actualite HSF

Qu’est-ce qu’un préfet ?

Depuis 2001, la MRC du Haut-Saint-François a l’opportunité de choisir son préfet au suffrage universel. C’est le 5 novembre prochain que la population aura à faire le choix parmi les candidats en lice. Toutefois, s’il existe des personnes croyant que ce poste est de type honorifique et purement protocolaire, ils devront se raviser, car la tâche en est une à temps plein et requiert entre autres des aptitudes intellectuelles, de leadership, de capacité d’adaptation, d’être rassembleur sans compter une grande disponibilité.

  1. Gilles Goddard d’Ascot Corner, a été le premier préfet élu en 2001, suivi de Michel Gendron de Weedon, Marc Reid d’East Angus, Nicole Robert de Dudswell, et présentement Robert Roy d’East Angus. En vertu de la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme, le préfet est le chef du conseil de la MRC et préside les séances du conseil de la MRC et du comité administratif. Le préfet ne peut cumuler le poste de maire ou de conseiller municipal. Son mandat consistera à représenter en priorité les intérêts régionaux dans le cadre de ses différentes fonctions et à représenter la MRC à l’extérieur des séances du conseil.

Le préfet doit assurer une présence régulière à son bureau de la MRC. Il prend connaissance de la correspondance et en assure le suivi. En collaboration avec le directeur général et le personnel de direction, il prépare les ordres du jour des assemblées du comité administratif et du conseil des maires. Il doit également s’assurer de connaître en détail chacun des dossiers à discuter à toutes instances. Le champ d’intervention de la MRC est vaste et touche différents secteurs que ce soit entre autres, la forêt, les cours d’eau, la géomatique, l’évaluation, les loisirs, l’environnement, la sécurité publique, le schéma d’incendie et le développement économique.

À ce chapitre, le préfet est également président du conseil d’administration du Centre local de développement (CLD) du Haut-Saint-François. À ce titre, il doit bien connaître les dossiers et être en mesure de défendre les positions retenues par le comité exécutif et le conseil d’administration. Ce dernier doit s’assurer du support interne nécessaire à la réalisation des différents mandats, tant au niveau des comités de la MRC que de l’équipe de travail au centre administratif.

Le préfet est également responsable des relations publiques et des contacts avec les médias. Il doit également être disponible auprès des municipalités et instances locales.

Des élections ont été nécessaires au cours du dernier mandat occupé par Nicole Robert. Après avoir remis sa démission en novembre dernier, les élus ont désigné Robert Roy pour y succéder. Ce dernier a démissionné du poste de maire d’East Angus. M. Roy a clairement signifié son intention de briguer les suffrages le 5 novembre prochain pour le poste de préfet de la MRC du Haut-Saint-François.

ACTU-Père

Une journée spéciale pour un papa extraordinaire

Pour célébrer en grand la fête des Pères, vous aimeriez offrir une journée inoubliable à votre papa ? Inutile d’en faire des tonnes, il suffit de partager avec lui l’une de ses passions ainsi vous réunirez deux des choses qui le rendent le plus heureux: vous et son passe-temps favori ! Besoin d’inspiration ? Voici quelques suggestions…

Si votre père est un grand sportif, une partie de golf (ou de mini-golf, si vous n’avez pas hérité des talents de golfeur de papa !), une balade à vélo, une excursion en kayak ou un duel de tennis pourrait bien le combler. Vous pouvez aussi lui offrir des billets pour un évènement sportif où vous irez ensemble, évidemment. Il raffole des activités de plein air ? Si votre budget vous le permet, pourquoi ne pas planifier une fin de semaine de camping ou un voyage de pêche ?

Si votre papa adoré aime les émotions fortes, vous pouvez lui faire découvrir la désescalade (décalade), aller sauter en parachute ou vous offrir une séance de karting familial… plaisir garanti ! Il préfère les sorties culturelles ? Les possibilités ne manquent pas: musée, galerie d’art, théâtre, soirée d’humour, cinéma, vous le laisserez choisir le film !, etc. selon ses préférences. Votre papa est bricoleur ? Il sera aux anges si vous lui offrez de l’accompagner pour une tournée des centres de rénovation. Pour sa part, le papa gourmand ou gourmet appréciera une dégustation de bières, un repas dans un bon restaurant, un barbecue en famille ou un cours de cuisine à deux. Alors, quel genre de journée passerez-vous avec votre père ?

ACTU-Parc

Des parcs adaptés pour les jeunes et moins jeunes familles

La municipalité d’Ascot Corner met à la disposition de ses résidants trois endroits spécifiques pour les loisirs. Il s’agit du parc Pomerleau qualifié municipal, le parc Dubreuil, multigénérationnel, et du parc Goddard, considéré de quartier. Conscient que cet aspect constitue un élément attractif pour attirer et conserver les jeunes familles, on apporte une attention particulière pour rendre ces endroits attrayants, fonctionnels, chaleureux et sécuritaires. Toutes les tranches de la population trouveront ce qu’ils recherchent dans l’un des trois sites.

Soucieuse d’adapter ses parcs au goût du jour, la municipalité a investi plus de 150 000 $, la forte majorité provenant de subventions, dans le parc Dubreuil, au cours des deux dernières années. Aménagement d’un terrain de volleyball de plage, deux terrains de tennis, l’installation d’un chapiteau avec balançoire pour adultes et toilettes font partie des améliorations apportées. À cela s’ajoutent deux nouveautés soit deux terrains de pickleball et trois terrains de pétanque avec des bancs. Des endroits stratégiques sont prévus pour permettre aux personnes plus âgées de s’asseoir et prendre du bon temps dans le parc.

Un autre endroit fera les frais d’amélioration prochainement. Il s’agit du parc Goddard. Une consultation publique est prévue dans les prochaines semaines. « On veut donner un enlignement au développement du parc et connaître l’opinion des gens », d’exprimer la mairesse, Nathalie Bresse. Présentement, on retrouve à l’intérieur de ce parc des jeux modulaires, un terrain de balle-molle, terrain de soccer ainsi qu’une patinoire.

Pour sa part, le parc Pomerleau situé sur la rue Principale contient plusieurs attraits. Ses terrains de soccer, ses jeux modulaires, le coffre de jeu libre à l’intérieur duquel on peut prendre des frisbees et autres objets pour s’amuser sur place, sans compter la patinoire sur base de ciment, ont de quoi attirer plusieurs adeptes de loisir. Une nouveauté s’ajoute cette année, soit l’installation de paniers de basketball. Le parc Pomerleau offre également une accessibilité à la rivière Saint-François avec une rampe de mise à l’eau. La piscine publique et le chapiteau avec tables à pique-nique permettent aux familles de se regrouper, s’amuser sur place.

À tout cela s’ajoute une foule d’activités réparties dans les trois parcs et autres endroits qu’il s’agisse de cours de natation, d’aquaforme, de cardio poussette, de cardio militaire, cardio tonus, club de course, Zumba fitness sans oublier le soccer récréatif pour adultes. En fait, les activités physiques pour une communauté en forme ne manquent pas.

Pour la mairesse, des parcs attractifs et des activités répondant aux attentes du milieu, c’est important. « Les gens vont regarder l’école, les parcs, les loisirs et autres éléments avant de choisir une municipalité. »

ACTU-Max

Bonne chance, Maxime

Le journal régional Le Haut-Saint-François tient à souligner le départ du conseiller publicitaire, Maxime Hébert. Ce dernier quitte pour relever de nouveaux défis, et ce, après plus de quatre années au sein de notre équipe. Mais avant d’entreprendre une nouvelle carrière professionnelle, Maxime fera un périple de six mois en Australie. Nous lui souhaitons bon voyage et bonne chance dans ses projets. Notez que notre conseiller publicitaire, Nicolas Lachance, prendra le relais et assumera le service auprès de la clientèle desservie par Maxime Hébert.

ACTU-Marches

4e édition de Marche Cours pour le Haut

La 4e édition de Marche Cours pour le Haut, dont Scotstown était la ville hôtesse, a reçu la visite de plus de 260 coureurs et marcheurs de tous les âges et de tous les niveaux. L’évènement a permis de récolter 2500 $ afin de venir en aide aux familles du Haut-Saint-François pour la pratique d’activités physiques, sportives et culturelles.

Tenue au parc du marécage des Scots, l’activité a donné la chance au public de découvrir la beauté du secteur. Les amateurs pouvaient choisir différents parcours allant de 1 à 10 kilomètres. Les jeunes enfants avaient aussi leur circuit d’un kilomètre avec un départ spécialement conçu pour eux. Le site fourmillait d’activités sur place: animation, jeux gonflables, vélo à smoothies, clinique de massothérapie et bar à collation et breuvage étaient offerts aux participants. Sébastien Tison, agent de développement loisir pour la MRC, explique « l’objectif est de faire la promotion de l’activité physique et c’est aussi un événement familial. L’accent est mis sur le plaisir et non la compétition, chacun y trouve son compte.» M.Tison était l’animateur en chef. Avec humour et encouragement, il a donné le ton au défi amical. Un chronomètre y était, mais simplement à titre informatif. Notons que le préfet de la MRC, Robert Roy, qui disait avoir oublié son résultat, a quand même arrivé un des premiers. M. Roy mentionne courir régulièrement, presque à chaque matin, depuis des années; manifestement, il a la forme.

Des gens de partout dans le Haut-Saint-François y était. La troupe du Club de course à pied East Angus a participé en grand nombre. Josianne Rondeau, coureuse aguerrie et initiatrice du club de course, vient à l’évènement depuis le début et pas loin d’une quinzaine de coureurs l’ont accompagné. Visiblement satisfaite de l’activité et de son équipe, elle lance « le défi, c’est un beau rassemblement, il y a une belle participation ! » Pour les intéressés, le club offre tous les mardis soir, en deux groupes différents (intermédiaire et avancé),  une période d’échauffement, un volet éducatif sur les techniques de course, intervalles qui varient chaque semaine ainsi que des capsules informatives », mentionne Mme Riendeau. René Rivard et Hélène Bédard d’Ascot Corner, des gens auquels les années ne les empêchent pas de demeurer actifs, se sont livrés à la course du 1 km. Dany St-Laurent, de Cookshire-Eaton, une femme dans la jeune quarantaine, a fait le 10 km. Habituellement, elle court plutôt des 5 km avec progression au cours de la semaine allant jusqu’à 8 km. Faire le 10 kilomètres était son premier défi de la saison. Mme St-Laurent expliquait que c’est des suites d’un accident de moto qu’elle s’est initiée à la course. « En autant que je suis active, c’est ce qui compte », mentionne-t-elle. Josée Roy, de Cookshire-Eaton, court depuis les 5 derrière années et fait jusqu’à 20 km, vous l’avez peut-être déjà croisé sur la 253 entre Cookshire et East Angus. Questionnée sur les raisons pour lesquelles elle pratique ce sport, elle répond « je cours pour mon bien-être personnel autant physique que psychologique, ça fait 3 ans que je fais le Marche Cours pour le Haut. Ma motivation, c’est les enfants, pour qu’ils puissent faire du sport. » Deux jeunes femmes d’Ascot Corner ne se sont pas arrêtées à la ligne d’arrivée. « Il reste 0,25 kilomètre à faire », clament Valérie Dion et Méliza Savoie en sautillant. Les deux partenaires de course tenaient à avoir 10 kilomètres fermes d’inscrits à leur parcours. Elles ont poursuivi leur route énergiquement.

Sébastien Tison est satisfait du nombre de coureurs et marcheurs, étant donné que c’est la seule journée de la semaine qu’il a fait beau. Beaucoup de gens provenant des quatre coins du HSF étaient sur le site afin de prêter main-forte dont Sylvain Lessard du CJE, Mélanie St-Pierre, directrice au Développement – Communication – Loisirs à la ville de Cookshire-Eaton et bien plus. Le comité remercie la ville de Scotstown et de Hampden ainsi que tous les bénévoles pour leur soutien.

ACTU-Intro

Intro-Travail d’East Angus

Voici l’histoire professionnelle de Monia qui a récemment trouvé sa voie. Pendant plusieurs années, elle a occupé un emploi bien rémunéré avec d’excellents avantages sociaux qui ne correspondaient toutefois pas à sa personnalité. Au fil du temps, elle sentait son énergie et sa motivation diminuer ainsi que son équilibre se fragiliser. À la fin de ces journées, de même qu’au travail, elle se sentait vidée. Elle a donc quitté son emploi et a pris l’initiative de rencontrer une conseillère d’orientation chez Intro-Travail afin de valider les motifs de son inconfort et dresser le bilan de ses expériences professionnelles. Aux termes de ces rencontres, elle avait une meilleure connaissance d’elle-même et des réalités du marché du travail. Aussi, elle a identifié un projet professionnel qui correspondait vraiment à ses intérêts, ses valeurs, ses aptitudes et ses besoins en emploi. Ses diverses prises de conscience lui ont permis de mieux identifier ce qui lui est essentiel pour maintenir son équilibre professionnel. En plus d’avoir été bien conseillée en tenant compte de ses caractéristiques personnelles, elle s’est sentie écoutée et comprise. À 29 ans, Monia a effectué un retour aux études dans une voie qui correspond exactement à ses rêves et aspirations! Elle s’est insérée en emploi et elle bénéficie d’un support pour le maintien de celui-ci.

Rappelons que l’organisme Intro-Travail offre une diversité de services dont : orientation scolaire et professionnelle, bilan professionnel, aide en recherche d’emploi et maintien en emploi. Les services sont gratuits en répondant à certains critères d’admissibilité.

Vous êtes donc invités à faire comme Monia en contactant Intro-Travail. Christiane et Caroline se feront un plaisir de vous accompagner dans votre démarche personnalisée.

ACTU-Innovation

Cookshire-Eaton Innovation

Depuis quelques jours, la Corporation de développement Cookshire-Eaton Innovation affiche ses couleurs à la face du monde en étant sur le Web. « On officialise notre présence sur le marché en étant sur le Web », d’exprimer Vincent Cloutier, directeur général de l’organisme de développement.

Cookshire-Eaton Innovation présente sur le Web sa nouvelle signature graphique démontrant, explique M. Cloutier, le dynamisme, la détermination et la collaboration avec les intervenants du milieu. Il s’agit d’une série de flèches pointant vers le haut. Une série de couleurs comme le bleu signifiant l’assurance, la détermination, la solidité, le vert pour la croissance, l’équilibre, la nature, la prospérité sont soutenues de teintes orangées et de rouge pour la confiance, l’optimisme, la passion et l’ambition. Sous les flèches apparaît l’appellation de Cookshire-Eaton Innovation.

Le site présente l’organisme, sa mission, ses objectifs ainsi que les membres du conseil d’administration. « Nous sommes dotés d’une URL faisant en sorte que les gens pourront nous trouver quand ils feront une recherche sur Google. » Les gens pourront consulter le site et voir les terrains commerciaux et les bâtisses industrielles disponibles. « On va ressortir les avantages de venir à Cookshire-Eaton que ce soit la proximité du marché américain, nos grands axes routiers. On souhaiterait être rassembleur et y afficher les emplois disponibles.

Cookshire-Eaton Innovation fera également « son entrée sur les médias sociaux, dans un premier temps par l’entremise du réseau d’affaires LinkedIn et éventuellement sur d’autres réseaux sociaux pertinents », de préciser M. Cloutier. Mentionnons que la Corporation de développement Cookshire-Eaton Innovation existe depuis plus d’un an. Les intervenants estiment qu’il était venu le temps de s’afficher sur le Web. Pour consulter le site, il faut inscrire www.ceinnovation.ca ou www.cookshireeatoninnovation.ca

actualite HSF

Des nouveaux projets sur le territoire

Un cumulatif de 49 000 $ sera injecté pour le développement de la culture sur le territoire de la MRC du Haut-Saint-François, grâce à l’apport financier de trois partenaires.

Les sommes proviennent du ministère de la Culture et des Communications, qui remet 24 500 $, le Centre local de développement (CLD) du HSF ajoute une contribution de 22 000 $ et un fonds de 2 500 $ est offert par les Productions du Bout du Rang, détaille Julie Pomerleau, agente de développement culturel au CLD. Les différents partenaires ainsi que la Municipalité régionale de comté du HSF sont fiers d’annoncer ce renouvellement et indiquent que la totalité permettra un investissement important pour promouvoir la culture dans la MRC cette année.

Quelques projets sont ciblés et appuieront les Cœurs Villageois de Cookshire-Eaton et Scotstown. Une exposition relatant la vie de John-Henry Pope, cet homme d’affaires actif et politicien ayant fortement contribué au développement de la région dans les années 1800, est prévue à la Maison de la culture du même nom à Cookshire-Eaton. Pour le secteur Scotstown, les sommes permettront l’élaboration d’un concept final pour un circuit ayant pour thème Les légendes écossaises. Annoncé l’an dernier, on souhaite mettre en valeur le passé historique de la municipalité, fondé par l’immigration de gens venus d’Écosse, au parc Walter-MacKenzie. Parmi les projets présentés, les Productions du Bout du Rang, dont les administrateurs, Michel Vézina et Maxime Nadeau, bien connus pour la publibrairie Le Salon et la libraire mobile Le Buvard, chapeauteront la tenue de diverses conférences avec des auteurs québécois dans quelques municipalités de la MRC.

ACTU-Dév. Ascot

Ascot Corner en plein essor

C’est un secret de polichinelle, la municipalité d’Ascot Corner est en plein essor. Avec cinq projets de développement domiciliaire en cours, tout laisse croire que cette poussée démographique devrait se poursuivre au cours des prochaines années. Si la tendance se maintient, la population actuelle de 3 150 personnes pourrait franchir le cap des 3 500 d’ici cinq ans estiment les intervenants municipaux. Si cela constitue une bonne nouvelle en soi, elle représente tout de même des défis pour la municipalité. De ce nombre, l’augmentation de la capacité des étangs aérés pour recevoir les boues, projet en cours, et l’alimentation en eau potable dans le secteur du chemin Galipeau au chemin Biron par voie d’aqueduc sur un horizon de court à moyen terme s’inscrivent sur la liste des nombreux défis à relever. Consciente de l’importance des obstacles à surmonter, la mairesse, Nathalie Bresse, considère les défis stimulants. « Je trouve qu’on est bien parti. Je trouve ça le fun de voir les nouvelles familles. On est de plus en plus dynamique et accueillant. On veut offrir le plaisir de vivre dans une municipalité rurale à proximité de la ville. Je veux qu’on ait le sentiment d’être en campagne près de la ville », de compléter la mairesse. Mentionnons que des cinq projets de développement domiciliaire, deux se retrouvent dans le secteur du chemin Galipeau, un sur le chemin Biron, un dans le cœur du village et l’autre aux abords de la route 112.

Concert classique

Un concert classique prometteur

Comme se veut la coutume, le concert classique au profit de la Fondation du Centre de santé et de services sociaux du Haut-Saint-François sera présenté à nouveau cette année à l’église Trinity United de Cookshire-Eaton.

La flûtiste Myriam Genest-Denis sera accompagnée de Marie-Michelle Raby au piano pour une 2e année consécutive. En nouveauté, Karine Breton sera au basson, un instrument à vent de la famille des bois. « On le voit plus souvent en orchestre, mais moins en solo, c’est pour cette raison qu’il est intéressant de le présenter lors du concert », mentionne Myriam. « La soirée est une belle manière de marier un concert de très haute qualité par ses musiciens et le choix du répertoire, dans une église où la qualité sonore offre une excellente acoustique. Le tout contribuant à une cause locale qui nous tient à cœur », témoigne Myriam.

Le concert classique, qui se tiendra à l’église Trinity United, vous donnera assurément des frissons. Cette église est un bâtiment d’époque constituant un élément important pour le patrimoine du secteur. L’imposante structure est située en plein cœur de la ville de Cookshire-Eaton. Son intérieur, entièrement recouvert de bois, répand et maitrise le son comme nulle part ailleurs.

L’évènement aura lieu le samedi 17 juin prochain, à 19 h 30. L’admission est au coût de 20 $ et 10 $ pour les 12 ans et moins. Pour réserver et pour de plus amples informations, téléphonez au 819 875-5697 ou au 819 821-4000 poste 38506.

ACTU-Coeur

Cœur Villageois mousse l’offre touristique

Le comité Cœur Villageois de Cookshire-Eaton lance officiellement le début de ses activités pour la saison estivale. Le projet pilote issu de Tourisme Cantons-de-l’Est se veut une offre touristique attrayante pour le développement de la collectivité. Vitaliser et faire rayonner le grand Cookshire-Eaton est l’essence même du projet.

L’initiative de développer le tourisme dans un esprit de collectivité unissant les citoyens et acteurs du milieu profitera à tous et assure la pérennité de la communauté locale. Pour le secteur, une multitude d’évènements et d’attractions se tiendront ici et là, dans la municipalité mettant en avant-plan les atouts de Cookshire-Eaton. Le secteur, concentré de la Maison du village, à l’entrée de la ville, jusqu’au Resto du Vieux Tonneau, a beaucoup à offrir. Le périmètre a un patrimoine exceptionnel en plus d’être constitué de plus ou moins 40 commerces en tout genre.

Jusqu’au 30 juillet, participez au tout nouveau concours Maison & Balcon Fleuris en envoyant des photos avant/après de votre aménagement. Les gagnants de ce concours seront annoncés lors du Pique-nique IGA Cookshire le 27 août, à la Maison de la Culture.

Parmi les activités et découvertes qu’offre Cœur Villageois, les touristes pourront visiter la Maison de la Culture John-Henry-Pope qui héberge la galerie d’art et ses expositions, ainsi que la halte touristique qui sera ouverte du 24 juin au 4 septembre 7/7 jours.

Vous êtes invités à venir faire un pique-nique et pourquoi ne pas manger une bonne crème molle tout en admirant la magnifique sculpture Stretching Time ou Étirer le temps  , une œuvre de l’artiste sculpteur Robert Peloquin. Culture, art visuel, parcours patrimonial guidé, halte touristique, spectacle au parc des Braves, animation et musique, le comité de Cœur Villageois propose divers attraits, les plus agréables les uns que les autres.

Communiquez avec la Maison de la Culture John-Henry-Pope pour de plus amples informations, par téléphone au 873 825-7003 ou consultez la page Facebook de celle-ci.

actualite HSF

CLSC et Centre d’hébergement de Weedon

Ça y est ! Les travaux de rénovation et de réaménagement au CLSC et Centre d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD) à Weedon sont en cours. Ils seront réalisés en deux phases, soit jusqu’en juillet, dans un premier temps, puis d’août à octobre prochain.

L’investissement de près de 1,2 M$ du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Estrie – Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CIUSSS de l’Estrie – CHUS) permet de maintenir l’offre de service dans les deux sites actuels, situés sur la 2e Avenue et sur la rue Saint-Janvier.

La première phase au CLSC comprend le réaménagement du rez-de-chaussée soit l’agrandissement de la salle d’attente, l’ajout d’une section réservée aux personnes avec symptômes d’allure grippale, l’ajout d’un coin dédié à l’allaitement et l’optimisation de l’accueil-réception. Le déplacement des dossiers administratifs d’archives au sous-sol est prévu. Mentionnons qu’il n’y aura aucun déplacement des dossiers des usagers.

Quant au centre d’hébergement, les travaux concernent le déménagement de la réadaptation externe au 1er étage, près de l’entrée principale et la relocalisation de la salle à manger des résidents à proximité du poste des soins infirmiers.

2e phase

Pour la 2e phase, les travaux effectués au CLSC toucheront la relocalisation du centre de prélèvements près de la salle d’attente et le déménagement des soins infirmiers courants dans de plus grands locaux.

Pour le centre d’hébergement, on procédera à la transformation de l’ancienne salle à manger permettant d’accueillir un salon pour les résidents dans une partie et dans l’autre, les services de télésanté (traitements de plaies). Le réaménagement des trois chambres de l’Unité transitoire de récupération fonctionnelle (UTRF) dans l’ancien secteur de la physiothérapie s’inscrit sur la liste des choses à faire.

La direction du CIUSSS de l’Estrie – CHUS dit assurer le maintien des 42 lits utilisés au centre d’hébergement, en conformité avec les besoins actuels de la population.

ACTU-Citrouille

Citrouille en fête à La Patrie

Fort du succès obtenu à sa première année, le projet multigénérationnel Citrouille en fête, visant à valoriser tous les groupes d’âge, revient pour une deuxième édition à La Patrie. Outre le fait de regrouper la communauté et particulièrement les jeunes, l’initiative a permis d’amasser à sa première édition plus de 3 000 $ répartis entre l’école Notre-Dame-de-Lorette et le CPE Le Ballon Rouge.

Mentionnons que les jeunes de l’école primaire et du Centre de la petite enfance auront à semer, entretenir, nourrir, récolter avec les plus grands et vendre le fruit de leur production. L’objectif, d’expliquer Hélène Bourgeois, une des organisatrices avec Carole Paquette, est « de valoriser tous les groupes d’âge de la communauté, à briser l’isolement, encourager le partage et l’échange, de créer de nouveaux liens en cultivant tous ensemble petits et grands des courges et des citrouilles. »

Mme Bourgeois ajoute « notre coup de cœur l’an dernier a été, le jour de la récolte, où tous les groupes d’âge étaient réunis lors d’une magnifique journée ensoleillée sous une ambiance de partage, de gratitude et d’enthousiasme particulier de la part des enfants. »

Lancement

C’est lors d’une petite cérémonie tenue récemment à l’école Notre-Dame-de-Lorette que l’on a procédé au lancement de la deuxième édition. Comme l’année dernière, un concours de dessin était organisé pour déterminer lequel servira d’emblème sur les quelque 500 macarons promotionnels qui seront mis en vente au cours des prochains jours, si ce n’est pas déjà fait. Le choix du dessin gagnant se fait par tirage au sort. Simone Villemure-East est l’auteure du dessin qui se retrouvera sur les macarons. Elle remporte un forfait d’une nuitée pour une famille dans un tipi, gracieuseté du Domaine Nature L & M (Lise Pratte et Michel Poirier). D’autres prix de participation ont été remis à cette occasion. Clémence Villemure-East, Maude Dubreuil et Mathieu Bourque ont gagné un laissez-passer d’une famille pour une visite de jour à l’ASTROLab du mont Mégantic, une visite guidée de jour de l’Observatoire ainsi qu’un atelier de confection et lancement d’une fusée. Pour sa part, le jeune Donovan Boucher se mérite un forfait de pêche pour une famille gracieuseté du Domaine Nature L & M. D’autre part, l’artiste Denis Giroux de La Giroux-ette a fabriqué trois médailles qui ont été remises aux trois premiers gagnants. L’épicerie Bonichoix a également contribué à la petite fête en remettant des sacs de lait pour la collation. Mentionnons que la Caisse Desjardins des Hauts-Boisés contribue en défrayant le coût de fabrication des macarons.

Retombées

Les retombées de la première édition sont multiples. Plusieurs journées de rassemblement multigénérationnel, possibilité à la population de se procurer des produits locaux frais (courges) en plus de remettre à la Relève du Haut-Saint-François des courges qui ont été redistribuées à des familles dans le besoin. On a également offert aux Chevaliers de Colomb, pour la guignolée, tous les pots de conserves excédents de l’événement du 22 octobre dernier.

Quant aux sous amassés, un montant de 1 200 $ a été remis à l’école Notre-Dame-de-Lorette pour diverses activités comme pour le Katag, une entreprise qui se spécialise dans les jeux d’animation avec épées en mousse, ainsi qu’une participation au financement de deux journées de ski au mont Orford. Le CPE Le Ballon Rouge n’a pas été en reste avec un montant de 1 100 $ qui lui a permis l’achat d’équipement en lien avec l’activité physique comme un jeu d’eau 800 $ et trois tricycles d’une valeur de 300 $. Précisons que l’événement de Citrouille en fête est prévu pour le samedi 30 septembre de 10 h à 11 h, à l’Abri-bois de La Patrie.

ACTU-CAB

Le CAB rend hommage à ses bénévoles

Plus de 150 personnes ont participé à la fête reconnaissance aux bénévoles, organisée par le Centre d’action bénévole du Haut-Saint-François, qui se déroulait au centre communautaire de Dudswell. Animation enjouée, danse, souper et prix de présence ont marqué l’activité qui se déroulait dans un décor de style casino et sous le thème Bénévoles: Créateurs de richesses. Les députés de Mégantic, Ghislain Bolduc, et de Compton-Stanstead, Marie-Claude Bibeau, également ministre du Développement international et de la Francophonie, ont participé à la rencontre qui marquait la Semaine de l’action bénévole. Les intervenants ont profité de l’occasion pour rendre hommage à Florence Fréchette, lauréate estrienne pour le prix Hommage bénévolat-Québec. Nous retrouvons sur la photo de gauche à droite France Lebrun, directrice générale du CAB du Haut-Saint-François, Marie-Claude Bibeau, Florence Fréchette et Ghislain Bolduc.

ACTU-Borne

Borne électrique à Saint-Isidore-de-Clifton

Saint-Isidore-de-Clifton fait maintenant partie du circuit électrique du réseau québécois des bornes de recharge.

Cette grande première sur le territoire du Haut-Saint-François s’inscrit dans le plan d’action stratégique municipal, soit de faire de Saint-Isidore-de-Clifton un village dynamique, attractif, autonome, écologique et solidaire.

 

L’inauguration de ce service s’est faite en présence des instigateurs, les membres de Saint-Isidore-de-Clifton en Action ainsi que le maire et les membres du conseil municipal.

ACTU-Aukland

Atelier Auckland de St-Isidore de Clifton

Sylvain Dodier et Luc Pallegeoix, artistes hôtes de l’Atelier Auckland, situé à St-Isidore de Clifton, ont lancé en grande pompe la saison estivale à l’occasion du vernissage de sa nouvelle exposition.

Situé sur un site enchanteur, au pied des prés, la galerie propose jusqu’à la fête du Travail, plus de 150 œuvres, tant à l’intérieur qu’au jardin extérieur. Sept artistes de renom, au talent indéniable, envoutent l’âme et l’esprit par leur création singulière. L’exposition 2017 vous offre une variété impressionnante d’œuvres, auquel à un certain moment, une parmi les autres vous fascinera et vous emmènera ailleurs. Luc Pallegeoix, Chantal Bonneville, Raphael Zweidler, Sylvie Pinsonneault, Robert Peloquin, Catherine Landry et Sylvain Dodier présentent l’art sous tous ses angles.

Sylvie Pinsonneault, reconnue mondialement, expose ses œuvres photographiques tirées d’un monde végétal. Les peintres Chantal Bonneville et Catherine Landry entremêlent leurs tableaux. Chantal est une artiste penseuse, à l’écoute, elle a besoin de réflexion. Pour Catherine Landry, elle est fougueuse, elle peut vous pondre un chef-d’œuvre en une heure. Robert Peloquin, l’artiste-sculpteur qui dresse le métal, la pierre et l’acier, présente quelques magnifiques sculptures au jardin ainsi qu’à l’intérieur. Raphael Zweidler, sculpteur, présente le contemporain et le rustique, le chaud et le froid. Du côté des artistes hôtes, capter la passion d’une vie, le temps, en y faisant la lecture des mots de Sylvain Dodier, tantôt doux, tantôt révélateur. L’artiste a l’art de mettre en noir sur blanc la pensée d’une fraction de seconde, celle qui imprègne et marque un moment.

Admirez les tableaux des beaux garçons d’Auckland de Luc Pallegeoix ou de la série populaire des hommes cerfs The Queer Deer, ils sont exposés à même l’atelier du créateur.

Programmation estivale

La galerie est ouverte jusqu’à la fête du Travail. Les hôtes Sylvain Dodier et Luc Pallegeoix vous accueillent, parfois accompagnés d’un artiste à l’affiche ou en résidence. Les vendredis dès 17 h se tiennent les apéros-causeries. Sur place, en tout temps, selon la température, le jardin et les 7 km de sentier sont accessibles. En juillet, un concert baroque se tiendra au jardin. Pour ne rien manquer et suivre les nouveautés à l’affiche, rendez-vous sur AtelierAuckland.com ou téléphonez au 819 574-7573.

L’Atelier Auckland est situé au 15, rue Principale, St-Isidore de Clifton.

Jours et heures d’ouverture de la galerie

Les vendredis de 17 h à 21 h, les samedis de 13 h à 21 h et les dimanches de 13 h à 17 h.

ACTU-Artisanex

Artisanex, transformer et rénover

André et Alex Vézina, bien connus dans le domaine de la construction, ont récemment procédé à l’ouverture officielle de leur nouveau projet d’affaires, Artisanex. L’entreprise située dans les anciens locaux de la Menuiserie Raymond Côté, avenue de la Tuilerie à Westbury, possède déjà toutes les installations nécessaires pour concevoir différents projets. Bien entourés, les deux propriétaires sont fiers de pouvoir compter sur l’expertise de M. Côté, qui partage ses 30 ans d’expérience avec les deux hommes d’affaires.

Chez Artisanex, on se spécialise dans les armoires de cuisine, les vanités de salle de bain, les murs décoratifs, les manteaux de foyer ainsi que dans les escaliers de bois franc. Artisanex effectue également des travaux de rénovation en lien avec leurs spécialités. On offre même le refacing ou le relooking de vos armoires, une belle alternative pour changer de décor, à moindre coût ! Les deux entrepreneurs sont passionnés de finition intérieure.

Alex est à compléter une formation de cuisiniste à l’Académie Du Haut Design à Saint-Jean-sur-Richelieu, un atout majeur pour l’entreprise. Leur expertise et leur expérience professionnelle dans le domaine de la construction ainsi que la formation en ébénisterie d’Alex font d’Artisanex, l’entreprise de choix pour vos réalisations uniques en son genre. En plus d’être bien outillés, les deux hommes ont à cœur de bien desservir leur clientèle. « On est du monde minutieux, nous sommes fiers de la qualité de nos produits et services », mentionne Alex, démontrant ainsi le souci du détail et du travail bien fait. En plus de posséder une licence d’entrepreneur spécialisé, l’entreprise est membre de l’APCHQ et fait partie du programme Réno-Maître. Cette bannière certifie le professionnalisme et la satisfaction de la clientèle. Artisanex offre même la possibilité de financement pour vos projets par Accord D. N’hésitez pas à communiquer avec Alex et André pour obtenir une soumission gratuite.

Voici leurs coordonnées: Artisanex, par courriel à artisanex.cie.av@hotmail.com, par téléphone au 819 434-2710 ou sur rendez-vous au 518, avenue de la Tuilerie, à Westbury. Visitez le site au www.artisanex.ca ou la page Facebook pour y découvrir leurs réalisations et en apprendre davantage.

UNE-Pêche

La Fête de la pêche est de retour

La traditionnelle Fête de la pêche et Pêche en herbe, où il est autorisé, le temps d’un week-end de pêcher sans permis, sont au rendez-vous dans la municipalité de Scotstown, Weedon et Dudswell. Différentes formules sont proposées pour célébrer et promouvoir la pêche sportive.

Combinant divers partenaires, la Fête de la pêche présentée par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) et Pêche en herbe de la Fondation de la faune du Québec permetent à différentes organisations et municipalités d’initier et de recruter de nouveaux adeptes ainsi que les enfants à la pêche sportive. Les 2, 3 et 4 juin, il est autorisé de pêcher au Québec sans permis. Les enfants qui se présenteront aux activités recevront un ensemble de pêche, offert gratuitement auquel un certificat de Pêche en herbe leur sera remis. Celui-ci fera office de permis de pêche, jusqu’à majorité.

Scotstown

Le Comité des Saisons Scotstown-Hampden invite la population le samedi 3 juin entre 8 h et 20 h au barrage Walter-MacKenzie de la rue du Parc, à Scotstown, où une grande quantité de truites seront ensemencées. À l’horaire: formation des enfants, prix de présence, un rallye historique et une soirée musicale avec le duo Steff et Kriss, sans oublier le service de cantine et consommations sur place. Communiquez avec Julie Charron pour de plus amples informations au 819 657-1060 ou à julymartin2008@hotmail.com

Weedon

La fête sera présentée au lac Vaseaux, 3208 chemin Magnan, à Weedon, le samedi 3 juin, à compter de 8 h 30. Plusieurs centaines de truites seront ensemencées dans le lac. Jusqu’à 10 h 30, la pêche est réservée aux enfants de 12 ans et moins, où quelques pêcheurs expérimentés initieront les jeunes amateurs de pêche. Un atelier est prévu pour les enfants de 6 à 17 ans auquel un agent de protection de la faune devrait y participer. Apportez votre lunch pour faire un pique-nique familial. Le reste de la journée, la pêche est ouverte pour tous, jusqu’à la tombée de la nuit. Prix de participation. Communiquez avec Emmanuelle Pelchat aux loisirs pour de plus amples informations au 819 560-8550 poste 2511 ou à emmanuelle.pelchat@hsfqc.ca

Dudswell

À Dudswell, les gens sont invités à la Pêche en herbe qui se déroulera à la plage Perreault sur les rives du lac d’Argent. Les participants seront accueillis à partir de 11 h 30 pour s’inscrire. On remettra un attirail de base canne, moulinet, leurres ainsi qu’un permis de pêche valide jusqu’à leur majorité. Des hot-dogs leur seront offerts. L’ensemencement de truites se déroulera à 13 h. Un agent de la faune sera présent.

UNE-Johnville

Construction du centre communautaire à Johnville

À moins d’un imprévu, le début des travaux marquant la construction du nouveau centre communautaire du secteur Johnville à Cookshire-Eaton devrait se mettre en branle cette semaine ou dans les prochains jours. Si tout va bien, le projet devrait être complété fin septembre, début octobre.

C’est à l’occasion d’une conférence de presse tenue la semaine dernière, sur le site, que le député de Mégantic, Ghislain Bolduc, a fait l’annonce officielle d’une subvention de plus de 795 000 $, sur le projet global de 1,2 M$. L’aide financière tant attendue provient du Programme d’infrastructures Québec-Municipalités (PIQM) – volet Réfection et construction des infrastructures municipales (RECIM).

« Je me réjouis de l’appui du gouvernement du Québec pour la construction d’un nouveau centre communautaire à Cookshire-Eaton. Cette infrastructure permettra à la municipalité de combler les besoins de la population en matière de rassemblement et d’actions communautaires. On pourra ainsi assurer la continuité des services offerts aux citoyens dans un environnement agréable, sécuritaire et répondant à leurs attentes. Nous le savons, les infrastructures municipales constituent les fondements de nos municipalités. C’est pourquoi il est important qu’elles fassent l’objet d’une amélioration assidue. Ainsi, nous pouvons assurer la continuité des services essentiels aux citoyens. Le futur centre communautaire deviendra pour tous un symbole de fierté et d’appartenance à votre communauté, un atout en faveur du pouvoir d’attraction », d’exprimer le député Bolduc.

Évidemment satisfait, le maire de Cookshire-Eaton, Noël Landry, y voit la réalisation « d’un gros projet. Nous avons étudié plusieurs scénarios et ça n’a pas fonctionné jusqu’à ce que le banc de gravier, le banc Maheux, soit en vente. La ville a pris la décision de faire l’acquisition de cette propriété pour de futurs développements. La relocalisation des loisirs extérieurs au banc Maheux s’est révélée être la meilleure décision, mais le centre communautaire devait faire partie de ça. La possibilité de faire un partenariat avec le gouvernement du Québec a permis d’aller de l’avant », d’exprimer M. Landry. Il ajoute « pour moi, une ville, c’est une entreprise communautaire, faut être avant-gardiste, vigilant et ne pas manquer les bons coups. » Faisant référence aux protestations qu’a soulevées le projet, le conseiller municipal du secteur Johnville, Yvan Tremblay, ajoute qu’il s’agit d’un projet rassembleur et mentionne que « l’ensemble des citoyens va se rallier au projet. Je constate que la grande majorité est d’accord. »

Projet

Le bâtiment, qui sera situé à proximité du terrain de balle, aura deux étages occupant une superficie de 395 mètres carrés chacun. Le premier étage comprendra notamment deux salles multifonctionnelles, une cuisinette et un vestiaire pour les utilisateurs de la patinoire. Au deuxième étage, on retrouvera une grande salle communautaire pouvant accueillir 340 personnes ainsi qu’une cuisine.

actualite HSF

L’Association Touristique et Culturelle de Dudswell cesse ses activités

La municipalité de Dudswell, principal pourvoyeur financier de l’Association Touristique et Culturelle de Dudswell (ATCD) gèle le financement qu’elle octroie à l’organisme dans l’attente de recevoir des réponses à ses demandes. Du côté de l’ATCD, le vice-président, François Beaumont, annonce par voie de communiqué de presse, la fermeture de l’organisme, faute d’avoir reçu son financement ayant pour cause l’arrêt de travail de la directrice générale, Julie Boivert. L’amorce de ces annonces semble découler des anomalies et irrégularités que deux ex-administratrices ont découvert. S’étant aperçus que le compte bancaire de l’ATCD était en déficit, deux ex-membres du conseil d’administration de l’organisme, Louise Corbeil, présidente, et Lyne Moreau, trésorière, ont épluché les finances et le budget afin de comprendre pourquoi il était dans une telle situation. « On était dans le trou; on a dû faire un emprunt pour arriver », d’exprimer Louise Corbeil. Ces ex-membres du CA prétendent que la directrice générale aurait cumulé une banque de 283 heures en 2016 et de 170 heures en 2015. De plus, elle aurait reçu une paie de vacances sans en avoir pris physiquement, d’expliquer Mme Moreau. « Elle avait droit à cette paie de vacances; cependant, le calcul a été fait sur 52 semaines au lieu de 49 semaines », précise la trésorière. Comme la directrice a droit à 3 semaines de congé, on peut en déduire si on fait le calcul que la paie de vacances de Mme Boisvert calculée à 6 % de 35 heures/semaine équivaudrait à un trop payé de 6,3 heures. Il s’agirait donc d’une paie de vacances mal calculée.

La situation a été à l’ordre du jour lors d’une séance du conseil d’administration l’hiver dernier où les membres du conseil ont voté en majorité d’accepter la conjoncture, explique Mme Corbeil. Cette dernière a remis sa démission invoquant que la situation va à l’encontre de la responsabilité des administrateurs. Pour la trésorière, elle a complété son mandat et ne l’a pas renouvelé. De suite, c’est lors de l’assemblée générale annuelle tenue en avril dernier que l’ex-présidente a tenté de remettre le sujet sur la table. Vite fait, M. Beaumont et Mme Boisvert ont exprimé que le tout avait déjà été discuté.

« On n’a jamais eu la puce à l’oreille qu’elle avait un cumul d’heures. C’est correct qu’elle reçoive ses vacances, ce qui ne l’est pas, c’est qu’elle excède grandement les dépenses reliées au contrat de travail, témoigne Mme Corbeil. » Questionnée sur le fait que le conseil d’administration a sûrement un rôle à jouer dans la gestion du personnel et des dépenses,
l’ex-présidente répond: « effectivement, c’est notre faute au conseil d’administration, on n’a pas fait de suivi. On l’a laissé aller en ayant une confiance absolue, on aurait dû vérifier. » Mme Corbeil prétend que les termes et conditions du contrat de travail de la directrice générale ne sont pas
respectés. « Dans les politiques de l’ATCD, il est clairement inscrit que les vacances ne sont pas monnayables ni transférables à l’année suivante », précise l’ex-présidente. Mme Corbeil quitte outrée que les autres membres du CA souhaitent enterrer l’histoire. « Ça m’a tellement choquée d’être la seule qui grouille et qui trouve ça grave ! Ça aurait pu être tout évité si on avait eu des gens plus à l’affût au C.A. J’ai suggéré qu’à toutes les semaines, on devrait avoir son calendrier afin de valider ses heures, ça a été refusé, témoigne Mme Corbeil. » Lyne Moreau, ex-trésorière, appuie Mme Corbeil au sujet du questionnement de l’accumulation des heures de travail de la DG. Elle mentionne « On te laisse la liberté d’agir, c’est là qu’on s’est tiré dans le pied. »

Questionnée sur la banque d’heures de travail cumulées, la directrice générale, Julie Boisvert, répond « je crois que ça relève de la gestion interne. Le C.A était déjà en action à mettre une politique de gestion sur les heures supplémentaires. » Dans les faits recueillis, rien n’indique que les heures en banque ont été payées. La directrice a mentionné lors de l’AGA ne pas les avoir réclamées. « Je tiens vraiment à souligner que ce n’est pas un défi qui est étrange à plusieurs milieux de travail associatif, touristique… » Mme Boivert croit que les démêlés ne sont pas un frein au développement de l’association. Il y a une marge entre nos rêves et nos moyens, il faut de l’équilibre », mentionne Mme Boisvert.

Au moment de mettre sous presse, nous n’avions pas réussi à rejoindre le vice-président de l’ATCD, François Beaumont, afin d’avoir des réponses sur les paiements ou non des heures en banque et les finances de l’organisme.

Mireille Rodrigue, une citoyenne présente lors de l’AGA, impliquée dans la communauté, indique qu’il est délicat de donner un commentaire sur le sujet, mais mentionne « je suis sûre que quand tu travailles, il faut que tu aies la chance de te reposer et si tu n’as pas la chance, il est normal d’être rémunéré. » Pour Mme Boisvert, elle ajoute « Je suis témoin de son implication et de son travail, elle est tout le temps là ! Je ne la voudrais pas sa job, tu le vois le nombre d’heures qu’elle passe là. Je crois que le C.A aurait dû vérifier », détaille Mme Rodrigue.

Du côté de la municipalité, on mentionne ne pas avoir eu l’opportunité de s’asseoir avec l’ATCD au moment d’écrire ces lignes. Celle-ci ne porte aucune accusation et veut simplement s’assurer que l’organisme utilise l’argent des contribuables de façon adéquate, explique le maire, Jean-Pierre Briand. « Dans la résolution, le conseil municipal a décrété que pour pouvoir bénéficier des sommes, de signer le protocole d’entente et nous fournir un plan de redressement », mentionne Roland Gascon, directeur général, lors d’un appel conférence avec les élus et responsables municipaux.

Marie-Ève Gagnon, de la municipalité de Dudswell, conclut sur une note positive et informe les citoyens que la culture est importante pour la municipalité ainsi que pour le développement et le tourisme.

ACTU-ViActive

ViActive East Angus

Les gens de 50 ans et plus ont la forme à East Angus grâce à ViActive, qui présente des séances d’exercices chaque semaine, au Centre culturel d’East Angus. Inscrits pour conserver une bonne condition physique ou parfois pour la retrouver, les participants ont clôturé la saison avec le sourire.

Trois coordonnatrices-animatrices chapeautent énergiquement l’activité. Tout en respectant les limites et le rythme de chacune, Jocelyne Létourneau, Suzanne Rolfe et Marie-Sylvie Loiselle élaborent et supervisent les exercices. À raison de 2 jours par semaine, c’est plus d’une vingtaine de personnes pour chaque occasion qui s’entraînent au tempo de la musique et des diverses activités de mise en forme. Le programme est varié offrant des séances d’étirement, de cardio, de musculation, de Qi Gong et encore plus.

L’initiative, lancée en 2008 par Robert Bibeau, continue d’intéresser les participants auxquels une bonne partie y est présente depuis le début comme Ghislaine Lauzon, résidente d’East Angus. « Je viens pour le plaisir d’être en gang, sinon, je ne sors pas ben ben », exprime-t-elle. Rachel Bilodeau mentionne « chez nous, tout seul, on ne fait pas d’exercices. » La coordonnatrice Jocelyne Létourneau fait part qu’il y a constamment du sang neuf; pour les gens, c’est aussi une occasion de sortir, de rencontrer et se faire de nouvelles connaissances. Suzanne Berthiaume, de Sherbrooke, nouvellement résidente à Westbury, et René Grondin, originaire de Val-d’Or, nouveau citoyen d’East Angus, tous deux fraîchement retraités, sont heureux d’avoir rejoint le groupe. « C’est exactement ce qu’il me fallait, je vois déjà les changements », témoigne M. Grondin. « J’ai découvert un réseau formidable », précise Mme Berthiaume. Céline Bibeau, également résidente de la municipalité, raconte que suite à une blessure ayant affecté tout son corps, tels ses genoux et ses hanches, le fait de venir s’entraîner a grandement contribué à améliorer sa condition « j’ai retrouvé la forme, je ne suis plus rouillée », exprime Mme Bibeau.

Pour les intéressés, les activités reprendront en septembre prochain. Suivez-les sur Facebook à ViActive East Angus

©2020 Journal Le Haut-Saint-François