ACTU-Rachel

PILGARLIC, THE PLAY

In just two weeks, the Eaton Corner Museum will be pulling another cat out of the hat with its new fundraiser, the play Pilgarlic, based on a novel written by Bernard Epps. Tickets are available now.

“If you have any interest at all in the Eastern Townships, in the people of the Eastern Townships, in the history of the Eastern Townships or the geography of the Eastern Townships, in literature, in plays, in comedy and in tragedy… if you have any interest at all in LIFE, then you must come and see this play,” says its playwright Janice LaDuke.

About the book, LaDuke wrote “Pilgarlic the Death celebrates this particular patch of earth that we call home. It is drama: it is comedy and it is tragedy. It is life.”
The novel is based firmly in the Haut-Saint-François, in the 1960s. Here’s how The Oxford Companion to Canadian Literature described it. “From the Eastern Townships has come a small-town genre painting full of Breughellian love of life in the novel Pilgarlic the Death by Bernard Epps.” (“Breughellian” refers to Peiter Breughel, a famous 16th century Dutch artist known for his large paintings of landscape-and-peasants scenes.)

LaDuke noted that the Oxford Dictionary defines Pilgarlic as “a ‘pilled’ or bald head; a bald-headed man; from 17th century applied in a ludicrously contemptuous way: ‘poor creature.’”

She has been in the bookstore business since 1985, when the first event in the first month of opening the McRat’s Bookstore in Lennoxville was a book launch for More Tales of the Townships by Bernard Epps. This began a long and close friendship with “Bernie” until his death in 2007 following a stroke. He used to frequent LaDuke’s current bookstore, Black Cat Books.

The Pilgarlic novel was last printed in the 1980s by Quadrant Editions, and then went out of print, to LaDuke’s dismay.
And so she proposed the play to the Eaton Corner Museum, as a way of giving a voice to Epps’ novel and as the latest in the Museum’s annual theatrical performances that have put local history in the floodlights.

These plays “were so well done, so brimming with life and enthusiasm and pride in the history of this place where we live, that they filled the hall three times over, said LaDuke. “Many of those who acted in or took part in writing the plays were descendants of those whose stories they were telling. A look at the cast list in the programs for any of these productions was always confusing simply because so many of the family names appeared on both sides of the list – as actors and as characters in the plays.”

The play is based on parts of the novel. “The dialogue in this play is Bernie’s dialogue. The humour is Bernie’s. The reverence and the irreverence are Bernie’s. And these people who are working with me on the play are giving all of this a VOICE!” said LaDuke.

Playwright LaDuke also directs and narrates the play, which is peopled by some 16 local actors, including Denis Palmer who, with Royce Rand, also created the set.
Pilgarlic will be at the Sawyerville Community Centre, 6 Church Street, on Saturday, February 23, at 2 p.m. and 7:30 p.m. Tickets are $10 each, available at Black Cat Books, 168e Queen St., Lennoxville. Or to reserve yours, call Elaine Lebourveau, 819-563-8700.

VALORIS EXPANSION
Where is our garbage going? Valoris invites citizens to an information and exchange session on its landfill expansion project. The session is Wednesday, February 6, from 6 to 9 p.m., at the Armoury Community Centre, 563 Main St., Bury.

SEED FESTIVAL
The Sawyerville Community Garden’s Seed Festival is on Saturday, February 16, from 9 a.m. to 3 p.m. See the article about it in this issue. Entrance and lunch: $20 for ages 15+; $15 for ages 8 to 15; and no charge for ages 8 or less. Family fee for more than three persons. Info: Chantal Bolduc at chantalbolduc99@bell.net or 819-889-3196.

VALENTINE’S BRUNCH
A St. Valentine’s Brunch is on Sunday, February 17, from 9:30 a.m. to 12:30 p.m. at the Armoury Community Centre, 563 Main Street, Bury. Good food (pancakes, sausages, quiches and more) and good company. It is the annual fundraiser for the Bury’s Image. Tickets available now, or at the door: Adults, $12. Children 6 to 12 years, $6. Children 0 to 5 years, free. Families (2 adults, 2 children), $30. Info: Kathie McClintock, 819-872-3685.

YOGA
A new session of Yoga is Tuesdays at 10 a.m. at the Sawyerville Community Centre, 6 Church Street, Sawyerville. Info: Myrna MacDonald, 819-875-5393.

TAI CHI
Taoist Tai Chi classes are in Scotstown Mondays 1:30 p.m. and in Sawyerville Tuesdays 6:30 p.m., with bilingual Pierre Robitaille. Info: 819-875-1384.

VIACTIVE
Bilingual exercise groups for people aged 50-plus are on Wednesdays and are free of charge. In Bury at 10 a.m. at the Armoury Community Centre, 563 Main Street. Info: 819-238-8541. In Cookshire at 10 a.m. at the Manoir de l’Eau vive, 210 Principale East. Info: 819-875-5210. In Newport at 1:30 p.m. at the Municipal Hall, 1452 Route 212, Island Brook. Info: 819-889-1340 or 819-560-8565. And in Sawyerville at 10 a.m. at the Sawyerville Community Centre, 6 Church Street. Info: 819-889-2630.

CHURCH SERVICES
Anglican. Sunday worship services are at 9:30 a.m. at the St. Paul’s Church in Bury, and at 11:15 a.m. in Cookshire. On both February 10 and 17, the service is in the lower level of the Trinity United Church, 190 Principale West.
United. Sunday worship services are at Trinity United in Cookshire at 9:30 a.m. and at the Sawyerville United at 11 a.m. Info: 819-889-2838 (listen to message).
Baptist. In Sawyerville, the Sunday worship service is at 9 a.m. in French, and 11 a.m. in English. Sunday school is at 10 a.m. in English and French. Info: 819-239-8818.

Do you have news to share? Call 819-300-2374 or email rawrites@yahoo.com by February 11 for publication February 20, and by February 25 for March 6.

Changement de garde à la présidence de Valoris

Le maire de Sherbrooke, Steve Lussier, est désormais le président du conseil d’administration de Valoris. La passation des pouvoirs entre M. Lussier et le président sortant, préfet de la MRC du Haut-Saint-François, Robert Roy, s’est faite lors de la séance du conseil d’administration tenue à Bury. M. Roy assumera la vice-présidence pour les prochains 12 mois.

Rappelons que ce changement de garde respecte le système d’alternance établi à la présidence de l’organisme. Les années paires sont occupées par la MRC du Haut-Saint-François alors que les années impaires sont dévolues à la ville de Sherbrooke.

« J’aimerais remercier Robert Roy, préfet de la MRC du Haut-Saint-François, pour le travail accompli comme président au cours de la dernière année. Je suis également très heureux que M. Roy reste à la vice-présidence de Valoris. L’année que l’on vient d’entreprendre sera remplie de défis chez Valoris et notre équipe travaille très fort pour les relever », d’expliquer M. Lussier.

Entente
D’ailleurs, Valoris annonçait par voie de communiqué l’entente avec l’équipementier Sherbrooke OEM Ltd dans le cadre de la négociation du conflit qui opposait les deux entités. Valoris procédera aux deux versements comprenant les retenues provisoires et définitives relatives aux lignes de tri des matières ICI et résidentielles s’élevant à 2 290 874,65 $. Les termes de l’entente sont demeurés confidentiels. Le journal Le Haut-Saint-François avait déjà fait mention d’une entente potentielle dans son numéro de décembre dernier. Chez Valoris, on entend poursuivre les négociations avec l’entreprise pour tenter de régler à l’amiable les réclamations portant sur les travaux additionnels du fournisseur et ainsi reprendre les opérations du centre de tri.

Main-d’œuvre immigrante

Bien que le nombre d’employeurs participant à la récente séance d’information sur la main-d’œuvre immigrante, tenue au Club de golf East Angus, ait été restreint, les personnes présentes ont signifié leur satisfaction au terme de la rencontre. Pour certains, le simple fait d’apprendre qu’une personne-ressource, Annie Boucher, conseillère aux entreprises à Services Québec du Centre local d’emploi (CLE) d’East Angus, pourra répondre à leurs demandes et faire le lien avec les différents services en région valait le déplacement.

Les participants ont littéralement été bombardés d’informations pendant deux heures sur la main-d’œuvre immigrante, leurs divers statuts, les permis de travail, la durée, dans certains cas et leur employabilité. Les types d’immigrants, permanents, temporaires incluant les étudiants étrangers, les demandeurs d’asile autant d’aspects qui ont été abordés au cours de la rencontre à laquelle participaient une quinzaine de personnes dont plusieurs représentants d’organismes comme le CLD, le Centre local d’emploi, la Chambre de commerce du Haut-Saint-François, Carrefour jeunesse-emploi (CJE) et des municipalités.

Les invités représentants d’organismes que ce soit du Service d’aide aux Néo-Canadiens, responsable d’accueillir la main-d’œuvre immigrante en Estrie, Pro-Gestion Estrie traitant de la régionalisation de l’immigration et de leur façon d’attirer la main-d’œuvre de Montréal vers la région, de l’agente de mobilisation et de développement en immigration ainsi que du MIDI, volet recrutement international ont éclairé l’assistance sur leur mission respective, les objectifs et façons de faire. Selon les données divulguées au cours de la rencontre, on compterait en 2017, pas moins de 110 personnes immigrées œuvrant dans le Haut-Saint-François. Les intervenants ont expliqué ce qui caractérise leur service et la façon de leur faire appel.

La présentation de la main-d’œuvre immigrante comme un bassin potentiel intéressant a fait l’objet d’une solution possible à court et long terme pour les employeurs. L’aspect humain, à savoir les motivations des personnes immigrantes, les phases de l’intégration, le côté irréel de la chose, la lune de miel, la prise de conscience, l’acceptation, l’adaptation, la quête de sens et l’intégration, peut s’échelonner sur plusieurs années. On a également abordé le rôle de l’employeur. Il ne suffit pas d’embaucher un travailleur immigrant, il faut l’accueillir, expliquer les valeurs de l’entreprise, s’assurer d’une bonne communication, offrir un encadrement adéquat autant au travail qu’à l’extérieur en facilitant l’intégration au sein de la communauté que ce soit par le logement, les loisirs et autres. Il est important de créer un milieu de vie attractif et de se mettre à la place des immigrants, d’expliquer les conférenciers.

Mme Boucher ajoute qu’il n’y a pas que la main-d’œuvre immigrante susceptible de répondre aux besoins des employeurs. Les personnes judiciarisées, handicapées physiques ou de maladie mentale peuvent également apporter une contribution à l’entreprise. Elle mentionne que Services Québec peut apporter un appui financier dans certains cas. Consciente que la rencontre donnait lieu à un déversement d’information, elle invite les employeurs à la contacter pour toute information tout en s’engageant à faire le lien avec les ressources susceptibles d’apporter une aide. Mme Boucher a profité de l’occasion pour inviter les employeurs à participer au Salon itinérant, Priorité-Emploi qui se tiendra à East Angus, le 25 mai prochain. L’initiative se fait à l’occasion du 20e anniversaire de Priorité-Emploi Estrie et consiste à faire une tournée régionale. Un salon de l’emploi local se déroulera dans chaque MRC de l’Estrie, dont celle du Haut-Saint-François.

La Société d’histoire de Weedon expose ses archives

La Société d’histoire de Weedon inaugurera son exposition À la découverte de nos archives lors d’un vernissage le 17 février prochain à 13 h, au Centre culturel de Weedon. Après avoir abordé des thèmes comme les sports et loisirs ou encore les écoles de Weedon et des alentours, la Société d’histoire a retenu le thème des archives en 2019.

L’objectif de l’exposition est « de donner aux gens le gout de venir voir ce qu’on a en stock comme matériel historique, de susciter leur curiosité », mentionne Yves St-Pierre, président de la société. Celle-ci s’intéresse autant à sa municipalité d’accueil qu’à celles environnantes, soit Lingwick et les anciens hameaux de Fontainebleau et de St-Gérard.

Après avoir présenté le film Soirée des stars de Weedon 1989 l’année dernière, l’organisme récidive cette année avec l’édition 1990 de l’activité qui mettait en vedette des citoyens qui faisaient un tour de chant ou quelques pas de danse. On peut comparer le résultat final à une édition locale de Soirée canadienne. Au moment de l’entretien, les membres de la Société en étaient toujours à tenter de transférer la cassette VHS originale vers un support numérique.

Hormis cette pièce d’anthologie, la Société d’histoire a accumulé en 37 années d’existence des milliers de documents. « Des tonnes ! », précise la cofondatrice Thérèse Lavertu. Cette accumulation a même forcé le regroupement à changer de local au Centre communautaire de la rue des Érables, il y a deux ans. L’exposition sur les archives présentera entre autres une recherche universitaire sur la mine de Fontainebleau, des souvenirs des derniers propriétaires du vieux moulin et de nombreuses photos sur les ponts, les prêtres et les gens d’ici.

Une vidéo présentera les installations et l’envers du décor de la Société d’histoire de Weedon. Lors du vernissage, une douzaine de membres du comité exécutif et de bénévoles ayant aidé à l’élaboration de l’exposition seront présents pour s’entretenir avec le public. À la découverte de nos archives sera accessible du 15 février au 15 mars dans la galerie Le Harfang du Centre culturel de Weedon les lundis, jeudis et vendredis en journée en plus des soirs de spectacles.

Expo photo de La Passerelle

Le Centre des femmes du Haut-Saint-François La Passerelle présentera l’exposition photo Parfaites telles quelles lors d’un vernissage qui se tiendra le vendredi 8 mars, au Manège militaire de Bury. L’événement, qui est ouvert à tous, servira à sensibiliser la population à l’importance de la diversité corporelle. Le projet mettra de l’avant 17 femmes du Haut-Saint-François, âgées entre 20 et 70 ans, dans le cadre de la Journée internationale des droits des femmes.

« C’est un projet artistique pour valoriser le corps de la femme sous toutes ses formes », résume d’entrée de jeu l’intervenante Virginie Bernier. La stagiaire Camille Marquis vient compléter : « En faisant ce processus-là avec les photos, on se réapproprie notre propre corps. Pendant l’événement, les gens qui vont peut-être passer des commentaires, nous, on va être présentes pour démystifier les commentaires par rapport aux photos. C’est un projet d’émancipation. »
Au cours des dernières semaines, les participantes au projet se sont réunies lors d’ateliers pour échanger et préparer leur concept de photo. Certaines ont fait des recherches pour s’inspirer d’œuvres déjà existantes. Lors du vernissage, des mots accompagneront les clichés anonymes afin d’en expliquer la signification. Globalement, le but est de mettre en évidence l’impact des standards de beauté et des pressions sociales subies par les femmes au quotidien.

« C’est comme une démarche personnelle et collective en même temps », s’enthousiasme Camille Marquis. « C’est le fun; il y a beaucoup d’angles à aller chercher », poursuit celle qui a étudié en arts visuels.

La photographe Kim Gaudreau s’occupera de capter le groupe de participantes au cours de la semaine du 12 février. « On voulait une photographe féministe et qui était capable de comprendre la démarche. Ça prend quelqu’un de sensible et d’ouverte », explique Virginie Bernier.
Le vernissage de Parfaites telles quelles se déroulera entre 17 et 20 h, le vendredi 8 mars prochain. Le Manège militaire de Bury est situé au 563, rue Principale. Des billets au cout de 5 $ en prévente sont disponibles au Centre des femmes et dans quatre autres points de vente de la région. Pour les connaitre ou pour voir les possibilités de covoiturage pour se rendre à l’événement le 8 mars, les intéressés sont invités à communiquer directement avec La Passerelle, en ligne ou par téléphone au 873-825-7060.

Producteurs de lait de l’Estrie, solides malgré tout

L’organisation des Producteurs de lait de l’Estrie effectuait un arrêt à Dudswell dans le cadre de leur tournée des secteurs 2019. La rencontre a réuni plus d’une vingtaine de producteurs de la région, comme Maude et Maxime Fontaine de la Ferme Fontabel à Weedon.

Les sujets abordés au cours de la journée allaient du programme de certification ProAction à l’aide à la relève et au démarrage d’entreprises agricoles, en passant par les nouvelles règles de qualité qui seront instaurées dans l’industrie au courant de l’année. La conseillère à l’UPA Estrie, Mariane Paré, accompagnait les présidents des syndicats laitiers du Haut-Saint-François et du Val-Saint-François–Sherbrooke, Marcel Blais et Douglas Morrison. ­

Des accords de libre-échange désavantageux
Outre l’information magistrale prévue à l’horaire, les représentants Blais et Morrison en ont également profité pour informer les membres, du travail fait en coulisses. Ceux-ci ont rencontré le ministre fédéral de l’Agriculture, Lawrence MacAulay, et le secrétaire parlementaire, Jean-Claude Poissant, à la mi-janvier. Leurs revendications portaient entre autres sur l’obtention des compensations promises par la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, suite à la conclusion de l’Accord États-Unis–Mexique–Canada (AEUMC).

Suite aux résolutions proposées par les membres et soumises au vote, les producteurs locaux ont pu y aller de questions et de commentaires sur l’industrie laitière. La nouvelle mouture du Guide alimentaire canadien n’a pas manqué d’être abordée. Marcel Blais ne pouvait prédire les changements dans les habitudes de consommation des gens.

Le retour du balancier
Pour renchérir, Douglas Morrison a présenté l’exemple du beurre. « Il y a 20-25 ans, on avait décidé de ne plus faire de publicité pour le beurre. On pensait que sa consommation ne reviendrait jamais. Mais depuis 4-5 ans, il y a un engouement pour les produits “gras”. Le monde mange moins, mais veut une alimentation savoureuse. » Un producteur est venu appuyer ses dires en constatant le retour des yogourts à plus forte teneur en matières grasses, après la mode des yogourts grecs et ceux à 0 %.

Le président du secteur Val-Saint-François–Sherbrooke avait tout de même une note positive en guise de conclusion. Particulièrement depuis la signature de l’AEUMC en octobre dernier, les consommateurs sont beaucoup plus conscientisés et appuient plus leurs producteurs qu’avant.
La rencontre qui s’est déroulée à la salle communautaire de Dudswell marquait le milieu de la tournée de l’association. Après avoir visité le Val-Saint-François et le Granit, les Producteurs de lait de l’Estrie se dirigeront vers les secteurs de Coaticook et des Sources durant la deuxième moitié de février.

May the Seed Festival Begin!

The sixth annual Seed Festival organized by the Sawyerville Community Garden is planned for Saturday, February 16, at the Notre-Dame-du-Saint-Rosaire Church. The event will bring together some 20 kiosks of seed producers, market gardeners and artisans, in addition to offering a dozen speakers. Several of the presentations will be in English or bilingual, an innovation this year.

“In Cookshire, 20% of the population is English-speaking, so it will be fun to have some presentations that can include this pool of participants. It’s something we worked hard to do this year,” mentioned Sammuel Tanguay, treasurer of the Community Garden. He is also a producer at the Les Maraichers de l’or vert Farm, and one of the bilingual speakers. His presentation will be about regenerative farms.

The other topics discussed during the day will range from pollinators to living soils, including cultivating nuts and mushrooms, and fermenting vegetables. Having taken place at the Ramana Hotel last year, the Seed Festival will extend throughout the basement as well as the ground floor of the Notre-Dame-du-Saint-Rosaire Church. “We try to improve the Seed Festival each year,” said Tanguay. “It’s becoming bigger and bigger.”

Among other presenters and participants, visitors will have an opportunity to talk with producers Daniel and Madeleine Labonté of the Jardins des Bocages in Cookshire-Eaton and Brian Creelman of Seeds for Food in Dudswell. They can also learn more about the Rameal Chipped Wood (RCW) technique from Louis Langlois.

Lunchtime will offer a variety of options cooked up by a team of volunteers. This year, greater place is being given to vegetarian and vegan dishes. “We are trying to attract as many people as possible by being inclusive, whether in the foods served or in the presentations,” said Sammuel Tanguay.

It’s a question of being ready for the arrival of springtime. The Sawyerville Community Garden invites everybody to the Seed Festival on February 16. It is possible to buy tickets or to ask questions by contacting the organization directly. The event takes place at the Sawyerville church situated at 4 Randboro Road in Cookshire-Eaton.

Que la Fête des semences commence !

La sixième Fête des semences organisée par le Jardin Communautaire de Sawyerville se tiendra le samedi 16 février à l’église Notre-Dame-du-Saint-Rosaire. L’événement réunira une vingtaine de kiosques de semenciers, de producteurs et d’artisans en plus d’offrir une douzaine de conférences. Certaines d’elles seront présentées en anglais ou dans les deux langues, une nouveauté cette année.

« À Cookshire, il y a 20 % de la population qui parle anglais, donc c’est le fun d’avoir des conférences qui peuvent inclure ce bassin-là. C’est quelque chose pour quoi on a travaillé fort cette année », mentionne Sammuel Tanguay, trésorier du Jardin Communautaire. Celui qui est également derrière la ferme Les Maraichers de l’or vert est l’un des conférenciers bilingues dont la présentation portera sur les fermes régénératrices.

Les autres sujets abordés tout au long de la journée iront des pollinisateurs aux sols vivants, en passant par la culture des noix et champignons et la fermentation de légumes. Après avoir eu lieu à l’hôtel Ramana l’an dernier, la Fête des semences s’étendra autant au sous-sol qu’à l’étage de l’église Notre-Dame-du-Saint-Rosaire. « On essaie d’améliorer chaque année la Fête des semences », confirme M. Tanguay. « Ça devient de plus en plus gros. »

Sur place, le visiteur pourra entre autres échanger avec les producteurs Daniel et Madeleine Labonté, des Jardins des Bocages à Cookshire-Eaton, et Brian Creelman, des Semences nourricières à Dudswell, ou encore en apprendre plus au sujet du bois raméal fragmenté (BRF) auprès de Louis Langlois.

Sur l’heure du repas du midi, plusieurs options concoctées par une équipe de bénévoles seront offertes. Cette année, une plus grande place a été accordée aux plats végétariens et végétaliens. « On essaie d’attirer le plus de gens possible en étant inclusifs pour soit l’alimentation ou les conférences », résume Sammuel Tanguay.

Question d’être prêt pour l’arrivée du printemps, le Jardin Communautaire de Sawyerville convie toute la population à la journée de la Fête des semences le 16 février. Il est possible de se procurer des billets ou d’adresser ses questions directement à l’organisme. L’événement se tient à l’église du secteur Sawyerville située au 4, chemin de Randboro, à Cookshire-Eaton.

Se pencher sur la consommation élevée des jeunes du Haut

La dernière grande rencontre d’Énergie jeunesse HSF portant sur la consommation de drogues et d’alcool a réuni plus d’une trentaine de participants à la salle des Chevaliers de Colomb d’East Angus. Un panel réunissant trois spécialistes a mis en lumière le niveau de consommation plus élevé des jeunes du secondaire du Haut-Saint-François, par rapport au reste de la province. S’en est suivie une plénière visant à proposer des actions concrètes à prendre collectivement.

Depuis 2017, la concertation Énergie jeunesse HSF a traité collectivement de thématiques touchant directement la région, que ce soit la santé mentale, les agressions à caractère sexuel ou la maltraitance. Suite à un atelier portant sur la légalisation du cannabis en octobre dernier, le sujet de la consommation a été approfondi par des groupes du Haut comme La Relève, Animation jeunesse, La Passerelle et le Centre d’action bénévole. Des groupes régionaux comme le CALACS Agression Estrie, la Commission scolaire des Hauts-Cantons, le CIUSSS et même la Sûreté du Québec avaient des délégués sur place.

Des statistiques plus élevées
Dans le Haut-Saint-François, 51 % des jeunes au secondaire ont admis avoir eu une consommation excessive d’alcool en une même occasion au cours des 12 derniers mois. La moyenne québécoise est de 34 %, une différence de 17 % selon les derniers chiffres de l’Institut de la statistique du Québec datant de l’année 2016-2017.
Depuis la précédente enquête faite en 2010-2011, la consommation de drogues au cours de la dernière année chez ces mêmes jeunes avait crû de 9 %, pour s’établir à 31 %. Encore une fois, le pourcentage est plus élevé dans le Haut-Saint-François que pour l’ensemble du Québec, qui se situe à 20 %.
Face à ces données, le panel de spécialistes a dressé le portrait des jeunes consommateurs et de leurs habitudes avant de suggérer quelques pistes de solution. Parmi les trois interlocuteurs, on retrouvait Andrée-Ann Collin, de la Coalition sherbrookoise pour le travail de rue, et Daniel Gendron, ancien intervenant jeunesse pour le CIUSSS de l’Estrie.

L’appui de la communauté
Deux membres du comité de vigie d’Énergie jeunesse, soit Marilyne Martel, du CIUSSS, et Myrthô Ouellette, de HSF Fou de ses enfants, n’ont pas manqué de rappeler l’importance de la conservation des liens avec les jeunes pour des retombées positives dans la communauté.
André Lachapelle, directeur de la polyvalente Louis-Saint-Laurent, abondait dans le même sens. « Si on est bienveillant envers nos jeunes, qu’on n’a pas de discours moralisateur, qu’on travaille avec eux et qu’on les responsabilise, je pense qu’on peut arriver avec des bonnes choses. »
Jean-Philippe Goupil, agent à la Direction de santé publique, a profité de l’occasion pour rappeler qu’une soirée d’information sur la légalisation du cannabis est offerte à tous les parents d’élèves de la Commission scolaire des Hauts-Cantons à la salle du conseil des commissaires, le 18 février prochain, à 19 h. La directrice du Département de santé publique, Dre Mélissa Généreux, présentera alors les cadres légaux de même que des outils de sensibilisation par visioconférence.

Concours Bébé de l’année 2018

Océane Tardif Beauchesne, fille de Mélanie Tardif et de Patrick Beauchesne, de Scotstown, est l’heureuse gagnante de notre concours Bébé de l’année 2018. Les parents de la jeune fille, née le 17 janvier 2018, se méritent de magnifiques cadeaux d’une valeur approximative de 300 $ provenant de la Pharmacie Proxim de Cookshire-Eaton et East Angus, des IGA Couture à East Angus et IGA Cookshire à Cookshire-Eaton, de la Pharmacie Brunet à Weedon, du dépanneur Voisin à Cookshire-Eaton et d’Espace Beauté, d’East Angus. Surprise par la bonne nouvelle, Mme Tardif est heureuse et entend bien utiliser tous les cadeaux. « Nous, on est du genre à acheter local », précise-t-elle. Nous retrouvons sur la photo Patrick Beauchesne, la petite Océane et Mélanie Tardif. Le couple est également parents de Maude 10 ans et Maxime 14 ans.

Bonne participation malgré le mauvais temps pour le brunch des élus

Un total de 35 personnes sur plus de 70 réservations ont bravé le mauvais temps de dimanche dernier pour se déplacer à la salle des Loisirs à Saint-Isidore-de-Clifton afin de participer au traditionnel brunch des élus, organisé par la Chambre de commerce du Haut-Saint-François. Le député de Mégantic, François Jacques, le préfet de la MRC du Haut-Saint-François, Robert Roy, les maires et représentants des municipalités de Cookshire-Eaton, Dudswell, East Angus, La Patrie et Saint-Isidore-de-Clifton ont pris la parole pour parler de leurs bons coups et projets à venir. Nancy Blanchette, représentante du CAB, s’est également exprimée au cours de la rencontre. Reportage complet dans le prochain numéro.

Les ministres Joly et Bibeau s’arrêtent à Cookshire

Les représentants touristiques du Haut-Saint-François ayant participé à la rencontre de consultation tenue la semaine dernière, à la Brasserie 11 comtés à Cookshire-Eaton, avec les ministres Mélanie Joly et Marie-Claude Bibeau, sont satisfaits de l’exercice et croient que leur message a été entendu.

La députée de Compton-Stanstead et ministre du Développement international, Marie-Claude Bibeau, a profité de la rencontre du cabinet fédéral tenue à Sherbrooke, la semaine dernière, pour inviter sa collègue Mélanie Joly, ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie, à tenir une rencontre à Cookshire-Eaton. L’exercice auquel participaient une vingtaine d’intervenants du monde touristique estrien s’inscrivait dans le cadre de sa présente consultation devant mener à la nouvelle politique nationale du tourisme au Canada.
« Le potentiel est énorme, on a des gens extraordinaires, passionnés. Je suis très impressionnée parce qu’il y a une belle concertation au niveau local et sincèrement des idées que j’ai entendues pour la première fois », d’exprimer Mme Joly au terme de la rencontre. Parmi les nouvelles idées, celle du Coeur villageois, que l’on retrouve en Estrie et notamment à Cookshire-Eaton et Scotstown, a piqué sa curiosité. « Ça fait des mois que je me gratte la tête pour savoir comment on est capable de développer des Cœurs villageois partout à travers le pays. J’arrive ici et je découvre que ça existe déjà. C’est quelque chose qui va très certainement m’inspirer dans le développement de ma nouvelle stratégie », exprime-t-elle.

Mme Joly entend développer une nouvelle stratégie nationale et voir comment il est possible d’aider les intervenants, les soutenir dans le développement de l’offre touristique, la promotion et voir comment ils peuvent avoir accès à du capital. La ministre mentionne étudier différents scénarios et entend offrir des solutions à court, moyen et plus long terme. Pour Mme Bibeau, le choix du lieu de rencontre était stratégique. « C’est une façon de démontrer comment une petite entreprise agrotouristique peut se développer à l’extérieur d’un grand centre. Un exemple à succès, la Brasserie 11 comtés, c’est vraiment une opportunité et ce matin, on fait la démonstration de l’importance de travailler ensemble dans une région pour développer l’offre touristique. »

Satisfaction
« Ça m’a réjouie que Mme Joly ait parlé en introduction de l’importance de l’industrie touristique pour relancer les petites régions rurales où certaines industries ont fermé et le tourisme pourra être une des solutions pour revitaliser. Nous, c’est important, dans le Haut-Saint-François, l’attraction du tourisme pour les services de proximité », d’exprimer Isabelle Couture, représentante de Tourisme Haut-Saint-François. Jean-Paul Gendron, qui représentait le Club de motoneige de Cookshire et également président de l’Agence de mise en valeur de la forêt privée de l’Estrie, a profité de l’occasion pour associer le tourisme d’hiver avec le milieu forestier. Il mentionne avoir mis en lumière certaines difficultés « qu’on a, nous les locaux, le micro touristique, le Haut-Saint-François pour atteindre les niveaux macro touristique, le gouvernement fédéral. On ne changera pas la structure, mais ce qui est important, c’est que nos structures locales, la SADC, Coeur villageois, CLD et la MRC soient davantage mis à contribution sur des questions de développement touristique. Surtout développer des mécanismes d’écoute ». Sylvie Lapointe, mairesse de Cookshire-Eaton, souhaite que les municipalités ou les organismes puissent obtenir une meilleure aide financière. Du côté municipal, on se fait souvent solliciter, on ne peut pas payer à tout le monde, c’est trop pour une municipalité. On serait content si le gouvernement pouvait ouvrir un peu leurs horizons. Je pense qu’on a une belle approche aujourd’hui. Je pense que Mme Joly a été au cœur de ce qui s’est dit et particulièrement en zone rurale. » Daniel Audet, représentant de la Ruée vers Gould, du Centre culturel Oscar-Dhu, du marché de la petite école et conseiller municipal au Canton de Lingwick, était en quête d’information. « Je voulais savoir ce que Tourisme Canada peut nous offrir. Avec le dépôt de la nouvelle politique, j’ai espoir que ça sera mieux. » Jonathan Audet, directeur du festival La nuit du pont couvert, voulait mettre en lumière « toutes les échelles qui étaient importantes au niveau touristique autant les microfestivals comme les autres plus grands. » Il souhaite que la nouvelle politique accorde une plus grande importance à la base « les travailleurs touristiques sur le plancher. Ils devraient avoir les mêmes chances que les autres à faire du développement touristique. » M. Audet soutient avoir senti « beaucoup d’écoute. Je ne crois pas que ce soit un simple exercice de relation publique. On constate qu’il y a des problèmes, qu’ils veulent régler et viennent sur le terrain pour voir c’est quoi les problématiques. » Faisant référence aux deux ministres, M. Gendron ajoute, « elles m’ont impressionné de par leur capacité d’écoute et de synthèse. Elles ont très bien compris le message et sont en position de le livrer. »

Tournoi provincial de hockey Atome/Pee-Wee

Près de 700 hockeyeurs répartis dans 48 équipes provenant d’un peu partout au Québec se feront une lutte amicale dans le cadre de la 38e édition du tournoi de hockey provincial Atome/Pee-Wee, qui se déroulera à l’aréna Robert-Fournier à East Angus, du 4 au 17 février prochains.

Selon le président du tournoi, David Bilodeau, celui d’East Angus semble être fort apprécié des équipes. De fait, le nombre de formations participantes grimpe de 44 à 48 équipes pour l’édition 2019. Des équipes de l’Estrie, de Gatineau, Montarville, Saint-Basile-Le-Grand et Charlevoix pour ne nommer que celles-là feront la lutte dans leur catégorie respective. « On a eu beaucoup d’appels. Notre tournoi est bien aimé », d’exprimer M. Bilodeau. À deux semaines de l’événement, tout semble sous contrôle. « Toutes les équipes ont confirmé leur présence et tout est payé », d’exprimer avec enthousiasme le président du tournoi.

On ne change guère une formule gagnante. Ce qui a contribué au succès des éditions passées est de retour, mais avec de petites nouveautés. À ce chapitre, M. Bilodeau mentionne que quatre parties, de catégorie Atome, seront disputées le samedi 9 février à l’aréna de Weedon. Toujours au chapitre des nouveautés, les joueurs des formations finalistes n’auront pas de médaille. Ils se verront remettre une mini banderole à l’effigie du tournoi. Évidemment, une grande banderole sera remise à l’équipe gagnante ainsi qu’à la formation perdante. Les honneurs habituels dévolus aux deux joueurs de chaque match seront soulignés en leur remettant une mini banderole du tournoi.

Le match d’ouverture sera disputé le vendredi 8 février et opposera, dans la catégorie Pee-Wee A, les Sharks du Haut-Saint-François aux Phoenix 3 de Sherbrooke. Précédera une cérémonie protocolaire avec la présentation de dignitaires et du président d’honneur Claude Ménard.

Mentionnons que les profits amassés au cours du tournoi servent à défrayer divers coûts inhérents à l’Association de hockey mineur du Haut-St-François que ce soit pour les heures de glace, le coût d’inscription, l’acquisition d’équipements, le matériel de pratique, les cliniques de perfectionnement ou autres.

Rachel Garber

INTERESTING TIMES

“May you live in interesting times.” I am told this is an ancient Chinese curse. It’s been around in English since about 1900. The Chinese origin is debatable, but the idea is still relevant today that living in overtly “interesting times” such as wartime is difficult and undesirable.

Yes we have wars in today’s world, and heartbreaking atrocities. But something else very interesting quietly happened last January 2018, and now a year later, we still have not come to grips with it.
It’s then that China stopped accepting plastics from North America for recycling.

Have our recycling processes been able to take up the slack? Have our families, grocery suppliers, stores and other commerces cut down on single-use plastics? Have we demanded they do so? No, no and no. Instead, disposable plastic packaging is rife. And when we dispose of it, a whole lot of it is piling up somewhere, out of sight, for the moment, and therefore out of mind.

That somewhere seems to be Malaysia, where veritable mountains of plastic trash are piled up in illegal dumps. Greenpeace calls the country “the world’s rubbish bin.” And yes, there we can find plastic bags labeled with our very own grocery chains.

Malaysia is about 16,000 kms. from the Haut-Saint-François. It’s next to Thailand and Singapore and not far from Vietnam, the Phillipines, and Indonesia. It’s surrounded by ocean, where our used plastics are sloshing around, too. So we can hope to encounter our very own disgusting rubbish on our vacations!
It’s interesting, in a subtle way. We’re just trashing the planet, quietly, with our eyes closed. What then? The search for another Goldilocks planet drags on, to which presumably a few earth inhabitants can escape after we finish trashing Earth.

If I sound all fired up about this, it’s thanks to a recent investigative report by CBC’s Marketplace on plastic waste. Here’s a link to it: https://www.cbc.ca/marketplace/episodes/2017-2018/plastic-waste-the-supermarket-challenge.

Their point is that our supermarkets continue to sheathe almost everything in plastic. Although many consumers would like to reduce the use of plastic, they do not have the option. So we bring our airtight plastic packages home, strip off the wrapping before – or after – it causes the food items to rot, and off it goes to who-knows-where.

But alternatives are available, and this is interesting in a really great way. Grocery stores in the UK are finding that many customers care more about packaging than about prices. One Budgens store in North London has totally cut out plastics. It offers more than 2000 products plastic-free, and the owner says business is better than ever before.

They sell in bulk and also use packaging that is plant-based and compostable. They use paper, cardboard, and plant-based cellulose, which looks like plastic and feels like it, but isn’t. They use mesh bags made of a wood-based product instead of plastic.

How do they do it? It’s simple, the store owner explained. Just tell the supplier that your store will stop buying their products unless they stop using plastic wrapping. Alternatives are not lacking. What’s needed is motivation.

Here are some interesting tips for consumers to break free of plastics, courtesy of Sophi Robertson.
Reuse shopping bags. Bring your own.
Buy in bulk. Besides bringing your own shopping bags, bring smaller reusable cloth or paper bags for loose vegetables or fruit. For liquids, grains, nuts and the like, bring a clean empty yogurt container or another jar. (You can have the jar weighed at the cash register before you fill it up.)
Choose recyclable packaging. Look for the recycle mark on the container, but better yet, choose containers you can reuse yourself.

Say “No straws, please”.
Bring your own coffee mug. Tell the server you’re using the mug instead of a disposable cup to cut down on unnecessary waste, so they don’t pour your coffee into a disposable cup first.
Robertson suggests taking one step at a time. Master one change before moving on to the next step.
Interesting times. And I didn’t even mention Trump!

SEED FESTIVAL
The Sawyerville Community Garden stirs from its winter slumber to organize the annual Seed Festival, coming up on Saturday, February 16, from 9 a.m. to 3 p.m. It’s to be at the erstwhile Notre Dame du Rosaire Church, 4 Randboro Road, Sawyerville (entrance is at the back of the building).
Join a force of four seed producers, seven local market gardeners, and several artisans. Throughout the day, 11 speakers will offer the good stuff needed to get our gardens off to a great start. A generous lunch will be served of soup, stew, turkey pie, vegetarian lasagna, dessert and beverages.
Entrance is $20 for ages 15+; $15 for ages 8 to 15; and no charge for ages 8 or less. Family fee available for more than three persons. Info: Chantal Bolduc at chantalbolduc99@bell.net or 819-889-3196.

CHURCH SERVICES
United. Sunday worship services are at Trinity United in Cookshire at 9:30 a.m. and at the Sawyerville United at 11 a.m. Info: 819-889-2838 (listen to message).
Baptist. In Sawyerville, the Sunday worship service is at 9 a.m. in French, and 11 a.m. in English. Sunday school is at 10 a.m. in English and French. Info: 819-239-8818.
Anglican. Sunday worship services are at 9:30 a.m. at the St. Paul’s Church in Bury, and at 11:15 a.m. in Cookshire. On January 27, the service is in the lower level of the Trinity United Church, 190 Principale West. On February 3, it is in the theatre in the Manoir de l’Eau Vive, 210 Principale E. Info: 819-887-6802.
Messy Church. On Monday, January 28, at 5:30 p.m., stories, crafts, singing and supper are on the agenda at the St. Paul’s Anglican Church, 550 Main St., Bury. A joint United and Anglican intergenerational event. All are welcome. Info: Rev. Tami Spires, 819-452-3685.

Do you have news to share? Call 819-300-2374 or email rawrites@yahoo.com by January 28 for publication February 6 and by February 11 for February 20.

Concours de photos à la Cité-école

La troisième édition du concours de photos lancé auprès des élèves de la Cité-école Louis-Saint-Laurent démontre que plusieurs ont le bon œil et du talent. Laurie Després, 5e secondaire, a décroché le premier prix, alors que Marie-Ève Castonguay s’inscrivait bonne deuxième tandis que Sandrine Roy décrochait le prix Coup de cœur remis par Tourisme Haut-Saint-François.

Plus de 25 jeunes photographes ont participé au concours, soumettant une cinquantaine de photos sous le thème Le patrimoine autant bâti que naturel. Un jury composé de Sophie Laroche, enseignante, Alexis Dalpé, enseignant et membre du comité culturel de l’école, et Isabelle Couture, du comité Tourisme Haut-Saint-François, ont sélectionné une dizaine de photos comme finalistes. Les œuvres ont été affichées à l’intérieur de la salle Jacqueline-Loiselle afin que les élèves et les membres du personnel votent pour leur photo préférée. Un nombre de 176 personnes s’est prévalu de leur droit de vote.

Les responsables ont précédé, en décembre dernier, à la remise des prix regroupant les finalistes à la salle Jacqueline-Loiselle. Chacun s’est exprimé sur sa photo présentée. L’ensemble des photos prises au cours des mois d’octobre et novembre représentait de magnifiques paysages du Haut-Saint-François. L’objectif de l’initiative lancé par le comité culturel de l’école vise à faire découvrir aux élèves leur milieu de vie.

Visibilité
Les dix finalistes au concours verront leurs photos circuler sur le territoire. Mme Couture, membre du comité Tourisme Haut-Saint-François, mentionne que les photos se retrouveront sur les différents outils promotionnels de l’organisme que ce soit sur la prochaine carte touristique, sur le web ou autres. Les finalistes ont également la chance de participer à un autre concours. Le Centre culturel de Weedon présente jusqu’au 12 février les œuvres de son concours de photos lancé pour l’ensemble du Haut-Saint-François. Celle qui obtiendra le coup de cœur sera publiée dans le dépliant du Centre culturel pour la prochaine saison, d’expliquer le directeur général, Robert Scalabrini.

Mentionnons que la grande gagnante du concours de photos de la cité-école, Laurie Després de Cookshire-Eaton, s’est mérité un ordinateur. Pour Marie-Ève Castonguay de Newport, elle gagne un chèque-cadeau tandis que Sandrine Roy obtient le livre intitulé L’art de réussir toutes ses photos avec son téléphone cellulaire.

De petits ateliers qui deviendront grands

Les Ateliers Petits comiques, fondés par Célia Gaudreau, élargissent leur offre de service en humour cet hiver auprès des jeunes et, pour la toute première fois, des adultes. La native de Scotstown visitera régulièrement trois écoles du Haut-Saint-François d’ici mai prochain en plus d’offrir des sessions hebdomadaires destinées aux adultes au Centre culturel de East Angus.

Les Ateliers Petits comiques sont déjà offerts depuis plus d’un an auprès des enfants et adolescents. Suite à l’obtention d’un appui financier de la part du ministère de la Culture et des Communications, quatre établissements de la Commission scolaire des Hauts-Cantons bénéficieront de ceux-ci pour la première partie de 2019. Au niveau primaire, on retrouve les écoles du Parchemin à East Angus et Saint-Paul à Scotstown en plus des polyvalentes Louis-Saint-Laurent, à East Angus et Montignac, à Lac-Mégantic.

« Je peux offrir des ateliers pour l’année gratuitement », se réjouit Célia Gaudreau. « Avec la subvention, je permets aux écoles d’avoir une initiation. » La formation se concentre surtout sur le jeu créatif et scénique pour les plus jeunes, alors que les adolescents du secondaire abordent l’art du stand-up comique.
Celle qui est également récréologue espère que son acceptation au programme gouvernemental La Culture à l’école lui ouvrira d’autres portes. « Je trouve tellement que c’est un beau projet. C’est une autre façon d’apprendre. Chaque fois que je vais dans une école, les élèves et les profs tripent. »

Mme Gaudreau tentera également une incursion dans le monde de la pédagogie adulte en offrant une série de dix ateliers hebdomadaires au Centre culturel de East Angus. Ceux-ci débutent ce jeudi 24 janvier pour s’échelonner jusqu’au 28 mars.

« Ce que je veux faire avec les adultes, c’est vraiment d’aller dans un univers où on se laisse aller, où on lâche notre fou à travers l’humour », relate l’animatrice. Tous les détails se retrouvent sur la page Facebook des Ateliers Petits comiques.

Député de Mégantic François Jacques inaugure son bureau à Cookshire-Eaton

Depuis la semaine dernière, le bureau de comté du député de Mégantic, François Jacques, situé à l’intérieur de l’hôtel de ville à Cookshire-Eaton, est pleinement opérationnel. Notre représentant à l’Assemblée nationale tenait à mentionner que les gens pourront se présenter au bureau du mardi au vendredi de 8 h 30 à 16 h 30. Son attaché politique, Vincent Maltais, responsable pour le Haut-Saint-François, sera sur place pour répondre aux demandes et accueillir les citoyens. M. Jacques entend également se présenter au bureau tous les vendredis dans la mesure du possible.

Avec l’embauche de cette dernière ressource, M. Jacques complète son équipe de quatre personnes dont deux seront au bureau de Mégantic, une à Cookshire-Eaton, et une autre qui fera la navette entre les deux bureaux, explique-t-il. Bien que le bureau dans le Haut-Saint-François ne soit opérationnel que depuis quelques jours, M. Jacques affirme qu’il travaille déjà sur les dossiers locaux et régionaux. À ce titre, il mentionne avoir participé à une rencontre regroupant tous les députés de l’Estrie concernant Valoris en plus d’avoir tenu plusieurs discussions à ce sujet. « On va recommencer le dossier, je pense. Il y a des choses qui n’ont peut-être pas été à la bonne place, d’autres qui ont peut-être été perdues ou détruites », d’exprimer le député. Rappelons que M. Jacques s’est retrouvé devant des classeurs laissés vides par son prédécesseur Ghislain Bolduc. « Il a fallu faire le travail, de demander à tout le monde s’il y avait des dossiers, s’il y avait certaines choses quelque part. Ça fait qu’il a fallu rencontrer pas mal plus de monde. Faut le prendre de façon positive. Ça nous a fait connaître le monde en même temps », d’exprimer M. Jacques.

Le député de Mégantic suit également de près le dossier de la route 257. Autres sujets dont des subventions reliées à la construction de la caserne d’incendie à Ascot Corner ainsi qu’à l’aréna Robert-Fournier d’East Angus pour le système de réfrigération ont également retenu son attention. M. Jacques dit surveiller de près d’autres dossiers comme la reconstruction de Palettes Perron, souhaite-t-il, se réaliser à Sawyerville, la rivière Eaton de façon à minimiser ou corriger les problèmes d’érosion des rives et autres également comme le développement du dossier MYM Nutraceuticals à Weedon.

Celui qui a entrepris une tournée des municipalités entend bien la compléter avant la reprise de la session parlementaire prévue pour le 6 février. De ce nombre, pour le Haut-Saint-François, il reste les municipalités de Chartierville, Saint-Isidore-de-Clifton et Newport.

Coopérative d’habitation à Weedon phase II

La Société d’habitation du Québec a donné son autorisation au projet de la coopérative d’habitation Le Moulin des Cèdres à Weedon pour aller de l’avant avec la phase II. Le projet consiste à ériger un bâtiment pouvant accueillir 26 unités de logement avec air commun et cafétéria au coût de 3,8 M$.

Une assemblée publique d’information précisant la nature du projet et les étapes à venir est prévue au cours des prochaines semaines. Bien que ça ne soit pas encore officiel, Claude-Gilles Gagné, membre du comité de la phase II, estime que les probabilités à l’effet que l’édifice se retrouve de l’autre côté de la rue devant l’édifice existant sont fortes.

« Maintenant que nous avons la réponse, le vrai travail commence », précise-t-il. Les responsables devront s’occuper des plans et devis. M. Gagné souhaite que ces étapes puissent être complétées au cours de l’hiver afin de lancer la construction dès l’été ou l’automne prochain. Les membres du comité aimeraient procéder à l’ouverture de la phase II au printemps 2020. Mentionnons que le projet prévoit une mise de fonds approximative de 400 000 $ provenant de la communauté, le reste étant supporté par la Société d’habitation du Québec. M. Gagné précise que la participation de la municipalité sous forme de services et don de terrain pourra s’inscrire dans le volet contribution du milieu. Les intervenants prévoient lancer une vaste campagne de sollicitation en s’adressant aux organismes, entreprises ainsi qu’auprès de la population, sans oublier les députés de niveau provincial et fédéral.

Rappelons que la phase I de la coopérative d’habitation a été construite il y a plus de 25 ans et compte 12 unités. Prévus pour les personnes de 55 ans et plus, plusieurs résidents sont âgés aujourd’hui de plus de 75 ans. Or, la phase II est prévue pour des personnes de 75 ans et plus sans ou avec légère perte d’autonomie. M. Gagné précise qu’aucune réservation de logement n’est prise pour l’instant, mais qu’une priorité sera accordée aux résidents de la phase I qui souhaiteraient déménager dans le nouvel édifice. Le bâtiment à venir comprendra des 3 ½, 4 ½ et studios. Le nombre n’est pas encore arrêté, mais il est possible que les 3 ½ soient en majorité, du fait qu’ils soient subventionnés en vertu du programme Accès Logis, laisse entendre M. Gagné. La phase II n’est pas exclusive aux résidents de Weedon. M. Gagné souligne qu’il s’agit d’un projet régional et que des personnes de Lingwick, Dudswell, Stratford, Ham-Sud, Saint-Gérard et Garthby-Beaulac entre autres ont signé des formulaires d’intérêt. Il est confiant que le comité réussira à combler les unités disponibles. Tout en rappelant que le nombre minimum d’unités pour rencontrer les frais était de 20, le comité a convenu tout comme la Société d’habitation du Québec que 26 était raisonnable et permettait de dégager un léger profit pour assurer l’entretien du bâtiment.

Marie-Claude Bibeau, candidate in 2019

The current Member of Parliament for Compton-Stanstead and Minister of International Development, Marie-Claude Bibeau, will be running in the next federal election in October 2019. That’s what she announced last month at a celebration of her nomination at the Microbrasserie Coaticook.

Proud of her first term, Ms. Bibeau said she wants to continue to defend the interests of the region’s citizens. «We will continue to tackle social and economic inequalities during the second term.» If re-elected, she plans to focus on manpower shortages, continuing improvement of connectivity in rural areas, and the fight against climate change.

Demanding but rewarding
During the evening of her nomination, Minister Bibeau discussed her motives in seeking a second term in a row. «In 2015, I did not really know what I was embarking on. I had not anticipated the human aspect of the job.» This may include accompanying an elderly person to the Canada Revenue Agency or regularizing the situation of an immigrant woman who was a victim of spousal abuse. «It’s not always easy, but at the same time, when you accompany these people in times of distress, it’s extremely comforting and rewarding. It gives a whole new meaning to the work.»

Among the positive aspects of the profession, she listed centennial birthdays, medal ceremonies for military personnel and volunteers, as well as attending many community events. And with 32 countries visited in three years, travel is part of everyday life. As Minister of International Development, «I never thought I would become a strong voice for feminism on the international stage.»

Files closed and files upcoming
The former director general of the Sherbrooke Museum of Nature and Science is proud of her accomplishments during her first term. “We have secured funding for the Mont-Mégantic Observatory for seven years.” Maintaining the supply management system despite American threats also figures on the list of victories for Minister Bibeau.

In this regard, Phase Two of the Dairy Farm Investment Program opens next Monday. It is designed to help dairy farmers adjust to the anticipated impacts of the Comprehensive Economic and Trade Agreement (CETA) between Canada and the European Union. In Phase One, 36 businesses in the riding, including the Ferme Élégante in Dudswell, shared $3.8 million.

Sherbrooke Airport
Concerning the offer of regular commercial flights at the Sherbrooke airport, the Compton-Stanstead representative said that now «the ball is in the court of the City» of Sherbrooke. She pointed out that the next step requires a draft agreement between the City and an air carrier.
“We have obtained the assurance that we will have airport security services for the Sherbrooke Airport when an agreement has been signed with an airline that offers regular flights,” she reiterated.
In relation to the process leading to the designation of the Cookshire-Eaton site, discussions between the Canadian Air Transport Security Authority and the management of the Sherbrooke Airport have been dragging on since December 2015.

Putter Bernier

Bonne année pour les jeunes au Tournoi Putter Bernier

La dernière édition du tournoi de golf-bénéfice Putter Bernier, disputée l’automne dernier, s’est avérée des plus enrichissantes avec une cagnotte de 8 000 $. Très heureux de la belle participation des golfeurs et commanditaires, les organisateurs étaient impatients de retourner cet argent à la Fondation Sports et Loisirs East Angus.

Bien qu’une partie des sommes recueillies soit consacrée pour les joueurs junior au golf, la majorité sert à aider les jeunes démunis à participer à diverses activités culturelles, sociales, pour les sorties scolaires, le hockey et le soccer entre autres.

Habituée à obtenir en moyenne 88 participants, l’organisation a franchi le cap du 100 pour la dernière édition. Cette participation accrue jointe à de généreux commanditaires, dont les deux majeurs, Promutuel Assurances et Conteneur Recycle Estrie ainsi que Richard Boisvert, Pauline Mercier et autres ont permis d’atteindre le sommet de 8 000 $.

Gagnants
Des golfeurs se sont démarqués au cours de la classique annuelle. Parmi les gagnants dans la catégorie Pro-Am, c’est le quatuor formé de Marcel Dion, Claude Dion, Jean-François Dion et Donald Boucher qui a récolté les grands honneurs. Pour la catégorie amateur, ce sont les golfeurs Sylvain Grenier, Dominique Doukoudo, Jason Coley et Guylaine Clément qui se sont imposés.
Au cours de la soirée, Claude Dion a rendu un petit hommage à sa défunte mère Micheline Carignan-Dion qui a été membre du comité organisateur de la classique pendant plusieurs années. Les responsables de l’événement remercient les participants et généreux commanditaires.

actualite

Budgets municipaux : Deuxième partie

Le canton de Hampden fera parvenir à ses citoyens ses prévisions budgétaires annuelles au courant de la semaine à venir. La municipalité de La Patrie venait tout juste d’adopter son règlement de taxation pour l’année 2019 au moment de la date de tombée de la présente édition. Cookshire-Eaton adoptera son règlement seulement que le 4 février prochain. Finalement, la ville de Scotstown n’était pas en mesure de nous indiquer à quel moment seraient rendues disponibles ses prévisions budgétaires suite à des événements hors de son contrôle.

Bury
La municipalité de Bury augmente sa taxe foncière d’un peu plus de 0,02 $ à 0,7298 $ par 100 $ d’évaluation. L’achat d’un nouveau réservoir entraine un tarif fixe de 52,81 $ par propriété privée. Le tarif de collecte des ordures ménagères et des matières recyclables hausse de 7,25 $ pour culminer à 156 $ par logement. Le tarif d’égout monte de 10 $, de 144,75 $ à 154 $, et on observe une différence de 20 $ entre le taux de 192,25 $ en 2018 et celui de 211,50 $ cette année du côté de l’aqueduc.

Le budget global s’élève à 2 066 573 $, en hausse de 4 % par rapport à l’an dernier. De ce nombre, 66 % des revenus proviennent des différents niveaux de taxation déjà mentionnés. La municipalité prévoit une somme de 650 000 $ pour la construction d’une caserne incendie en 2020, montant qui proviendra de subvention et de collecte de fonds. Cette année, 535 000 $ en règlements d’emprunts seront engrangés pour l’achat d’un camion à ordures et d’un dix roues.

Lingwick
Le canton de Lingwick conserve un taux de taxe générale à 0,71 $ par 100 $ d’évaluation pour 2019. La collecte des matières résiduelle connait pour une deuxième année un bond de 18 %, passant de 148 $ à 175 $. Pour les matières récupérables, les tarifs restent fixes. Les revenus du budget sont en hausse de 6 % pour culminer à 1 159 449 $. Du côté des dépenses, les loisirs et la culture se voient octroyer une somme totale de 86 684 $, en hausse de 49 % par rapport à 2018.

Saint-Isidore-de-Clifton
La municipalité de Saint-Isidore-de-Clifton conserve un taux de 0,895 $ par 100 $ d’évaluation pour les taxes foncières. Le budget annuel subit une hausse de 218 175 $, soit 14 %, pour s’établir à 1 766 525 $. La compensation annuelle de la collecte des ordures augmente de 15 $ pour un montant de 160 $, alors que celle des matières récupérables demeure fixe à 75 $ par unité. Le tarif du service d’aqueduc reste égal à l’an dernier à 0,59 $ du mètre cube, tandis que celui pour l’égout monte de 0,08 $ à 2,78 $ du mètre cube.

Weedon
La taxe foncière de la municipalité de Weedon subit une légère baisse, en passant de 1,006 $ à 1,0041 $ par 100 $ d’évaluation. Cet allègement s’explique par la fin d’un règlement d’emprunt datant de 2015. Le tarif de collecte des ordures ménagères augmente de 2,70 $ pour s’arrêter à 137,70 $. On observe également des hausses du côté des services d’aqueduc et d’égout. Les résidents de Weedon Centre débourseront 161,20 $ alors que ceux de St-Gérard et de Fontainebleau paieront 182 $ pour l’aqueduc. Cette même différence s’appliquera du côté des égouts avec des tarifs de 153 $ et 173,40 $ selon le secteur de résidence.

Le budget annuel de la municipalité s’élève à 5 554 774 $, en hausse de 2 % par rapport à 2018. Les postes budgétaires ayant connu les principales augmentations sont les Travaux publics et l’Urbanisme. Plus de 70 % des revenus proviennent des taxes perçues au niveau municipal. Sur les 4 473 600 $ prévus dans le plan triennal d’immobilisations, 3 400 000 $ sont réservés à l’asphaltage du rang 2, à raison de 1 700 000 $ par année en 2019 et 2020.

Westbury
Le canton de Westbury établit sa taxe foncière à 0,66 $ par 100 $ d’évaluation pour l’année 2019. La gestion des ordures ménagères et des matières recyclables subit une hausse de 75 $, passant de 150 $ à 225 $, après être demeurée stable entre 2017 et 2018. Le budget annuel est en hausse de 8 % pour s’établir à 1 184 860 $. En 2018, les revenus finaux de la municipalité se sont chiffrés à 1 468 214 $ après des prévisions de 1 095 369 $. De ce même montant de dépenses prévues au début de l’an dernier, ce sont finalement 1 331 970 $ qui auront été dépensés.

©2019 Journal Le Haut-Saint-François