant la maison mobile qu’ils habitaient au point de devoir la quitter pendant cinq mois afin de réparer les dommages. Comme les assurances ne paient pas pour une remise à neuf d’une telle résidence, la famille s’est trouvée à devoir rembourser 4 000 $ à l’entrepreneur.

Pendant ce temps, le calcaire a durci dans la tuyauterie et les produits utilisés pour les déboucher les ont fait fondre. L’eau s’est glissée sous le plancher d’une grande partie de l’habitation, contaminant l’isolation. Le tout, non couvert par les assurances.

Les malheurs s’accumulent. Panneau électrique à changer, nouvelles fuites suspectées, des bardeaux de toiture qui se sont envolés lors d’un orage et qui causent d’autres infiltrations, manque d’argent, fracture des deux pieds de Mme Grégoire, perte d’emploi, ponceau à remplacer à leurs frais, la liste est encore longue. En fauteuil roulant, Mme Grégoire a dû s’exiler chez ses parents pendant huit semaines.
L’initiative de Manon Lecours arrive à point nommé pour leur redonner espoir.

Route 257

Réfection de la route 257 : Ça accroche entre Lingwick et Scotstown

La semaine dernière, l’entrepreneur a procédé à du rechargement granulaire du côté de La Patrie, Hampden et Scotstown.

Amorcés en juillet dernier, les travaux de réfection de la route 257 reliant Weedon, Lingwick, Scotstown, Hampden et La Patrie vont bon train. Toutefois, il y a un hic ! La portion entre Lingwick et Scotstown est prévue en traitement de surfaçage et non en asphalte.
Les membres du comité de la 257, regroupant les élus des municipalités concernées et le préfet, Robert Roy, font des pieds et des mains avec le député de Mégantic, François Jacques, pour trouver les sommes nécessaires qui permettraient de faire ce tronçon en asphalte. « On veut le faire asphalter d’un bout à l’autre », d’exprimer la présidente du comité et mairesse de La Patrie, Johanne Delage.
Le chargé de projet, Émile Royer, mentionne que les travaux de mise en forme du chemin et l’asphaltage pour le tronçon entre Lingwick et Scotstown, de près de 12 kilomètres, seront reportés à l’an prochain. Toutefois, les ponceaux qui devaient être faits dans ce secteur seront complétés au cours des prochaines semaines.
Les travaux sont en cours à divers endroits sur la route 257, parfois deux équipes travaillent simultanément. La semaine dernière, on effectuait du rechargement granulaire de la chaussée du côté de La Patrie, Hampden et Scotstown. On procédait également au remplacement de ponceaux entre Scotstown et la route 108 du secteur gravelé ainsi que le rechargement des accotements entre Weedon et la route 108.
Selon M. Royer, 40 % des travaux seraient exécutés. Cela inclut notamment, l’asphaltage entre Weedon et Lingwick, les bordures de chemin, les trous d’homme sur le bord de la route 257, où il en avait, les ponceaux dans La Patrie, Weedon, Lingwick, sauf la partie entre Lingwick et Scotstown qui devrait se terminer au cours des prochaines semaines. M. Royer estime qu’une bonne partie des travaux seront exécutés avant l’hiver sauf l’asphaltage. Le chargé de projet précise que la partie de Scotstown nécessitant la réfection du réseau d’aqueduc et d’égout sera complétée l’an prochain lorsque ces travaux, imputables à la municipalité, seront terminés. « Il peut arriver qu’une partie dans Scotstown soit asphaltée où il n’y a pas d’aqueduc et égout », ajoute-t-il. Si tout va bien et que la chaleur persiste, d’ajouter le chargé de projet, l’asphaltage devrait être terminé pour les deux couches. Actuellement, on est en plein dans le calendrier. » Les travaux ont été confiés à EMF Excavation Marchand et Fils de Victoriaville et devraient être exécutés au plus tard l’automne 2022.

actualite

Mayoral Elections : Races in Six Municipalities

Campaigns for the position of mayor are emerging in six municipalities in the Haut-Saint-François, including Ascot Corner, Bury, Cookshire-Eaton, Dudswell, Newport and Westbury. In contrast, the mayoral candidates in the municipalities of Chartierville, East Angus, Hampden, Lingwick, La
Patrie, Saint-Isidore-de-Clifton, Scotstown and Weedon were all elected without opposition.
In Ascot Corner, the outgoing councillor, Éric Mageau, is up against Jacques de Léséleuc, former mayor of Hatley and resident of the municipality for the past few years. During her campaign in the recent federal election under the colours of the Bloc Québécois, the outgoing mayor, Nathalie Bresse, had already announced her intention not to stand for re-election.
In Bury, it has been a while since the citizens have had a mayoral election. This time, they will have to decide between the outgoing mayor, Walter Dougherty, and Denis Savagùe. Over in Cookshire-Eaton, outgoing mayor Sylvie Lapointe will face outgoing councillor Mario Gendron. We have a surprise in Dudswell, where a three-way fight is emerging. Outgoing mayor Mariane Paré will face former mayor Jean-Pierre Briand and Daniel Blais.
The citizens of Newport will also have to elect a mayor. They will have to decide between Robert Asselin and Richard Gray. It will be the same for the voters of Westbury who will have to choose whether the outgoing mayor, Gray Forster, or the outgoing councillor, Sylvain Hébert, is best qualified to lead the municipality.
Other News
As well, in Saint-Isidore-de-Clifton, former mayor André Perron took over the reins of the municipality as mayor. In Lingwick, Robert Gladu succeeds mayor Céline Gagné. In Scotstown, the outgoing councillor, Marc-Olivier Désilets, will assume the leadership of the municipality. In Weedon, Eugène Gagné, appointed mayor last February, was elected without opposition.

actualite

Courses à la mairie : Des luttes dans six municipalités

Des courses pour le poste de maire se dessinent dans six municipalités du Haut-Saint-François notamment Ascot Corner, Bury, Cookshire-Eaton, Dudswell, Newport et Westbury. À l’opposé, les candidats des municipalités de Chartierville, East Angus, Hampden, Lingwick, La Patrie, Saint-Isidore-de-Clifton, Scotstown et Weedon ont tous été élus sans opposition.
À Ascot Corner, le conseiller sortant, Éric Mageau, fera la lutte à Jacques de Léséleuc, ex-maire de Hatley et résidant de la municipalité depuis quelques années. Rappelons que la mairesse sortante, Nathalie Bresse, avait déjà annoncé, son intention de ne pas demander de renouvellement de mandat au moment de s’engager dans la récente campagne fédérale sous les couleurs du Bloc Québécois.
À Bury, ça faisait un certain temps que les citoyens n’avaient pas eu de course à la mairie. Cette fois, ils devront trancher entre le maire sortant, Walter Dougherty, et Denis Savage. Du côté de Cookshire-Eaton, la mairesse sortante, Sylvie Lapointe, affrontera le conseiller sortant, Mario Gendron. Une surprise du côté de Dudswell où se dessine une lutte à trois. La mairesse sortante, Mariane Paré, affrontera l’ancien maire, Jean-Pierre Briand, et Daniel Blais.
Les citoyens de Newport devront également s’élire un maire. Ils devront trancher entre Robert Asselin et Richard Grey. Il en sera de même pour les électeurs de Westbury qui devront choisir qui du maire sortant, Gray Forster, ou le conseiller sortant, Sylvain Hébert, sera le mieux habilité pour diriger la municipalité.
Des nouveaux
Par ailleurs, à Saint-Isidore-de-Clifton, l’ancien maire, André Perron, a repris les rênes de la municipalité au siège de maire. À Lingwick, Robert Gladu succède à la mairesse, Céline Gagné. Du côté de Scotstown, c’est le conseiller sortant, Marc-Olivier Désilets, qui assumera le leadership de la municipalité. À Weedon, Eugène Gagné, désigné maire en février dernier, a été élu sans opposition.

actualite

Municipal Elections 2021 : Races in 11 Municipalities

The political face of municipalities is likely to change after the municipal elections of November 7. The adversaries total 64 candidates, including 13 for mayoral positions in six municipalities and 51 contenders to fill the 24 available councillor seats. One third of the candidates for the councillor positions are women.
The evening of the 7th, citizens of the municipalities of Westbury and Bury could find themselves with a brand new municipal council. In Westbury, all the elected officials are up for election, including the mayor. In Bury, only one councillor seat was filled without opposition, that occupied by Alain Villemure, seat number 4. In addition to a two-person battle for the position of mayor in Ascot Corner, two councillor seats, 4 and 5, are up for election. In Dudswell, citizens will have to decide among three candidates for mayor, but also between the candidates competing to fill seats 2 and 6. In Chartierville, two councillor seats are up for election, namely 4 and 6. In Weedon, taxpayers will have to determine which of five candidates will fill seats number 3 and 5.
In East Angus, three candidates are fighting for seat number 2. In Cookshire-Eaton, apart from the position of mayor, only seat 6 will be up for election. Over in Lingwick, only seat number 5 is up for election. In addition to a contest for the position of mayor in Newport, citizens will have to decide who will fill seat number 6. In Saint-Isidore-de-Clifton, voters will have to choose between one of the two candidates for seat 3. For Hampden, all the positions are filled with the exception of seat number 1 which is still vacant.
In La Patrie and Scotstown, all the positions were filled without opposition.
Re-elected Mayors
The mayor of East Angus, Lyne Boulanger, is quite proud of her unopposed re-election. “It is with pride that we receive it. It’s a great reward for our work. For me, to represent the town of East Angus, I find it a privilege. The slogan, My City, My Life, is true for me. I give myself 100%, even more.” Ms. Boulanger is also pleased with the re-election of board members. “It’s fun to see that. It means that people are proud of the work that we have done and that we have accomplished. We have a great municipal team, we work well together,” she added.
The talkative mayor of La Patrie, Johanne Delage, is not really surprised at her unopposed re-election. She attributes her victory to her involvement in the community. “I’m really involved in the community. The 257 is a major issue and it was my main cause, along with the community gardens, the public market, the flowers. That’s largely due to my involvement, I know that. That’s what people tell me. I’m in everything, I’m everywhere,” she laughed. Ms. Delage is starting a second consecutive term.
Chartierville Mayor Denis Dion attributes his re-election to the confidence people have in him. “Everybody trusts me. I work hard for the municipality, whether it is for development or for good management, I think I deliver.” As well, the mayor would like to thank the population for this mark of confidence. Mr. Dion will begin a third consecutive term in this position. He began his political career as an advisor in 2012 and subsequently replaced the then mayor, Jean Bellehumeur, mid-term. In Hampden, the mayor re-elected without opposition, Bertrand Prévost, is particularly satisfied that all the outgoing elected officials have been reconfirmed in their respective seats. “We have to believe that our citizens are satisfied with the management of the council. They have confidence in their council.” Mr. Prévost will therefore begin his fourth term as mayor. He began his political career as a city councilor 16 years ago. However, one councillor’s seat is still not filled. The mayor expressed his intention to send a letter to citizens inviting them to get involved and fill the available seat.

election municipale 2021

Élections municipales 2021 : Des luttes dans 11 municipalités

Le visage politique des municipalités risque de se modifier en marge des élections municipales du 7 novembre prochain. Un total de 64 candidats, dont 13, pour des postes de maires dans six municipalités et 51 personnes pour combler les 24 sièges de conseillers disponibles, se font la lutte. Le tiers des candidats au poste de conseillers sont des femmes.
Les citoyens des municipalités de Westbury et Bury pourraient se retrouver, le 7 au soir, avec un tout nouveau conseil municipal. À Westbury, tous les élus sont en élection incluant à la mairie. Du côté de Bury, un seul siège de conseiller a été comblé sans opposition, celui occupé par Alain Villemure au siège numéro 4. Outre une lutte à deux pour la mairie d’Ascot Corner, deux sièges de conseillers 4 et 5 sont en élection. À Dudswell, les citoyens devront trancher parmi les trois candidats à la mairie, mais également entre les candidats qui luttent pour combler les sièges 2 et 6. À Chartierville, deux sièges de conseillers sont en élection soit 4 et 6. À Weedon, les contribuables devront déterminer qui des cinq candidats combleront les sièges numéro 3 et 5.
À East Angus, trois candidats se font la lutte pour le siège numéro 2. À Cookshire-Eaton, hormis le poste de maire, seulement le siège 6 sera en élection. Du côté de Lingwick, seul le siège numéro 5 est en élection. Outre une lutte à la mairie du côté de Newport, les citoyens devront trancher pour combler le siège numéro 6. À Saint-Isidore-de-Clifton, les électeurs devront arrêter leur choix sur l’un des deux candidats au siège 3. Pour Hampden, tous les postes sont pourvus à l’exception du siège numéro 1 qui est toujours vacant.
À La Patrie et Scotstown, tous les postes ont été pourvus sans opposition.
Maires réélus
La mairesse de East Angus, Lyne Boulanger, n’est pas peu fière de sa réélection sans opposition. « C’est avec une fierté qu’on le reçoit. C’est une belle récompense de notre travail. Pour moi, de représenter la ville de East Angus, je trouve que c’est un privilège. Le slogan Ma ville, ma vie, pour moi, c’est vrai. Je me donne à 100 % même plus. » Mme Boulanger est également heureuse de la réélection des membres du conseil. « C’est le fun de voir ça. Ça veut dire que les gens sont fiers du travail qu’on a fait et qu’on a accompli. On a une belle équipe municipale, on travaille bien ensemble », complète-t-elle.
La volubile mairesse de La Patrie, Johanne Delage, n’est pas vraiment surprise de sa réélection sans opposition. Elle attribue sa victoire à son implication dans le milieu. « Je m’implique vraiment beaucoup dans le milieu. La 257, c’est un dossier majeur, c’était mon cheval de bataille et les jardins communautaires, le marché public, les fleurons. C’est beaucoup mon implication, ça, je le sais. Les gens me le disent, je suis dans toute, je suis partout », lance-t-elle en riant. Mme Delage entame un deuxième mandat consécutif.
Le maire de Chartierville, Denis Dion, attribue sa réélection à la confiance que les gens lui témoignent. « Le monde me fait confiance, je travaille fort pour la municipalité que ce soit au développement, à la bonne gestion, je pense que je rends la marchandise. » D’ailleurs, le maire tient à remercier la population pour cette marque de confiance. M. Dion entamera un troisième mandat consécutif à ce poste. Il a débuté sa carrière politique à titre de conseiller en 2012 et par la suite, remplacé à mi-mandat le maire démissionnaire de l’époque, Jean Bellehumeur. À Hampden, le maire réélu sans opposition, Bertrand Prévost, est particulièrement satisfait que tous les élus sortants de poste soient reconfirmés à leur siège respectif. « Faut croire que nos citoyens sont satisfaits de la gestion du conseil. Ils ont confiance en leur conseil. » M. Prévost entamera donc son quatrième mandat comme maire. Il a débuté sa carrière politique à titre de conseiller municipal, il y a 16 ans. Toutefois, un siège de conseiller n’est toujours pas comblé. Le maire manifeste l’intention d’adresser une lettre aux citoyens les invitant à s’impliquer et combler le siège disponible.

Nicole gagné

Médaille du lieutenant-gouverneur à Nicole Gagné

Modeste, réservée, altruiste, énergique, ne sont que quelques-unes des qualités que la mairesse Sylvie Dubé, de Scotstown, attribuait à Nicole Gagné, lors de la cérémonie de remise de la médaille d’argent du lieutenant-gouverneur du Québec destinée à l’ainée bénévole. Arrivée en 1977, Mme Gagné a impressionné par son engagement tant au comité culturel de la Ville, qu’à la bibliothèque, au marché public et aux activités artisanales. Son Honneur le lieutenant-gouverneur, J. Michel Doyon, de passage, se réjouissait de remettre de telles récompenses aux bénévoles et aux autres personnes méritantes. « Vous savez, le lieutenant-gouverneur se fait toujours un plaisir d’aller voir des personnes un peu partout au Québec. » Sa tâche, comme il le résumait, c’est de porter du bonheur et de la reconnaissance à celles et ceux qui se sont démarqués par leur implication, particulièrement chez les ainés. Mme Gagné avoue qu’elle « a toujours aimé le coin. » Surprise, elle ne voulait pas qu’on souligne son bénévolat. « J’apprécie, c’est une très belle reconnaissance », avouait-elle avec simplicité. Nicole Gagné reçoit des mains du lieutenant-gouverneur, J. Michel Doyon, la médaille d’argent destinée aux ainés qui se sont démarqués dans leur milieu.

Préfecture à la MRC du Haut-Saint-François

Préfecture à la MRC du Haut-Saint-François : Une lutte à deux

Les citoyens des 14 municipalités de la MRC du Haut-Saint-François auront à voter pour choisir qui du préfet sortant, Robert G. Roy, ou Marc Turcotte sera le mieux habilité pour remplir ce poste.
M. Roy complète un mandat à ce poste et manifeste l’intention de poursuivre. Son opposant, Marc Turcotte, a déjà sollicité ce poste, sans succès, en 2013. Cette fois, il revient plus déterminé que jamais. M. Turcotte s’était présenté lors de la dernière élection municipale à Cookshire-
Eaton contre la mairesse sortante, Sylvie Lapointe.

actualite

Prefect of the Haut-Saint-François MRC : A Two-way Fight

The citizens of the 14 municipalities in the Haut-Saint-François MRC will vote to choose which candidate, the outgoing prefect Robert G. Roy or Marc Turcotte, is best qualified to fill the position of warden, or prefect.
Mr. Roy is completing a term in this position and has expressed his intention to continue in it. His opponent, Marc Turcotte, already ran for election to this post, without success, in 2013. This time, he is back, more determined than ever. Mr. Turcotte ran in the last municipal election in Cookshire-Eaton against the current mayor, Sylvie Lapointe.

Lucienne Gravel Gosselin

Médaille du lieutenant-gouverneur pour Lucienne Gravel

Le lieutenant-gouverneur du Québec, J. Michel Doyon, a octroyé au printemps dernier la médaille du lieutenant-gouverneur à Lucienne Gravel de Weedon. Cette femme impliquée dans plusieurs causes se dresse comme un pilier de la communauté weedonnaise. Le cabinet de l’honorable J. Michel Doyon écrit que Mme Gravel « est toujours prête à relever des défis. Elle a toujours eu à cœur sa communauté et s’y est engagée avec cœur et dévouement. Leader positive, généreuse et bienveillante, elle est un pilier et un modèle pour ses consœurs et confrères. » Nous apercevons Mme Gravel avec la médaille du lieutenant-gouverneur.

Circuit des sheds panoramiques du HSF

Circuit des sheds panoramiques du HSF : Ascot Corner s’ajoute

La shed, située à Ascot Corner, s’ajoute au circuit panoramique réparti dans huit municipalités du Haut-Saint-François, dont Saint-Isidore-de-Clifton, Lingwick, Weedon, La Patrie, Cookshire-Eaton, East Angus et Hampden.

Le magnifique circuit des sheds panoramiques du Haut-Saint-François se bonifie pour l’automne avec celle à Ascot Corner. Les amateurs de nature, patrimoine et histoire pourront parcourir le trajet des huit sheds situées dans autant de municipalités du territoire.
La shed, située sur la rue Blouin à proximité de l’ancien garage municipal, permet aux visiteurs de bénéficier d’un magnifique point de vue sur la rivière Saint-François. Il offre également l’opportunité de faire un pique-nique dans le parc aménagé autour de la structure. La shed offre un aperçu de l’histoire locale en y soulignant ses particularités d’hier à aujourd’hui.
Cette réalisation est le fruit d’une collaboration de plusieurs intervenants, dont la firme Pittoresco qui a assuré le design, le graphisme ainsi que la construction. Mme Anne Dansereau a complété les recherches et rédigé les textes. La municipalité a réalisé la préparation du terrain pour faciliter l’installation de la shed et l’aménagement complet de la halte. La réalisation du projet, évalué à 70 000 $, a été orchestrée par Julie Pomerleau, agente de développement culturel au Centre local de développement (CLD) du Haut-Saint-François. L’initiative a nécessité un investissement global de quelque 70 000 $, dont 35 000 $ proviennent de l’Entente de développement culturel signée entre le ministère de la Culture et des Communications du Québec et la MRC du Haut-Saint-François. La différence, entre autres en travaux, est assumée par la municipalité.

Valoris

Valoris se porte mieux financièrement : Les municipalités en bénéficieront

Robert Roy, préfet de la MRC du Haut-Saint-François et vice-président, ainsi que Steve Lussier, maire de la Ville de Sherbrooke et président de Valoris, entrevoient l’avenir de Valoris avec optimisme.

On ne crie pas encore victoire du côté de Valoris, mais le plan de redressement 2019-2021 semble porter fruit. La situation financière s’améliore et se répercute sur les municipalités qui bénéficieront d’une baisse des tarifs de 21 $ la tonne pour le traitement des déchets en 2022.
Cette mesure est inscrite à l’intérieur du budget d’exploitation qui a été approuvé la semaine dernière lors d’une réunion extraordinaire du conseil d’administration de Valoris. Il est également prévu une diminution du budget de fonctionnement passant de 17,9 M$ en 2021 à 16,5 M$ pour 2022 de 7,7 %. Cela est principalement attribuable à une révision des dépenses projetées qui a mené à la réduction du plafond de nivellement du paiement de la dette accumulée de 6 M$ à 4,6 M$ en utilisant le Fonds de réserve accumulée à cette fin. Ce fonds s’élève à 2,6 M$. On estime que ce montant sera suffisant pour remplir les obligations de paiement annuel sans impact futur sur la tarification appliquée aux membres. D’ailleurs, la proportion du montant alloué au remboursement de la dette a diminué au cours des trois dernières années passant de 43 % à 28 %. La dette à long terme s’élève à environ 30 M$, « mais on a des valeurs marchandes qui dépassent 40 M$ » de préciser le directeur général, Denis Gélinas.
Le président de Valoris et maire de Sherbrooke, Steve Lussier, ainsi que le vice-président et préfet de la MRC du Haut-Saint-François, Robert Roy, étaient pour le moins fiers de dire que le plan de redressement fonctionnait. « Nous sommes en train de gagner notre pari. Le budget d’aujourd’hui démontre tout le travail qui a été effectué dans les dernières années pour permettre à Valoris de faire face à ses obligations sans faire des demandes financières additionnelles à ses partenaires. Vous verrez, les sacrifices des derniers mois nous permettront une double retombée, la pérennité de la régie et des économies pour les partenaires. Valoris était en position précaire dans le passé, il fallait qu’il fasse des règlements d’emprunts pour payer l’épicerie. Une structure municipale qui se respecte doit avoir un minimum de 20 % de fonds de roulement pour pouvoir fonctionner et c’est ce que Valoris n’avait pas et c’est ce qu’on a monté », d’exprimer M. Roy.
Diminution
Les municipalités membres bénéficieront donc d’une diminution du tarif pour le traitement des matières résiduelles de type « déchets » de 21 $ faisant chuter le montant de 241 $ à 220 $ la tonne. Le statu quo est maintenu pour les municipalités non membres à 92 $/tonne et 133 $/tonne pour les autres clients. Les prévisions de réception de matières résiduelles pour 2022 sont de 34 500 tonnes acheminées par la Ville de Sherbrooke, 6 750 tonnes pour les 14 municipalités du Haut-Saint-François, 2 000 tonnes de municipalités non membres et 4 500 tonnes d’autres clients pour un total de 47 750 tonnes.
Par ailleurs, les tarifs pour les activités du Centre de transfert situé à Sherbrooke connaîtront une légère augmentation pour 2022. Pour les municipalités membres, les tarifs sont établis sur le principe utilisateur payeur et seront de 7,02 (+0,24 $/tonne) pour le transbordement et de 12,33 $/tonne (+0,24 $/tonne) pour le transport. Pour les autres clients, les tarifs seront et de 7,90 $/tonne (+0,25 $/tonne) pour le transbordement et de 13,20 $/tonne (+0,25 $/tonne) pour le transport. Valoris prévoit le maintien en 2022 de tous les autres tarifs de réception et de traitement en vigueur en 2021 pour les services aux membres, non-membres et autres clients pour les divers produits acheminés au site d’enfouissement ou au centre de tri multimatières (ligne CRD).
Investissement
Du côté investissement, Valoris prévoit la construction d’une aire de réception polyvalente des matériaux (CRD et autres) pour le centre de tri multimatières, la fermeture de la cellule d’enfouissement 6B à même le Fonds de fermeture prévu à cette fin et la valorisation des biogaz captés et pompés de la masse des déchets du LET actuellement en exploitation pour les diriger vers des utilisateurs potentiels intéressés. Valoris prévoit mettre de l’avant un plan de relance en 2022 avec comme pierre angulaire le redémarrage de la ligne de tri de déchets RÉS/ICI par tri mécano-biologique (TMB). À cet effet, les discussions sont toujours en cours avec Recyc-Québec et le ministère de l’Environnement. « Si le gouvernement décide de ne pas poursuivre dans nos demandes, la 2e ligne qui est arrêtée, il n’y a rien qui empêche de la convertir en quoi que ce soit. Je peux faire un autre CRD de façon plus optimisée, je peux aller vers une autre chaîne de tri, il y a une multitude de choses », précise-t-il.
Le préfet et vice-président de Valoris est satisfait de la relation qu’il a développée avec le président et maire de Sherbrooke, Steve Lussier. « On a eu de petits accrochages, mais on avait un objectif commun. On a réglé au-delà de 30 points pendant les derniers quatre ans. On a tout réglé les litiges, on a tout réglé les problèmes au niveau de l’environnement qui ont eus dans le passé. Il nous reste seulement le litige avec le consortium à faire. Le plus gros est fait. Nous, on sort des surplus et c’est ça qu’on veut. J’ai confiance; on va être capable de performer. »
S’il devait être réélu comme préfet, M. Roy souhaite rencontrer les gens qui ressentent un inconfort vis-à-vis leurs inquiétudes face à l’agrandissement du site d’enfouissement pour les rassurer et assurer de la collaboration de Valoris.
Mentionnons que le budget de Valoris doit être soumis pour adoption auprès des deux partenaires soit la MRC du Haut-Saint-François et la Ville de Sherbrooke.

Des pizzas pour la cause scolaire

Des pizzas pour la cause scolaire

À Lingwick, des écoliers de Notre-Dame-du-Sacré-Cœur de Weedon ont utilisé le four à pain de l’endroit pour cuire de délicieuses pizzas. Les agapes qui ont bénéficié de l’expertise d’enseignantes, d’élèves qui « OSEntreprendre », de jeunes apprenants et de nombreux commanditaires ont su satisfaire l’appétit des convives. La joyeuse troupe de cuisiniers souhaitait recueillir des fonds pour ajouter des activités scolaires à celles existantes à l’école. Ils veulent aussi acquérir du matériel pour les réaliser. Lors de cette journée, plusieurs personnes se sont rassasiées de ces denrées cuites sur feu de bois.
Au four à bois, Thomas Fontaine, de 3e secondaire au collège Le Salésien, Léa-Rose Fontaine, Élise Alix et Lily-Mai
Archambeault de l’école Notre-Dame-du-Sacré-Cœur de Weedon.

actualite

Scholarship Recognition Evening : A Tradition That Lives On

Like the other Haut-Saint-François municipalities, the Township of Newport awarded scholarships to six high school graduates as part of a scholarship recognition evening organized by the Cité-école Louis-Saint-Laurent.
Since the beginning of September, some ten ceremonies have taken place in which as many municipalities and members of the school team (directors, teachers, support staff and professionals) of the Cité-école have participated in various towns and villages of Haut-Saint-François. Representatives from the Alexander Galt Regional High School also attended the meetings to recognize a total of 17 graduating students.
The mayor of Newport, Lionel Roy, and Francine Turmel, representative of the Caisse Desjardins du Haut-Saint-François, presented each student with a cheque totaling $350, with $200 contributed by the municipality and $150 by the financial institution. Both presenters congratulated the students and encouraged them to pursue their dreams. Ms. Turmel invited young people to visit the Desjardins site, in particular the Desjardins Foundation, to discover a scholarship and career development program. Mayor Roy encouraged parents to support their children throughout their development.
The director of the Cité-école, Tommy Bureau, was present to advocate for young people. « I believe in young people, I believe in our youth, they are beautiful, good and fine, and I have confidence in passing the torch to them. Mr. Bureau acknowledged that the institution has a primary educational mission, but added that it also fulfills the role of helping to develop good people.
As has become the tradition, Ginette Bruyère, Spiritual Life and Community Engagement Facilitator, provided news about previous graduates, giving a brief account of their academic or professional development. The goal is to keep a connection with the previous recipients and encourage the new ones to continue their journey.
The cohort of graduates for the 2020-2021 school year residing in Newport includes: Jacob Grégoire, Alexis Castonguay, Chantal Patry, Mirko Pérusse, Rosalie Rochon, and Mikaela Lamarche of the Alexander Galt High School. Each graduate spoke about their educational path, whether college or university, while others discussed their development in the labor market.
Recognition
Note that the recognition evenings are in their 12th edition, coinciding with the city-school project. The various speakers have honored this year, during the 10 meetings, no less than 84 graduates of the 2020-2021 school year, including 41 boys and 43 girls. These young people have obtained either a high school diploma (DES) or a vocational studies diploma (DEP). In addition to awarding the cheques, the main objective of the events is for the community to recognize the students.

soirée des bourses reconnaissance

Soirée des bourses reconnaissance : Une tradition qui se perpétue

Nous retrouvons à l’avant, de gauche à droite, Chantal Patry, Mikaela Lamarche et Jacob Grégoire. Dans le même ordre à l’arrière, Mirko Pérusse et Alexis Castonguay.

À l’instar des autres municipalités du Haut-Saint-François, le Canton de Newport a procédé à la remise de bourses à six finissants scolaires dans le cadre de la soirée des bourses reconnaissance, orchestrée par la Cité-école Louis-Saint-Laurent.
Depuis le début de septembre, c’est une dizaine de soirées qui se sont déroulées auxquelles ont participé autant de municipalités et les membres de l’équipe-école (directions, enseignants, personnel de soutien et professionnels) de la Cité-école dans les différentes villes et villages du Haut-Saint-François. Des représentants de l’école Alexander Galt ont également participé aux rencontres pour reconnaître un total de 17 élèves finissants.
Le maire de Newport, Lionel Roy, et Francine Turmel, représentante de la Caisse Desjardins du Haut-Saint-François, ont remis à chacun, un chèque totalisant 350 $, soit 200 $ de la municipalité et 150 $ de l’institution financière. Tous deux ont félicité les étudiants et les encourageaient à poursuivre leurs rêves. Mme Turmel a invité les jeunes à visiter le site Desjardins notamment la Fondation Desjardins pour y découvrir un programme de bourses d’études et de cheminement de carrière. Le maire Roy a encouragé les parents à soutenir leurs enfants tout au long de leur développement.
Le directeur de la Cité-école, Tommy Bureau, y est allé d’un plaidoyer en faveur des jeunes. « Je crois aux jeunes, je crois dans notre jeunesse, ils sont beaux, bons, fins et j’ai confiance de leur passer le flambeau. » M. Bureau reconnaît que l’institution a d’abord une mission éducative, mais ajoute qu’elle remplit également le rôle de contribuer à faire de bonnes personnes.
Comme c’est devenu la tradition, Ginette Bruyère, animatrice à la vie spirituelle et à l’engagement communautaire, a livré des nouvelles des finissants précédents, donnant un bref compte-rendu de leur évolution académique ou professionnelle. L’objectif est de garder un lien avec les anciens et encourager les nouveaux à poursuivre leur cheminement.
La cohorte de finissants pour l’année scolaire 2020-2021 demeurant à Newport est : Jacob Grégoire, Alexis Castonguay, Chantal Patry, Mirko Pérusse, Rosalie Rochon et Mikaela Lamarche, d’Alexander Galt. Chaque finissant s’est exprimé sur son cheminement scolaire que ce soit collégial ou universitaire tandis que d’autres ont abordé leur développement sur le marché du travail.
Reconnaissance
Mentionnons que les soirées reconnaissance en sont à leur 12e édition, coïncidant avec le projet de cité-école. Les divers intervenants ont honoré cette année, à travers les 10 rencontres, pas moins de 84 finissants de l’année scolaire 2020-2021, dont 41 garçons et 43 filles. Ces jeunes ont soit un diplôme d’études secondaires (DES) ou un diplôme d’études professionnelles (DEP). Outre la remise de chèques, l’objectif de la démarche vise principalement à faire reconnaître l’élève par sa communauté.

Démarrer-une-coopérative

5 bonnes raisons de démarrer une coopérative

Les coopératives contribuent à bâtir un monde meilleur de plusieurs manières, notamment grâce aux valeurs qui les guident, à leurs objectifs sociaux et économiques et à leur respect de l’environnement. Voici cinq excellentes raisons de lancer une coopérative !
Proximité avec les clients : les membres d’une coopérative constituent son capital et sont également ceux qui prennent les décisions. La proximité avec ceux-ci permet de mieux répondre à leurs besoins.
Faculté d’entraide : les coopératives œuvrent régulièrement au sein de différentes structures afin d’apporter le meilleur à leurs membres, mais aussi d’encourager les initiatives du mouvement coopératif.
Solution à un problème : les coopératives naissent principalement d’un besoin à combler. Elles permettent, entre autres, de s’unir pour acheter des équipements dispendieux ou pour redonner et investir dans la communauté.
Prises de décisions stratégiques : les décisions d’un modèle coopératif sont prises en tenant compte de nombreux points de vue, ce qui évite ou limite grandement les mauvais choix. Chaque membre ne dispose à cet effet que d’un seul vote lors d’une assemblée générale, et ce, quelle que soit la quantité de parts qu’il détient.
Taux de survie : les coopératives sont particulièrement durables. Après 10 ans d’existence, leur taux de survie est plus du double de celui des autres types d’entreprises. Elles sont donc plus susceptibles de résister aux aléas économiques et de demeurer actives longtemps.
Pour en apprendre plus sur le processus de démarrage d’une coopérative ou pour obtenir un appui financier, visitez le cqcm.coop !

Bourse de la Fondation Desjardins

Bourse de la Fondation Desjardins : Cinq étudiantes décrochent des bourses

Cinq étudiantes membres de la Caisse Desjardins du Haut-Saint-François sont les heureuses bénéficiaires d’une bourse d’études de la Fondation Desjardins d’un montant total de 5 500 $. Cette somme leur permettra de poursuivre leurs études, soit au niveau collégial ou universitaire.
Alexane Brunelle de Stoke se mérite 1 500 $ afin de poursuivre ses études universitaires. Les étudiantes Alexandra Gauthier de Scotstown, Laurence Gagné de Notre-Dame-des-Bois, Annick Bouchard de Weedon et Christine Dubois de Westbury obtiennent respectivement une aide de 1 000 $ pour continuer leurs études collégiales. Elles ont été sélectionnées parmi plus de 33 000 candidatures soumises cette année. En 2021, la Fondation Desjardins a remis 2 M$ en bourses d’études à des étudiants du Québec et de l’Ontario. Une nouvelle catégorie de bourses a été ajoutée pour aider les jeunes qui effectuent une réorientation ou un retour aux études en raison de la pandémie.
« Ces jeunes, qui ont vécu de grands doutes et incertitudes dans la dernière année, se démarquent par leur persévérance ou leur engagement dans le milieu. C’est un honneur de les appuyer. Ils méritent qu’on les encourage et qu’on les aide à développer leur plein potentiel. », mentionne Nancy Lee, directrice de la Fondation Desjardins.
Ces gestes, précise-t-on par voie de communiqué de presse, s’inscrivent dans le prolongement de l’action de la Caisse Desjardins du Haut-Saint-François dans son milieu, sous la forme d’un engagement concret envers la réussite éducative. Grâce à la force du Mouvement Desjardins, des milliers d’étudiants au parcours hors du commun sont appuyés financièrement dans leurs études chaque année. En poursuivant, ces jeunes se donnent la possibilité de contribuer positivement et concrètement à la société. La Caisse Desjardins du Haut-Saint-François est particulièrement fière de reconnaître ces étudiantes inspirantes, contribuant par le fait même au mieux-être économique et social de sa collectivité. Le conseil d’administration se joint au directeur général et à toute l’équipe pour offrir ses meilleurs vœux de succès aux jeunes lauréates et pour les féliciter de cette distinction.

École Notre-Dame-de-Lorette

École Notre-Dame-de-Lorette : Les élèves sèment et récoltent des dollars

Les légumes et les courges de la saison 2021 que des écoliers de Notre-Dame-de-Lorette ont cultivés ont trouvé preneurs lors de l’activité de financement organisée le 25 septembre dernier. Aidés par des parents et des enseignants qui les ont encadrés tout au long du processus, ils ont tenu kiosque après entente avec la Coop La Patrie. Avec la vente de hot dogs, sur l’heure du dîner, ils ont amassé pour leur labeur 1 050 $. Matthew Maclure, directeur de cette école et de celle de Saint-Isidore-de-Clifton, rappelait que cette première édition était couronnée de succès. Dans le but d’insuffler un plus grand désir de réussite scolaire, M. Maclure annonce que cette année : « on forme un conseil scolaire avec des écoliers de la 3e à la 6e année avec l’aide de Mme Audrey Simon, enseignante. ». Leur but, s’impliquer pour trouver des idées qui serviront à financer des activités parascolaires. L’expérience démontre selon lui que c’est un bon moyen d’intéresser les enfants à persévérer. Depuis quelques années, la sortie pour descendre les pentes en ski alpin en motive plusieurs.
Derrière dans l’ordre habituel, Caroline Pelletier, Marie-Ève Marleau-Parent, Sonia Spooner, Carole Paquette, responsable du jardin et des activités reliées, Matthew Maclure, devant, Marc-Antoine Prévost, Milan Maclure et Nayelie Ponce-Marleau.

©2022 Journal Le Haut-Saint-François