Noel des artistes a Cookshire-Eaton HSF

Cookshire-Eaton : Noël des artistes

Galeries d’art fermées, musées fermés, en cette période pandémique, Gilles Denis et ses collaborateurs ont trouvé une façon efficace et en tout respect des règles sanitaires d’offrir une tribune pour les travailleurs du monde artistique.
Pas moins de 16 participants de la grande région participeront à la première édition du Noël des artistes qui se déroulera au Victoria Hall à Cookshire-Eaton. Les portes s’ouvriront dès maintenant, et ce tous les samedis et dimanches de midi à 16 h, jusqu’au 3 janvier prochain. Les amateurs d’art découvriront des œuvres à prix abordable comme des peintures à l’huile, à l’acrylique, des gravures et autres. « Ce sont des petits formats qui s’offrent très bien en cadeau », d’assurer M. Denis. Ce dernier mentionne ne rien inventer, « c’est la tradition dans certains endroits. »

Marché Noel Cookshire 2020 HSF

Cookshire-Eaton : Un marché achalandé

Près de 200 personnes ont circulé au Victoria Hall à Cookshire-Eaton lors du marché de Noël qui s’est déroulé à la fin novembre. Les mesures sanitaires étaient respectées, notamment avec le port du masque, le lavage de mains et la distanciation. Les visiteurs étaient invités à inscrire leurs coordonnées pour participer à un concours. Les coupons étaient conservés en guise de registre. Les 17 artisans présentaient leurs créations sur les deux étages, ainsi qu’à l’extérieur de l’immeuble. Même si l’activité était organisée à la dernière minute en raison des conditions gouvernementales, les responsables et exposants étaient très satisfaits de l’événement.

Halte de la gitane East Angus

Ouverture d’une boutique d’artisanat à East Angus : La Halte de la Gitane

Gabrielle Fontaine ouvrait officiellement sa nouvelle boutique en présence de sa fille Marjolaine Schmitz Fontaine.

Une nouvelle boutique d’artisanat local est maintenant ouverte à East Angus. Gabrielle Fontaine, propriétaire de La Halte de la Gitane, réalise un projet auquel elle réfléchit depuis longtemps.

Installée devant la Vieille gare du Papier sur la rue St-Jean Ouest, la boutique propose des produits locaux, du terroir, des bijoux, des œuvres d’art et bien plus encore. La propriétaire est une entrepreneure dans l’âme et n’en est pas à sa première entreprise. « Ça fait un bout que ça mijote. C’est un projet, pas seulement pour avoir ma boutique, mais pour aider plein d’autres artisans », exprime-t-elle, ajoutant qu’elle est heureuse de faire connaître des artistes de la région. Plus d’une trentaine d’artisanes exposent dans les locaux de Mme Fontaine.

Désirant faire plus que donner cette opportunité aux petites entreprises, la propriétaire annonçait lors de l’ouverture officielle de la boutique qu’un produit sera spécialement mis en vente pour amasser des fonds pour la Journée Natalie Champigny. Un savon sera créé pour la cause et 1 $ de chaque vente sera remis à la fondation. Amie de la famille Champigny depuis longtemps, cette cause lui tenait à cœur. « On est vraiment heureux de voir notre premier commerce qui manifeste vouloir faire la vente de produits et donner une ristourne à la fondation », exprime Michel Champigny, instigateur de la Journée Natalie Champigny.

La tête pleine d’idées, Gabrielle Fontaine imagine déjà l’avenir de son commerce et envisage différents aménagements pour le futur. La boutique se situe au 218 rue St-Jean Ouest à East Angus et les heures d’ouverture sont disponibles sur la page Facebook La Halte de la Gitane.

Omnimed Cookshire Eaton Estrie HSF

Nouvelle image de marque pour Omnimed

Xavier Boilard, PDG d’Omnimed, présente fièrement la nouvelle image de marque de l’entreprise.

L’entreprise Omnimed, de Cookshire-Eaton, affiche une toute nouvelle image de marque. Ce changement a pour but d’apporter une vision plus adaptée à leur mission qui est centrée sur l’humain.

Spécialisée dans le dossier médical électronique (DME), la firme présentait cette nouvelle image simultanément avec le lancement du portail patient destiné à la patientèle québécoise. Le but était de promouvoir les nouvelles couleurs qui se veulent plus accueillantes et plus adaptées à la mission de l’entreprise. « Jusqu’à maintenant, Omnimed était surtout un système pour les médecins et les professionnels de santé. On a lancé les premières fonctionnalités pour les patients. Ils vont commencer à recevoir des communications d’Omnimed, donc pour nous, c’était important qu’on rafraîchisse l’image et que ce soit une marque dont les gens font confiance pour protéger leurs données médicales », explique Xavier Boilard, président directeur général d’Omnimed. Il décrit ce nouveau logo comme étant plus moderne, défini avec une expérience plus fluide. Celui-ci est simplifié avec une typographie plus ronde et douce, ainsi que des couleurs énergiques et contrastées, estime le propriétaire.

Le nouveau portail patient sert à acheminer des documents médicaux qui, normalement, devraient être imprimés. « Après une visite médicale, le patient reçoit un lien sur son courriel et quand il clique, il va accéder aux requêtes de laboratoire, à ses documents d’arrêt de travail », explique M. Boilard. Selon lui, les gens vont apprécier d’avoir un retour rapide des professionnels de la santé, sans devoir prendre un rendez-vous physique. De leur côté, les médecins vont pouvoir retourner les résultats aux patients plus facilement. « 2020 a permis de mettre en lumière le travail acharné de nos héros de la santé pendant la pandémie. Nous souhaitons leur faire un cadeau avant Noël en leur livrant un environnement plus agréable, car ils y passent un temps considérable quotidiennement. Le portail patient leur permettra un meilleur contact et une collaboration plus serrée avec leur patientèle. Omnined accompagne chaque jour le personnel du milieu de la santé dans ses activités professionnelles, et nous voulons que chacun trouve une satisfaction à utiliser nos plateformes. Avec les patientes et les patients qui auront accès au portail, c’était naturel pour nous de revoir notre image et de l’adapter à la réalité numérique d’aujourd’hui », exprime le PDG.
Omnimed est une entreprise familiale de l’Estrie créée en 1984 par le père, le Dr Jean Boilard, qui avait pour mission d’améliorer les soins de santé. Elle est pionnière dans le marché des dossiers médicaux électroniques au Québec. Aujourd’hui, les propriétaires travaillent à fournir une approche plus agile, plus inclusive et à l’écoute de la réalité actuelle.

Abris bus HSF transport

Abribus à East Angus : Un premier de complété

Le premier des deux abribus, qui est situé devant le bureau de poste à East Angus, est complété depuis plusieurs jours. La petite structure est en mesure d’accueillir les personnes à mobilité réduite. Pour le second, adjacent le Dépanneur East Angus sur la rue Angus Sud, les autorités municipales souhaitent qu’il soit complété avant la fin de l’année. La municipalité a dû se porter acquéreur d’un petit lopin de terre pour l’installer. Le projet global incluant l’achat et l’installation des abribus s’élève à 30 500 $. La moitié de l’investissement provient du Fonds de développement territorial (FDT) et l’autre portion est assumée par la municipalité. La réalisation du projet est confiée à l’entreprise Industrie Fabco de Drummondville.

bazar la patrie sous sol église

Au profit de la Fabrique : Bazar de Noël de La Patrie

Le conseil de gestion de la Fabrique tenait son bazar de Noël au sous-sol de l’église St-Pierre à La Patrie. Organisé dans le respect des règles sanitaires, les profits seront remis à la Fabrique de la Paroisse St-Joseph-des-Monts. Près de 120 personnes ont défilé à travers les rangées pour y faire plein de trouvailles. Selon Angèle Doyon, membre du conseil de gestion, l’événement est un succès. « On a bien vendu, ça l’a bien été. On est très content », affirme-t-elle. Les mesures sanitaires ont été respectées pour offrir une expérience sécuritaire. La Fabrique organise quatre bazars durant l’année pour ses campagnes de financement.

Cuisine collective HSF

Favoriser l’autonomie alimentaire : Cuisine ton Haut !

Lors de la première vague de la pandémie, les Cuisines Collectives du Haut-Saint-François, ne pouvant offrir de rencontres mensuelles, ont dû se réinventer et trouver des alternatives de services à offrir. Le nouveau projet, Cuisine ton Haut !, est donc présenté. L’objectif est d’offrir la possibilité aux citoyens de recevoir gratuitement une boîte alimentaire directement à la maison pour cuisiner en famille.

« Les boîtes d’ingrédients avec recettes, c’est une belle façon d’inciter les gens à continuer à cuisiner à la maison », explique Guillaume Loiselle-Boudreau, directeur des Cuisines Collectives du HSF. L’objectif de l’organisme est d’encourager l’autonomie alimentaire. Avec la pandémie, les gens ont une plus forte tendance à se rendre fréquemment à l’épicerie et faire provision de produits transformés qui ne sont pas nécessairement bons pour la santé, selon le directeur.
Explorer la nouveauté
Le fait d’offrir gratuitement ces boîtes permet aux citoyens de la région de découvrir et d’essayer de nouvelles recettes et d’aliments. Lors du lancement, neuf recettes ont été offertes selon trois catégories différentes. Les personnes ont le choix entre cuisine du monde, du terroir ou végétarienne. « On essaie de faire découvrir aussi des recettes, des nouveaux plats à des gens qui, peut-être, n’auraient jamais mangé, par exemple, un poulet au beurre, une recette indienne. Ce qui est bien, c’est que les gens doivent faire eux-mêmes le pain naan », exprime M. Loiselle-Boudreau.

Le fonctionnement est simple. « Ils doivent choisir dans les neuf recettes et nous, on peut livrer à domicile, sans contact, une boîte avec une glacière et 100 % des ingrédients », explique le directeur. Chaque membre inscrit peut recevoir une boîte chaque mois. Les ingrédients offerts sont suffisants pour nourrir quatre personnes. Toutefois, M. Loiselle-Boudreau affirme que si une famille plus nombreuse aimerait s’inscrire, il est possible d’aviser l’organisme et les boîtes seront doublées.

Pour s’inscrire, il faut être membre des Cuisines Collectives. Toute personne du Haut-Saint-François qui est intéressée peut s’inscrire gratuitement. « C’est vraiment pour monsieur, madame tout le monde. C’est fait pour n’importe qui. Il n’y a pas un critère de revenu, il n’y a pas d’autres critères de sélection que de vouloir cuisiner à la maison », lance le directeur. Dans les 24 premières heures d’inscription, pas moins de 25 personnes se sont montrées intéressées. « À date, les gens qui demandent des boîtes, plus de la moitié sont des nouveaux qui veulent devenir membres. Je pense que ça va être vraiment bien pour recruter de nouveaux membres », ajoute-t-il. De plus, des demandes sont adressées de la part des CLSC et des travailleurs sociaux.
Financement
M. Loiselle-Boudreau explique que Cuisine ton Haut ! est possible grâce à l’aide obtenue auprès de Centraide Estrie, via le Fonds d’urgence à l’appui communautaire du gouvernement fédéral. Un financement de 5 000 $ a été versé pour mettre à terme le projet. En raison de la pandémie, les activités de cuisine dans les locaux de l’organisme ont dû être suspendues. Les responsables se sont donc concentrés sur ce nouveau concept qui sera accessible jusqu’à l’épuisement des fonds. « J’espère le faire au moins pour un six mois et si possible de renouveler les fonds », exprime-t-il. Toutefois, il avoue ne pas avoir de crainte à ce sujet, il reste confiant. « Si jamais on n’aurait pas un financement spécial pour ça, on va essayer de peut-être changer le projet ou de voir les adaptations qu’on pourra faire », ajoute-t-il.
Les trois personnes derrière les Cuisines Collectives ont travaillé sans relâche pendant un mois pour mettre en place le projet. « Les recettes ont été testées dans notre cuisine. On les a cuisinés, goûtés et pris des belles photos des plats », lance le directeur.
Produits du terroir, nouvelle tendance alimentaire
Avant de choisir les recettes, l’organisme prend soin de demander l’avis de la population. Quelques demandes sont récurrentes selon le régime alimentaire des gens, les prises de conscience environnementales ou alimentaires et les tendances actuelles. « Les gens essaient beaucoup de favoriser les achats locaux. Nous aussi, on essaie de s’approvisionner local. D’ailleurs, dans Cuisine ton Haut !, on va avoir des commandites de producteurs du Haut-Saint-François et des commerces pour des produits qu’on va intégrer dans les recettes », explique Guillaume Loiselle-Boudreau. Selon lui, il semble y avoir une tendance d’économie circulaire et de vouloir favoriser l’économie locale. « Je pense qu’il y a beaucoup de gens aussi qui essaient de diminuer leur consommation de viande », mentionne-t-il, ajoutant que ce changement est souvent pour des raisons de santé et de saine alimentation.

Lors des activités dans les cuisines, les gens en profitaient pour préparer plusieurs repas et ainsi mieux planifier leur semaine. Afin de pouvoir continuer à offrir cette possibilité, l’organisme propose également des boîtes avec des ingrédients de base. « Tous nos membres peuvent avoir à la fois, une boîte de Cuisine ton Haut ! où il y a juste un repas, une recette avec 100 % des ingrédients et une autre boîte, une fois par mois qui a le fond de base », explique le directeur.

Les personnes intéressées à y découvrir les recettes peuvent se rendre sur la page Facebook des Cuisines Collectives du Haut-Saint-François.

Biathlon La Patrie HSF hiver

Biathlon de La Patrie : Événement prévu malgré la pandémie

Biathlon Estrie se prépare pour les compétitions de janvier et février 2021.

Malgré un avenir incertain, Biathlon Estrie prépare les compétitions de La Patrie pour les 16 janvier et 20 février 2021. Quelques modifications devront se faire et les règles sanitaires respectées.

Érika Charron, membre du conseil d’administration de la Fondation québécoise de biathlon, ne prévoit pas d’annulation pour l’instant, mais est consciente qu’il pourrait y avoir des changements de dates. Tant que l’Estrie demeure au mode d’alerte maximal, l’événement ne pourra pas se tenir. « Nous, ce qu’on espère, c’est qu’après les Fêtes, on puisse repasser en mode orange », explique-t-elle. De cette façon, les compétitions sportives pourront avoir lieu. Les mesures sanitaires seront respectées et un maximum de 25 personnes sera sur un plateau simultanément. Mme Charron affirme avoir beaucoup de contraintes à respecter, mais que l’équipe a un plan. Les deux Coupes sont prévues; toutefois, comme les frontières sont fermées, les athlètes américains ne pourront pas y participer. « Il n’y a rien de fixé et n’aura rien de fixé jusqu’à la dernière minute », affirme-t-elle.

Outre la planification des compétitions, Biathlon Estrie prévoit moderniser les installations de son site de La Patrie. « On est en train de devenir beaucoup plus technologique de façon à faciliter le travail des bénévoles », explique Mme Charron. Le site étant déjà reconnu à l’international, ces modernisations permettront de mieux se démarquer.


Toutes les informations supplémentaires sont disponibles sur https://fqbiathlon.ca/.

Patrimoine HSF Subvention église

Mise en valeur et protection du patrimoine : Aide financière de 260 967 $

Robert G. Roy, préfet de la MRC du HSF, et François Jacques, député de Mégantic, devant l’Académie d’Eaton Corner à Cookshire-Eaton.

La MRC du Haut-Saint-François bénéficie d’un financement de 260 967 $ pour la mise en valeur et la protection du patrimoine. François Jacques, député de Mégantic et adjoint parlementaire de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, en a fait l’annonce au nom de la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, et de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest.

La somme consentie par le gouvernement du Québec fait partie de l’enveloppe totale de 51,6 M$ du programme de soutien au milieu municipal en patrimoine immobilier. Grâce à ce financement, la MRC pourra procéder à la restauration de propriétés privées et de bâtiments municipaux. « Je suis très fier de savoir que des sommes seront allouées afin de mettre en valeur le patrimoine immobilier dans la MRC du Haut-Saint-François. Notre belle et vaste circonscription de Mégantic compte de nombreux bâtiments qui font partie du patrimoine québécois et il est nécessaire de respecter ces édifices en procédant à la restauration, afin que tous puissent se rappeler les legs de notre passé, tout en les protégeant pour le futur », affirme monsieur Jacques.

L’aide financière servira plus précisément à dresser un inventaire du patrimoine immobilier de la ville de East Angus. Elle permettra également de procéder à la restauration et l’entretien du bureau de poste d’East Angus, de l’église Chalmers à Lingwick, de la Vieille gare du Papier à East Angus et de l’Académie d’Eaton Corner à Cookshire-Eaton.

Selon Robert G. Roy, préfet de la MRC, un autre volet de cette subvention permettra également à la ville de East Angus d’offrir un programme de restauration pour des propriétés privées patrimoniales préidentifiées. « Le patrimoine immobilier, en plus de contribuer à l’embellissement de nos villes, est l’un des fondements de notre histoire de notre société. Non seulement il contribue à définir l’identité de notre collectivité et leur procure un sentiment de fierté, mais sa préservation favorise également le développement durable, le maintien ou l’amélioration du cadre de vie et la qualité des paysages. Notre gouvernement est heureux d’encourager le développement d’une culture de conservation du patrimoine dans le milieu municipal », exprime madame Laforest.

Par ce programme, le gouvernement souhaite mobiliser l’ensemble de citoyens pour la conservation du patrimoine et ainsi participer à l’embellissement du Québec.

arbre de noel ascot corner HSF

Autocueillette d’arbres de Noël : 1 900 $ pour l’école de la Source-Vive

L’activité d’autocueillette d’arbres de Noël au profit de l’école de la Source-Vive a permis d’amasser près de 1 900 $. Se déroulant sur deux fins de semaine, elle était organisée par la Fondation des élèves de l’école en collaboration avec Le Jardin des Îles d’Ascot Corner. « La fondation ramasse des sous pour les activités dans l’école, mais aussi pour la cour d’école qui va être aménagée », explique Isabô Royer, bénévole à la fondation. Les familles étaient invitées à venir récupérer leur arbre de Noël dans une ambiance festive. Pas moins d’une centaine de personnes sont passées durant les deux journées de l’activité. Les responsables sont plus que satisfaits.

Rétrospective 2020

(1re partie)

JANVIER
MYM Nutraceuticals Inc. vend deux bâtiments
Est-ce un signe avant-coureur quant à l’avenir du projet de MYM Nutraceuticals Inc. de construction de serres de cannabis à des fins médicinales dans le rang 2 à Weedon ? Quoi qu’il en soit, l’entreprise tente de se départir des deux bâtiments qu’elle avait acquis au printemps 2018 et situés au 514 et 527 rue Saint-Janvier à Weedon. Depuis décembre, deux affiches de courtiers immobiliers sont apparues sur les édifices.
Service de premiers répondants
Les citoyens des municipalités de Weedon, Dudswell et Lingwick peuvent, depuis quelques semaines, bénéficier d’un service de premiers répondants amélioré qui vient aider les ambulanciers lorsque le seul véhicule d’urgence n’est pas disponible.
Clinique de la mini-urgence
Le Centre de santé Cookshire a accueilli pas moins de 106 personnes lors de sa soirée-bénéfice qui s’est récemment déroulée à même ses locaux au Château Pope. Outre le coquetel dînatoire, les convives ont pu visiter les lieux, échanger avec les professionnels et participer à un encan dont les profits sont remis au projet de mini-urgence. Le tout s’est terminé à l’église Trinity United où trois artistes ont offert un spectacle de musique classique.
Innovation Ecofixe à Ascot Corner
Le gouvernement du Québec accorde une somme de 210 485 $ à la municipalité d’Ascot Corner afin de lui permettre de tester l’innovation technologique Ecofixe dans ses installations de traitement d’eaux usées. Le député de Mégantic, François Jacques, en a fait l’annonce au nom du ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC), Benoit Charette.
Bureau de la SAAQ à Cookshire-Eaton
C’est dans le but d’éviter la fermeture du service, voire même son transfert à Sherbrooke, que la municipalité de Cookshire-Eaton prend à sa charge le bureau de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) pour trois ans.
Eau potable à Johnville
Le projet de captage d’eau au Parc écoforestier de Johnville (PEJ) par la ville de Cookshire-Eaton ira de l’avant dès le printemps prochain et permettra la réalisation d’un important développement d’une quarantaine de maisons pour la phase 1.

FÉVRIER
La ministre Blais à Weedon
De passage au CHSLD à Weedon, Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, semblait satisfaite de constater de visu et de sentir l’ambiance qui règne à l’intérieur de ce qui est considéré dans le milieu, de petit centre d’hébergement. Consciente de la problématique de main-d’œuvre dans le secteur de la santé, elle soutient qu’il faut être « très créatif » pour le recrutement, mais également valoriser le personnel qui œuvre auprès de la clientèle.
Contre le projet de loi 40
Yves Gilbert, président de la Commission scolaire des Hauts-Cantons et porte-parole du Regroupement des commissions scolaires de l’Estrie, croit que la récente démonstration à laquelle prenaient part une cinquantaine de personnalités estriennes pour clamer leur appui au mouvement d’opposition au projet de loi 40 portera des fruits.
Valoris envisage des surplus
Après une année 2019 pour le moins tumultueuse, la Régie intermunicipale du centre de valorisation des matières résiduelles du Haut-Saint-François et de Sherbrooke (Valoris) présentait des états financiers provisoires pour l’exercice 2019, laissant apparaître un surplus de 400 000 $.
Biathlon La Patrie
Environ 75 athlètes âgés de 10 à 60 ans de partout au Québec ont foulé les terrains du Club de biathlon Estrie à La Patrie dans le cadre de la compétition pour la Coupe Québec. Les participants étaient répartis en 12 catégories.
Incendie criminel au IGA Cookshire-Eaton
L’incendie, survenu au marché d’alimentation IGA Cookshire à Cookshire-Eaton, considéré d’origine criminelle par la Sûreté du Québec, force le propriétaire Gilles Denis à interrompre les opérations pendant quelques jours. Le feu s’est déclaré près du quai d’embarquement. M. Denis évalue sommairement les dommages entre un demi et un million $. Même si l’intérieur du magasin n’a pas été affecté par les flammes, l’eau et la fumée ont causé des dommages. Divers inspecteurs et spécialistes du MAPAQ étaient sur place pour évaluer la situation.
Projet de loi 40
Évidemment contre l’adoption sous bâillon de la loi 40 abolissant notamment les commissions scolaires, Yves Gilbert, ex-président de la défunte Commission scolaire des Hauts-Cantons, digère mal la façon dont le gouvernement Legault a mis un terme au mandat des commissaires.
11 000 $ pour les Cuisines collectives
La Caisse Desjardins du Haut-Saint-François remet 11 000 $ aux Cuisines collectives du Haut-Saint-François. De ce montant, 1 000 $ seront consacrés au bénéfice des élèves de l’école du Parchemin, côté Couvent, à East Angus, dans le cadre de la Semaine de la persévérance scolaire. Quant au montant de 10 000 $ versé sur trois ans, il permettra à la ressource de renouveler une partie de son équipement et de se développer sur le territoire.

MARS
Du transport intelligent
Six MRC de l’Estrie, dont le Haut-Saint-François, avec l’appui du ministère des Transports, unissent leurs efforts pour faire l’acquisition et l’implantation d’un système intelligent de gestion du transport de personnes. En plus d’améliorer les opérations, le projet de 800 000 $, une première au Québec, favorisera l’interconnexion des régions, « ce qui est majeur », de commenter Thérèse Domingue, directrice de Transport de personnes HSF.
Les artisans souhaitent une reconnaissance régionale
Les artistes professionnels du territoire, les travailleurs et organismes culturels du Haut-Saint-François avec l’aide de la CDC du territoire et du Conseil de la culture de l’Estrie travaillent à mettre sur pied une Table de concertation en art et culture. L’objectif, entre autres, est de faire reconnaître par les élus de la MRC, les arts et la culture comme vecteur de développement social et économique.
IGA Cookshire ouvre ses portes
À moins d’un imprévu majeur, le marché d’alimentation IGA Cookshire ouvrira ses portes le jeudi 26 mars. Dès 7 h le matin, les usagers de la grande région de Cookshire pourront reprendre leurs habitudes, et ce après 6 semaines de fermeture.
Soirée reconnaissance au CJE
Dans le cadre des Journées de la persévérance scolaire, le Carrefour jeunesse-emploi (CJE) du Haut-Saint-François a pris l’initiative d’organiser une soirée reconnaissance pour souligner les gens de notre MRC qui font une différence dans la réussite éducative. Comme le mentionnait l’animateur, Edward Humphrey, « ça prend un village pour élever un enfant. »
COVID-19, le HSF vit au rythme du Québec
Le Haut-Saint-François n’échappe pas aux mesures mises de l’avant par le gouvernement du Québec afin d’éviter la propagation du coronavirus COVID-19. Toutes les écoles et garderies (publiques/privées) sont fermées sauf pour les enfants de parents travaillant dans le réseau de la santé, policiers, pompiers et ambulanciers. Les CHSLD du territoire et hôpitaux de la région sont également fermés aux visiteurs.
Internet HV pour les mal desservis
Le conseil des maires a mandaté les responsables de la MRC du Haut-Saint-François à signer une entente conditionnelle à sa satisfaction avec l’entreprise de télécommunication Cogeco. Cette dernière pourrait déposer un projet visant à desservir les mal desservis Internet sur le territoire, et ce, dans le cadre du programme d’aide financière du fonds de large bande du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).
Cookshire à l’ère du bac brun
Suite à l’annonce de l’instauration des collectes de matières résiduelles dans la municipalité de Cookshire-Eaton, les élus ont récemment tenu une rencontre d’information publique afin de donner des trucs, conseils et répondre aux questions des citoyens. Environ 20 personnes assistaient à la réunion qui se déroulait à la salle Guy-Veilleux. Le tiers des participants ont profité du moment pour démontrer leur désaccord face à l’imposition du bac brun en milieu rural.

AVRIL
Approvisionnement alimentaire
La ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, députée de Compton-Stanstead, Marie-Claude Bibeau, admet que l’approvisionnement alimentaire doit être pris au sérieux, « mais non, je n’ai pas peur que nous manquions de nourriture. Le Canada est un grand producteur et notre système alimentaire est fort et capable de s’adapter à des situations complexes comme celle-ci », exprime-t-elle lors d’une entrevue téléphonique.
Le HSF suit le mouvement
Depuis l’annonce d’état d’urgence sanitaire le 13 mars dernier, les municipalités du Haut-Saint-François mettent en place les différentes mesures gouvernementales afin de diminuer la propagation du coronavirus causant la COVID-19. Au moment d’écrire ces lignes, la MRC du Haut-Saint-François et la majorité des bureaux municipaux sont fermés au public, mais disponibles par téléphone et courriel. Seules les municipalités de La Patrie et Lingwick étaient ouvertes, mais à personnel réduit et mettront en place des mesures sanitaires. Plusieurs employés municipaux font du télétravail et évitent les réunions non urgentes jusqu’à nouvel ordre.
Élan de solidarité et de générosité
Constatant que la situation est précaire et par souci de solidarité, l’organisme Transport de personnes HSF met gratuitement, depuis plusieurs jours et jusqu’à nouvel ordre, des véhicules à la disposition d’organismes et commerces de services comme les marchés d’alimentation et pharmacies pour effecteur des livraisons et même du transport individuel au besoin. Quant à Moisson HSF, les services sont maintenus, mais des mesures de sécurité sont mises en place quant à la distribution des denrées alimentaires. « Nous livrons les boîtes sans contact sur les balcons », d’expliquer la directrice, Katia Palardy.
Groupe de suivi pour la COVID-19
Afin de tenir les citoyens le plus informés possible, les députées fédérales de Compton-Stanstead et Sherbrooke, Marie-Claude Bibeau et Élisabeth Brière, poursuivent les appels conférences hebdomadaires pour toute la durée de la crise de la COVID-19. Ces groupes seront constitués entre autres des maires, préfets, représentants des chambres de commerce et d’organismes de développement économique, d’entreprises et d’organisations communautaires œuvrant auprès des aînés et dans les secteurs de l’agriculture, de l’alimentation et de la sécurité alimentaire.
IGA Cookshire-Eaton rouvre ses portes
En ce temps morose de pandémie, l’ouverture du IGA Cookshire-Eaton a eu l’effet d’un baume sur la clientèle et les membres du personnel. Tous étaient soulagés et avaient même le sourire à l’idée de reprendre un semblant de vie normale, six semaines après l’incendie.
Certains centres de service fermés
Afin de respecter les nouvelles recommandations du gouvernement visant à diminuer la propagation de la COVID-19, la Caisse Desjardins du Haut-Saint-François a fermé temporairement quatre des six centres de service.
Aide d’urgence aux PME
La MRC et le CLD du Haut-Saint-François ont complété la mise en place du nouveau programme d’aide d’urgence aux petites et moyennes entreprises. Celles qui sont intéressées à se procurer des formulaires pour accéder à l’aide financière, sous forme de prêt pour un maximum de 50 000 $, peuvent maintenant le faire en contactant le CLD.
Le milieu communautaire n’est pas abandonné
En cette période de pandémie, même si la majorité des entreprises et commerces sont sur pause, le milieu communautaire poursuit son implication et veille avec la collaboration de divers intervenants à répondre aux besoins de sa clientèle. La cellule COVID-19 du Haut-Saint-François regroupe divers intervenants de secteur, la MRC et le bureau du député de Mégantic, François Jacques, à trouver des solutions d’aide et prévenir les situations.
Moisson HSF
Les demandes d’aide alimentaire auprès de Moisson Haut-Saint-François continuent d’affluer. Toutefois, l’organisme est en mesure de servir les personnes dans les 14 municipalités du territoire, assure la directrice Katia Palardy.
Je bénévole
L’appel lancé par le premier ministre du Québec invitant les gens en bonne santé et disponibles à offrir du temps comme bénévole a été entendu un peu partout en province. Le Centre d’action bénévole (CAB) du Haut-Saint-François a reçu plus de 70 nouvelles inscriptions de personnes disposées à s’impliquer sur le territoire. « Nous sommes en train de faire du jumelage », d’exprimer France Lebrun, directrice générale du Cab du Haut-Saint-François.
Violence conjugale
L’économie du Québec est peut-être sur pause, mais pas les cas de violence conjugale. Les intervenantes dans le domaine sont inquiètes du peu d’appels ou demandes d’hébergement en cette période et craignent que le confinement à la maison puisse faire en sorte que les femmes n’ont peut-être pas l’opportunité de signifier leur détresse et celle de leurs enfants. Les maisons d’hébergement ont développé un résumé de trucs pour que les femmes puissent manifester leur détresse en toute discrétion.
La Légumerie Groupe Dionne s’implique
La jeune relève, troisième génération, de La Légumerie Groupe Dionne, située à Cookshire-Eaton, fait d’une pierre deux coups. En plus de vendre des pommes de terre et légumes au détail, elle renoue avec la communauté. Plusieurs clients découvrent cette entreprise pourtant bien enracinée dans le milieu depuis plusieurs décennies. « Habituellement, vu que nos produits sont destinés aux réseaux HRI (hôtels, restaurants, institutions comprenant écoles, hôpitaux, CHSLD), les gens ne nous connaissent pas nécessairement. Quand ils vont au restaurant manger une poutine, ils ne savent pas que les patates viennent d’ici. Il y a des gens qui disent : on s’avait pas que vous existiez », d’exprimer Catherine Dionne superviseuse de production et ingénieure alimentaire junior.
Vêtements Cookshire se réinvente
Reconnu par Santé Canada pour sa visière de protection, Vêtements Cookshire produit depuis quelques semaines cette pièce d’équipement destinée principalement aux hôpitaux du Québec. Elle est en mesure d’en produire plus de 25 000 par semaine. Démontrant une grande capacité de s’ajuster à la demande, l’entreprise locale s’apprête, en plus, à fabriquer ce qu’on appelle communément des jaquettes d’hôpital.
Entente intermunicipale pour la 257
Le comité de la route 257 regroupant les municipalités de La Patrie, Hampden, Scotstown, Lingwick et Weedon entend bien être en tête de liste lorsque viendra le dévoilement du programme d’aide du gouvernement du Québec en matière de voirie. Pour y arriver, on mettra à l’avant-plan ce que les intervenants considèrent une première au Québec, soit une entente intermunicipale avec la MRC du Haut-Saint-François en matière de gestion d’infrastructure routière municipale.
Promouvoir l’achat local
Avec la pandémie de la COVID-19, l’achat local prend de plus en plus d’ampleur. À l’instar du reste de la province, certains citoyens font preuve de solidarité et ont pris l’initiative de créer des groupes d’entraide sur les réseaux sociaux afin de promouvoir l’achat local et d’encourager les commerçants du Haut-Saint-François.
Les résidents s’amusent en sécurité
Les occupants de la résidence Manoir de l’EAU VIVE à Cookshire-Eaton se sont récemment amusés en chantant et dansant en plein air au rythme du chanteur-animateur, Denis Prévost. « On a beaucoup d’approches de gens qui veulent donner du bénévolat et venir divertir nos aînés. Ce monsieur-là, ça fait quelques résidences qu’il fait à Sherbrooke, pis c’est arrivé à nous. Il a offert ses services bénévolement et j’ai dit oui, venez-vous-en », lance avec enthousiasme Sylvie Lapointe, directrice générale de la résidence. Pour l’occasion, Mme Lapointe a fait sortir le plus de gens possible en deux vagues dans la cour d’accueil et à l’arrière en respectant la distanciation sociale. Certains ont apprécié le spectacle de leur balcon.

MAI
Un retour règlementé
Près de 70 % des enfants de la Commission scolaire des Hauts-Cantons (CSHC) retournent sur les bancs d’école. S’ils sont heureux de retrouver leurs amis, différentes règles d’hygiène et de distanciation seront appliquées afin de respecter les consignes gouvernementales.
Un maximum de 12 élèves par autobus
Le retour en classe pour les enfants du primaire amène son lot de questionnement quant au respect des règles d’hygiène et de distanciation. Pour les transports scolaires, des mesures sont mises en place pour qu’un maximum de 12 enfants soit en même temps dans l’autobus.
J’achète le Haut
Le Centre local de développement (CLD) du Haut-Saint-François annonce la mise en place d’une toute nouvelle plateforme transactionnelle d’achat local. Cela permettra aux entreprises de la région de développer leur marché. Bernard Ricard, directeur adjoint du CLD, s’est inspiré d’autres MRC. « C’est une plateforme de vente en ligne. Il y a déjà les groupes Facebook qui font la promotion d’achat local. Nous, on a décidé d’y aller avec une idée qui a été développée par la MRC de Memphrémagog qui est vraiment un site sur lequel les entreprises peuvent s’inscrire pour faire de la vente en ligne, donc afficher leurs produits et avoir un paiement transactionnel. » Cet outil permettra aux entreprises du Haut-Saint-François d’augmenter leurs ventes et leur visibilité contribuant ainsi au renforcement de l’achat local.
Valoris dégage un surplus de 870 493 $
L’année 2019 s’est avérée pour le moins tumultueuse pour la Régie intermunicipale du centre de valorisation des matières résiduelles du Haut-Saint-François et de Sherbrooke (Valoris). Toutefois, elle a réussi à dégager un excédent de 870 493 $. De l’avis du président, Robert Roy, également préfet de la MRC du Haut-Saint-François, et du directeur général de Valoris, Denis Gélinas, il ne faut pas crier victoire pour autant. Il reste de bons défis à relever.
Des commerçants optimistes
L’ouverture des commerces semble faire le bonheur de ceux qui s’en prévalent. Même si plusieurs n’ont pas atteint leur rythme de croisière, précédent le confinement, certains ont rappelé tout leur monde au travail alors que d’autres le font graduellement.
Le programme RÉSILIENT
L’enjeu est crucial : la reprise économique dans la région du Haut-Saint-François ne doit pas uniquement avoir lieu, elle doit fonctionner. C’est pour cette raison que la SADC du Haut-Saint-François déploie RÉSILIENT, un programme d’accompagnement d’urgence pour les entreprises de la région face à la crise de la COVID-19. Cette initiative est offerte en collaboration avec la Clinique d’accompagnement entrepreneurial du Québec (CAEQ), une entreprise reconnue pour ses programmes d’accompagnement d’entrepreneurs partout au Québec. D’une durée de trois mois, le programme RÉSILIENT est déployé auprès des entreprises de 3 employés et plus, vivant actuellement des situations engendrées par la COVID-19, qui nécessitent des solutions rapides et qui doivent se préparer dès maintenant pour la reprise économique.
Décès de Malcolm « Mac » Fraser
Après une vie de contributions bénévoles soutenues et importantes, Malcolm Jared « Mac » Fraser s’est éteint paisiblement à l’âge de 79 ans pour jouir du repos éternel à la suite d’une longue maladie.
Délais à l’école de la Source-Vive
En raison de la pandémie, les travaux d’agrandissement de l’école primaire de la Source-Vive à Ascot Corner ne seront pas terminés dans les délais prévus. Carl Mercier, directeur général adjoint à l’administration de la Commission scolaire de la région de Sherbrooke (CSRS), ne s’avance pas sur une date, mais affirme que ce ne sera pas terminé pour la rentrée scolaire 2020.
Plateforme transactionnelle en ligne
Une semaine après le lancement de la plateforme transactionnelle en ligne JacheteleHaut.com, plus de 28 entreprises, commerces et services s’y étaient inscrits alors que l’objectif était de 30 pour les deux premières semaines. Bernard Ricard, directeur adjoint au CLD du Haut-Saint-François, est satisfait de ce départ même s’il reste certains petits ajustements à apporter.

JUIN
Ouverture des terrains de camping
Depuis le 1er juin, les campeurs d’un peu partout au Québec pratiquent leur loisir de plein air. Les campings situés sur le territoire de la MRC du Haut-Saint-François accueillent donc ces visiteurs, mais en respectant les consignes sanitaires. L’annonce du gouvernement du Québec d’ouvrir les campings un mois plus tard que prévu, en raison de la pandémie de la COVID-19, a été chaleureusement accueillie par cette clientèle saisonnière. L’ouverture des parcs nationaux dont celui du Mont-Mégantic et le Marécage-des-Scots font le bonheur des amateurs de plein air.
Des incendies qui inquiètent à Bury
En moins de deux semaines, la municipalité de Bury a été victime de quatre incendies d’origines suspectes. Bien que n’ayant fait aucune victime, ces événements ont de quoi inquiéter les citoyens.
Ouverture des restaurants
De façon générale, même si les restaurants ont ouvert leurs portes, la semaine dernière, la clientèle ne s’est pas ruée aux tables. Le journal a effectué une tournée de quatre restaurants et pour la majorité, on note un début lent à modéré, mais en croissance au fil des journées.
La SADC dispose d’un million $
La SADC du Haut-Saint-François dispose de 1 059 701 $ pour venir en aide aux entreprises du territoire qui n’ont pu, jusqu’à maintenant, bénéficier de l’appui du gouvernement du Canada. Ce montant fait partie d’une enveloppe de 6,3 M$ provenant de Développement économique Canada (DEC) dans le cadre du Fonds d’aide et de relance régionale (FARR) pour les PME de l’Estrie.
Service d’animation estivale
Bien que le gouvernement ait autorisé l’ouverture des camps de jour cet été, la MRC du Haut-Saint-François note une diminution de 42 % d’inscriptions. Près d’une dizaine de municipalités proposent un service d’animation estivale (SAE) cette année, malgré les différentes mesures gouvernementales imposées.

Rachel Garber

A RED CHRISTMAS

Guest writer John Mackley offers this holiday story:
Nick glanced at Mary over his favourite reindeer mug. Steam rose in wisps around his snowy white beard. The pungent scent of cinnamon gave his coffee a festive accent.


“I know that look,” he remarked, taking a sip. “What have you got up your sleeve this time?”
Mary smiled. “You think you know me so well, don’t you?” She continued buttering her toast.
“I’m not saying I know WHAT you are thinking, only that I can tell you have something particular in mind, and the sooner I know what it is, the better it will be for everyone.”
With that door open, Mary walked through. “What if we dressed up as ‘regular’ folk? Common, modern, everyday people on the street. We could go into town and play ‘Secret Santa!’”
“But, aren’t I already ‘Santa’?” Nick queried.
“Yes, of course you are, my silly Mr. Claus, but they don’t have to know that. We’ll get out your old farmer’s coveralls and a plaid shirt, old boots and a tuque and no one will recognize you.”
“What about you?” He asked, curious to learn where this was leading.


“Hardly anyone knows what Mrs. Santa Claus looks like, anyway. I can just dress like a farmer’s wife and be fine. Then all we have to do is keep our eyes open for families who are out Christmas shopping. It shouldn’t be hard to spot the ones without much to spend. They will be the ones with more kids than packages. Or what about the single mothers with their kids in tow because they can’t afford a baby sitter?”


“Okay, I’ll bite. What will we do next?”
When they arrived at the shopping mall, the pair found the place nearly deserted. The Covid-19 safety protocols had many of the shops closed and most of the people staying home.
“We’re in a RED Zone.” Nick pronounced. “This pandemic has been going on for so long, people probably can’t afford to go shopping even if they could go out.”


“With social distancing, there would be no way to get close enough to anyone to slip any candy or money into their bags like I planned! I guess we’ll have to switch to Plan B.”
Before leaving the mall, they passed by the grocery store. They filled their minivan with non-perishable food and special treats. Then they delivered it all to Moisson HSF, along with a generous cash donation. They spent the rest of the day dropping off anonymous gift baskets on random doorsteps in poorer areas.
“It may not be as much fun, not to be able to see their faces when they find their gifts, but you’re used to that. Right, Nick? It feels good anyway.”
“It feels good, at that. Thank you Mary. What a great idea.”
They were anonymous, but not unseen. Someone was spying on them, and was inspired.


That night, Lois sneaked down the street where she lived. On the door knobs of certain houses, she hung an anonymous Christmas stocking full of small gifts for the people who lived there.
Rhoda peeked out her window, watching Lois. Then she began knitting a scarf for Mental Health Estrie’s HUGS for the Homeless (mentalhealthestrie.com). Her brother David saw what she was doing, and sent a donation to Moisson HSF (www.moissonhsf.org).
Younger sister Phoebe helped him with the online donation, and saw how happy he felt. “What can I do?” she asked herself. She quickly searched online for “Continuum HSF,” clicked on “English,” and found a list of local community groups. “I know! I’ll donate to the women’s shelter.”


And so, in this Year of the Pandemic, Nick, Mary, Lois, Rhoda, David, and Phoebe each made a small, secret gesture of solidarity, and all felt profoundly grateful and connected to their community. “Sometimes,” little sister Rachel mused, “small and secret can be exceedingly sweet!”
“Merry Little Christmas to all, and a Tiny Happy New Year!”

POETRY BREAKS
A Poetry Break on December 10 focuses on “Snow Flakes” by Emily Dickinson, “Winter” by Robert Southey, “Little Tree” by E.E. Cummings, and “Mistletoe” by Walter de la Mare. It’s at 10 to 11 a.m., is free of charge and open to all – no previous experience with poetry is needed. To register and receive the Zoom link, email Michelle, ml@townshippers.org.
CHURCHES
Anglican, Baptist, and United churches have all cancelled Christmas Eve and special holiday services because of Covid-19 restrictions. The usual Sunday services are described below.
United. Home worship services continue over the holiday season, and will be available for pickup at Sawyerville United Church (box on top of freezer in porch), at Trinity United Church (bag on ramp door at the back of the church), by email, and by post. To receive service mailings, please call 819-889-2838 and leave your contact information on the answering machine, or email Rev Tami Spires at spiresta@hotmail.com. Pastoral care: Rev. Tami, 819-452-3685.
Baptist. In-person Sunday services continue for 25 or fewer persons with Covid-19 protocols in place (wash hands at the entrance, maintain 2-metre distance from others, use assigned seating, wear masks, do not sing, do not shake hands, and leave via the exit door). The service in French is at 9 a.m., and in English at 11 a.m.
A mask is provided for persons needing one, and a list of all the attendees is kept, in case of infection. Persons with flu symptoms are asked not to attend services. The pastor’s message is also available on YouTube, by invitation only. For the link, contact Pastor Michel Houle: 819-239-8818.
Anglican. Over the holiday season, Bishop Bruce Myers continues to offer Home Prayers at 10:30 a.m. Sundays on Facebook, and at quebec.anglican.ca (Worship Videos). Info: 819-887-6802, or quebec.anglican.ca.
Do you have news to share? Call 819-300-2374 or email rawrites@gmail.com by December 14 for publication January 6, and by January 11 for January 20.

Réfection de la route 257 : Québec s’implique pour 10,6 M$

Le député de Mégantic, François Jacques, est fier de la participation et de l’ouverture de tous les intervenants permettant de clore le fameux dossier de la 257.

Tous les intervenants au dossier de la réfection de la route 257 ont le cœur à la fête, et ce, même en temps de pandémie. Le ministre des Transports et responsable de la région de l’Estrie, François Bonnardel, en compagnie du député de Mégantic, François Jacques, annonçait la semaine dernière la participation financière du gouvernement du Québec de 10 672 069 $ pour la réalisation du projet nécessitant un investissement global de 14 455 572 $. La différence sera assumée en parts égales par les cinq municipalités concernées soit Weedon, Lingwick, Scotstown, Hampden et La Patrie.

L’aide financière provient du programme Réhabilitation du réseau routier local volet redressement des infrastructures routières locales (RIRL) pour 3 360 070 $ et 7 311 999 $ pour le volet Accélération des investissements sur le réseau routier local (AIRRL). « Il y a un déficit assez important du côté des infrastructures municipales. Pour moi, c’était une des routes qu’on devait absolument régler le plus rapidement possible, trouver un partenariat qui allait être gagnant-gagnant, le gouvernement et les différentes municipalités le long de la 257 entre La Patrie et la portion Weedon. Cette route qui est importante pour votre région », reconnaît le ministre Bonnardel. « La population sera heureuse de voir qu’on a travaillé tous ensemble, les élus municipaux, les élus provinciaux pour être capables d’offrir une 257 qui sera à l’image de la région et qui sera sécuritaire », ajoute-t-il.

Rappelant que la 257 était une promesse électorale, M. Jacques souligne les efforts déployés par le comité de la 257 et la MRC du Haut-Saint-François. « Tout le monde a mis l’épaule à la roue pour réussir à pouvoir faire cette annonce-là. » Cette bonne nouvelle qui survient après de nombreuses années de travail est le fruit d’une collaboration avec un comité intermunicipal piloté par la MRC du Haut-Saint-François et réunissant le préfet de la MRC, Robert Roy, le directeur général, Dominic Provost, et les maires des municipalités concernées.

« C’est un travail colossal qui culmine par cette annonce. Nous avons pu compter sur la collaboration de notre député qui nous a si bien représentés auprès des hautes instances du ministère. Cette victoire, le comité la partage avec tous ses artisans. Mettre la route 257 en état dans le Haut-Saint-François, c’est rouvrir la voie vers la prospérité de nos municipalités. C’est un pas plus vers le développement pour l’est de notre MRC. La première pelletée de terre n’est pas encore faite, on a déjà regardé ce qu’on peut faire comme attraits touristiques sur ce tronçon. On est en train de travailler sur les attraits touristiques pour que les gens viennent nous visiter et demeurer sur place », d’ajouter le préfet Roy.

La présidente du comité de la route 257 et mairesse de La Patrie, Johanne Delage, souligne la persévérance et la volonté de ses membres. « Nous avons surmonté les obstacles, fait nos devoirs, exploré différentes avenues, inventé une nouvelle façon de faire. Mais d’abord et avant tout, nous avons fait preuve d’une formidable solidarité sans laquelle rien de ce qui arrive aujourd’hui n’eut été possible. » Mme Delage rappelle que la mise à niveau de la 257 est vitale à la santé économique de notre MRC et surtout dans l’est du territoire. La présidente du comité souligne la solidarité dont ont fait preuve les cinq municipalités représentant quelque 4 700 citoyens. Elle rappelle qu’il s’agit d’un projet innovateur au Québec. « Ce projet-là est transférable dans n’importe lequel des ministères, de travailler ensemble des projets communs. » Aux maires, elle dit : « merci pour votre volonté à trouver des solutions innovatrices, pour votre détermination. C’est notre cohésion, les cinq municipalités, qui nous aura menés à ce résultat. » Elle inclut dans ses remerciements le député Jacques ainsi que l’accompagnement et le soutien indéfectible dit-elle du préfet et du directeur général de la MRC, Dominic Provost. « Nous sommes un exemple non seulement au sein de notre MRC, mais aussi par-delà le Haut-Saint-François, donc au Québec. Nous croyons que tous les efforts ayant mené à ce modèle inédit auront favorisé notre projet », complète-t-elle.
Modèle
Le modèle qualifié d’inédit par Mme Delage comprend la création d’un comité regroupant les municipalités de Weedon, Lingwick, Scotstown, Hampden et La Patrie faisant front commun pour la cause. Il est prévu dans le pacte que les frais inhérents aux municipalités seront partagés en parts égales, indépendamment du nombre de kilomètres sur les municipalités concernées. Or, la répartition de près de 40 kilomètres de route se présente comme suit : Weedon 7,5 km, Lingwick 15,6 km, Scotstown 3,7 km, Hampden 5,7 km et La Patrie 6,6 km. À cela s’ajoute également une entente intermunicipale avec la MRC comprenant une délégation de pouvoir lui permettant d’agir à titre de maître d’œuvre pour la réalisation des travaux et l’entretien de la route pour les 40 prochaines années. Tout en soulignant le travail effectué par le défunt maire de Scotstown, Iain MacAulay, et appuyé par tous les maires impliqués, la mairesse suppléante, Sylvie Dubé, est confortable avec l’entente. « On a tous décidé ça en conseil. Si on veut que les choses avancent, ça allait de soi. Tout le monde était unanime là-dessus. Ça fait tellement longtemps qu’on la veut cette 257-là. » Lingwick représente la municipalité où se trouve le plus grand nombre de kilomètres à mettre à niveau. Mme Gagné mentionne que la municipalité n’avait pas les moyens de corriger seule la situation. L’entente avec laquelle s’ajoute l’entretien de la route pour les 40 prochaines années vient dénouer le problème, précise-t-elle. « Pour nous, c’était surtout l’entretien qui était hors de nos capacités financières. Le fait de travailler avec les autres municipalités et la MRC de faire un partage égal, ça été beaucoup, sinon, on n’aurait pas pu entrer là-dedans. La clé de notre adhésion, c’est quand on a vu la solidarité aussi grande des autres municipalités prêtes à partager, on s’est dit : on ne peut pas ne pas embarquer. » Pour le maire de Weedon, Richard Tanguay, l’implication de la municipalité « se justifie très bien dans une vision de développement économique. Pour nous, ce qu’on réalise, c’est qu’on vient de réunir deux monts, le mont Ham et le mont Mégantic. » Les touristes, ajoute-t-il, évitaient la 257. « C’est une belle opportunité pour que tout le monde en tire bénéfice », complète-t-il. Bien qu’elle représente la plus petite municipalité avec quelque 180 personnes, Hampden n’avait d’autres choix que de s’impliquer dans le processus. « Faut être solidaire, seule, on n’aurait jamais été capable de le faire », d’exprimer le maire, Bertrand Prévost. Pour lui, il est important de voir régionalement. « Les septiques ont été confondus », lance-t-il en riant.
Travaux
Sans préciser la saison, le préfet aimerait bien que les travaux puissent s’amorcer au cours de 2021. « On ne le saura pas avant d’avoir signé le protocole. » Quant à la durée des travaux, on souhaite être en mesure de compléter le tout à l’intérieur d’un délai de deux ans. Si le protocole d’entente le permet, d’ajouter M. Roy, il pourrait être envisageable « de partir deux ou trois chantiers en même temps. On pourrait en partir un à Weedon, un dans le bout de Lingwick et l’autre à La Patrie. » D’autre part, il est possible que les travaux s’amorcent dans le secteur considéré comme le plus affecté, celui de La Patrie.

M. Bonnardel souligne le travail de son collègue François Jacques tout en ajoutant que « le dossier, ce n’était pas simple, cinq municipalités, 4 600 habitants. On est sorti un peu de la boîte pour se dire comment on peut fonctionner. » Le député Jacques souligne que « les municipalités ont fait leur bout de chemin en augmentant leur participation financière de 10 % à 25 %. Il y a eu un effort collectif de tous les maires et mairesses. L’augmentation du contrat d’entretien de 25 ans à 40 ans. Il y a eu plein de travail de fait. L’ensemble des acteurs a été à l’écoute d’un côté comme de l’autre pour pouvoir trouver des compromis. »

Bury Community Mobilizes: Petition against Closure of St. Paul’s Rest Home

Bury resident Judy Thorneloe signs the petition to keep St. Paul’s Home open. “My mother-in-law, Violet Thorneloe, is in the Home, so it is close to our heart,” she said.

A petition to save the St. Paul’s Rest Home received at least 90 signatures in the first four days, said Lillian Statton at the General Store in Bury, where the petition is available for signing. The petition was started by Eddie Jacklin, Bury’s fire chief, on November 13.

Asked what motivated him, Jacklin said “For me it was my mother’s getting up in her years. She still lives alone. If she has to go to a home, it would be nice if she stayed in the town, where I could visit her regularly. I’m sure others feel the same.”

Jacklin said his aim is to let the St. Paul’s board of directors know people are concerned. He welcomes anyone to sign, both current and past residents of Bury.

The St. Paul’s Rest Home has been a not-for-profit residence for seniors since 1964. It is situated in a grand house at 592 Main Street, Bury, and is seen by many as an integral part of the community.
“I saw the petition at the store. I signed it,” said Bury’s Mayor Walter Dougherty. The Rest Home “creates employment, but it’s also a cultural icon in the town.”

“My grandmother stayed there. It’s always been there. It’d be a shame to lose it. I’m glad to see that somebody has stepped up, to show everybody that, yes, there is an interest in keeping it open.”
Jacklin said he hopes others will propose ideas for solving the problem that prompted the board to plan the closure of St. Paul’s on March 31, 2021. “They stated a lack of staff. I don’t know the nuts and bolts of it, but I would be willing to work with somebody to solve the problem.”

Ideas are being discussed, said Mayor Dougherty. Before the petition even started, he and Claudia Latulippe, the municipality’s new director general, “met with a couple of the board members to see if there wasn’t something maybe we could help them with, through recruitment or whatever.”
They have a draft proposal to be presented to the St. Paul’s board in the very near future. The proposal’s focus is on “obtaining a steady enough supply of employees,” he said, especially full-time workers, in a context of a shortage of health care workers throughout Quebec. He mentioned the possibility of using the municipality’s resources in communications, or calling for assistance from the Mégantic MNA, Mr. François Jacques.
Marilyn Salter, the president of the St. Paul’s board of directors, said she welcomes the community’s support that the petition demonstrates. “But it’s a desire, not a solution,” she said. “Certainly we don’t have the option of finding more staff. That’s the basic situation. It’s not changing.”
She noted that the board of directors has not yet received the petition or any proposals, and would respond to the community in writing at the appropriate moment.

“We need concrete solutions. And if somebody could help us to find them, I’d be more than delighted,” Salter said.”
“We haven’t given up yet,” said Mayor Dougherty. “We won’t just let it go easy.”

Marché de Noël à Cookshire-Eaton

C’est dans le but d’égayer cette période de l’année, assombrie par la pandémie, que la Maison de la culture John-Henry-Pope et le Coeur villageois de Cookshire-Eaton organisent un marché de Noël qui se tiendra le 29 novembre, au Victoria Hall, de 10 à 16 h. Manon Elisabeth Carrier, membre du comité organisateur, assure que les mesures sanitaires seront respectées et le port du masque sera obligatoire. Il y aura une entrée et une sortie, des marques au sol et le nombre de personnes sera contrôlé pour éviter un attroupement, assure-t-elle. Les visiteurs auront la chance d’apprécier le travail de 17 exposants. On retrouvera divers kiosques présentant du tricot, des bijoux, des produits alimentaires comme l’érable et autres. L’auteur Pascal Verrier et l’illustrateur Frédéric Lavoie seront sur place pour présenter la nouvelle légende La Porte de Noël. L’admission est gratuite.

Jour du Souvenir : Célébrations privées

Une quinzaine de personnes assistaient à la cérémonie donnée au cénotaphe de Cookshire-Eaton à l’occasion du jour du Souvenir. En raison des mesures sanitaires requises, l’événement était de courte durée, ne partageant que l’essentiel. Pascal Yergeau, George Standish et Robert Halsall présidaient l’événement. Un discours pour remercier les vétérans ainsi que le chant de l’hymne national étaient présentés. De plus, M. Halsall a pris quelques minutes pour nommer les vétérans de la Première Guerre mondiale. De courtes cérémonies ont également eu lieu à Sawyerville, Island Brook et Saint-Isidore-de-Clifton.

Secteur de la restauration en zone rouge : Une aide financière disponible

Sans dire qu’elles sont toutes admissibles, Bernard Ricard, directeur adjoint au CLD du Haut-Saint-François, mentionne qu’une cinquantaine d’entreprises sur le territoire pourraient être concernées par le programme.

À l’instar de l’Estrie qui est en zone rouge, plusieurs entreprises du Haut-Saint-François (restaurants, gyms, bars) voient leurs opérations régulières affectées. Le Centre local de développement (CLD) du Haut-Saint-François avise les entrepreneurs qu’un nouveau volet du programme Aide d’urgence aux PME (PAUPME) est disponible, principalement pour celles du secteur de la restauration. Selon Bernard Ricard, directeur adjoint au CLD, une cinquantaine d’entreprises du territoire pourraient être concernées par l’initiative.

Ce volet Aide aux entreprises en région d’alerte maximale (AERAM), dont le CLD gère pour la MRC du Haut-Saint-François, offre une aide financière qui consiste à un prêt comprenant une portion de 80 % non remboursable (subvention). L’aide permet de financer les principaux frais fixes de l’entreprise, tels que le loyer, les assurances, les taxes foncières et scolaires. M. Ricard précise que les règles sont tout de même assez strictes. « Actuellement, ce sont les restaurants, les bars, les gyms, les salles de spectacles. C’est vraiment ceux que le gouvernement oblige à fermer parce qu’on est en zone rouge. »

Pour avoir accès à ces fonds, l’entreprise devra démontrer que sa situation financière précaire est causée par la fermeture temporaire d’une partie ou de la totalité de ses opérations. L’aide s’appliquera aux mois où la région est désignée comme « zone rouge ». Les demandeurs auront droit à une aide de 15 000 $ par mois jusqu’à concurrence totale de 50 000 $. Pour obtenir davantage d’information et pour adresser une demande, les personnes doivent contacter Josée Prévost du CLD en composant le 819 560-8500. Rappelons que le programme régulier PAUPME est lui aussi disponible pour l’ensemble des autres entreprises, mais uniquement avec la portion « prêt ».

La communauté de Bury se mobilise : Pétition contre la fermeture du Foyer St-Paul

Une pétition pour sauver le Foyer St-Paul a reçu au moins 90 signatures au cours des quatre premiers jours, a dit Lillian Statton au magasin général de Bury, où elle peut être signée. L’initiative a été lancée le 13 novembre dernier par Eddie Jacklin, chef des pompiers de Bury.

Lorsque nous lui avons demandé ce qui le motivait, M. Jacklin a répondu : « Pour moi, c’était ma mère qui avance en âge. Elle vit toujours seule. Si elle devait aller dans une résidence, ce serait bien si elle restait en ville où je pourrais lui rendre visite régulièrement. Je suis sûr que d’autres ressentent la même chose. »

M. Jacklin a dit que son objectif était de faire savoir au conseil d’administration du Foyer que les gens se sentent préoccupés. Il invite toute personne à signer, que ce soit des résidents qui habitent Bury présentement ou qui y demeuraient auparavant.

Depuis 1964, le Foyer St-Paul est une résidence sans but lucratif pour personnes âgées. Elle est située dans une grande maison au 592, rue Main à Bury, et est considérée par beaucoup comme une partie intégrante de la communauté.

« J’ai vu la pétition au magasin. Je l’ai signée, » a dit le maire de Bury, Walter Dougherty. Le Foyer St-Paul « crée des emplois, mais c’est aussi une icône culturelle dans la ville. »

« Ma grand-mère y a demeuré. Il a toujours été là. Ce serait déplorable de le perdre. Je suis heureux de voir que quelqu’un se soit mobilisé pour montrer à tout le monde que oui, il y a un intérêt à garder le Foyer ouvert. »
M. Jacklin a précisé qu’il espérait que d’autres proposeraient des idées pour résoudre le problème qui a incité le conseil d’administration à planifier la fermeture du Foyer le 31 mars 2021. « Ils ont déclaré un manque de personnel. Je ne connais pas tous les rouages de la question, mais je serais prêt à travailler avec quelqu’un pour résoudre le problème. »
Des idées sont sur la table, a dit le maire Dougherty. Avant même que la pétition ne débute, le maire et Claudia Latulippe, la nouvelle directrice générale de la municipalité, ont rencontré quelques membres du conseil d’administration pour voir s’il n’y avait pas quelque chose qu’ils puissent faire pour les aider, le recrutement ou autre chose.

Ils ont un projet de proposition à présenter au conseil d’administration du Foyer dans un avenir rapproché. La proposition met l’accent sur « l’obtention d’une réserve suffisamment constante d’employés », a-t-il déclaré, en particulier des travailleurs à temps plein, dans un contexte de pénurie de travailleurs de la santé partout au Québec. Il a évoqué la possibilité d’utiliser les ressources en communications de la municipalité ou de faire appel au député provincial de Mégantic, M. François Jacques.
Marilyn Salter, présidente du conseil d’administration du Foyer St-Paul, a déclaré qu’elle se félicitait du soutien de la communauté dont témoigne la pétition. « Mais c’est un désir, pas une solution », a-t-elle dit. « Nous n’avons certainement pas la possibilité de trouver plus de personnel. C’est là le point fondamental. Cela ne change pas. »

Elle a noté que le conseil d’administration n’avait pas encore reçu la pétition ni aucune proposition et qu’il répondrait à la communauté par écrit au moment opportun.

« Nous avons besoin de solutions concrètes. Et si quelqu’un pouvait nous aider à les trouver, je serais plus que ravie, a mentionné Mme Salter. »
« Nous n’avons pas encore abandonné, » a déclaré le maire Dougherty. « Nous ne laisserons pas les choses aller facilement. »

actualite

Le Haut-Saint-François en zone rouge : Un rappel de ce qui en est

Depuis le début du mois, l’Estrie, incluant le Haut-Saint-François, est au palier d’alerte maximal, aussi appelé zone rouge. Avec tous les changements, il peut être difficile de savoir ce qui est accessible et ce qui ne l’est pas. Le gouvernement du Québec a mis en place, sur son site Internet, toutes les informations nécessaires.
À domicile
Il est maintenant interdit de recevoir des visiteurs chez soi, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur, sauf pour une personne habitant seule. Dans ce cas, celle-ci peut accueillir un visiteur. Toutefois, il est recommandé de toujours recevoir la même personne afin de limiter les contacts sociaux. Cette exception est prise dans le but de réduire le sentiment de solitude lié au confinement. Les proches aidants, les personnes offrant un service ou un soutien et la main-d’œuvre pour des travaux prévus sont également autorisés à l’intérieur d’un domicile.
Loisirs, sports et rassemblements
Aucune activité sportive et de loisir organisée n’est autorisée. Les compétitions sportives sont proscrites et les salles d’entraînement sont fermées. Toutefois, il est possible de pratiquer une activité physique ou sportive de façon individuelle ou en duo dans la mesure où les consignes sanitaires sont respectées. Les installations sportives intérieures, telles que les arénas, sont ouvertes pour pratique libre, mais l’accès aux vestiaires n’est pas permis. Les rassemblements privés, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur, sont interdits. Les activités organisées dans un endroit public sont interdites, sauf pour les lieux de culte et les funérailles. Toutefois, un maximum de 25 personnes peut être présent et il doit y avoir la tenue d’un registre des présences. Les manifestations sont permises, mais le port du masque ou du couvre-visage est obligatoire en tout temps.
Les CHSLD et résidences pour personnes aînées
Les visites à des fins humanitaires et les personnes proches aidantes sont autorisées dans les Centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD). Toutefois, ce doit être une personne à la fois pour un maximum de deux individus par jour pour les CHSLD.
Commerces et entreprises
L’accès aux salles de spectacles, cinémas, théâtre et musées est interdit, ainsi que les bibliothèques, sauf pour celles tenues par les établissements d’enseignement. Les restaurants doivent fermer les salles à manger, mais il est possible d’offrir la livraison, les mets à emporter et les commandes à l’auto. Les bars, brasseries, tavernes et casinos sont également inaccessibles. Toutefois, les microbrasseries et distilleries sont fermées uniquement pour les services de consommation sur place. Elles peuvent donc poursuivre la production. Les boutiques, commerces et autres entreprises demeurent ouverts, mais doivent respecter les règles sanitaires.
Services professionnels et de santé
Les services professionnels et de santé en cabinets privés demeurent ouverts pour les rencontres nécessitant une présence en personne. Les entreprises de soins personnels et d’esthétique maintiennent les services. Toutefois, les saunas et les spas sont fermés, à l’exception des soins personnels qui y sont dispensés.
Organismes communautaires et établissements scolaires
Les organismes communautaires du Haut-Saint-François demeurent ouverts, mais doivent ajuster leurs services. Une rencontre à ce sujet est prévue prochainement avec le député et les organismes pour discuter des différentes problématiques vécues depuis le début de la pandémie. Concernant les établissements scolaires, toutes les informations sont disponibles dans l’article sur l’impact dans les écoles.
Pour plus d’informations et de détails, visitez le site quebec.ca.

L’Estrie en zone rouge : Quelques changements dans les écoles

Les élèves de la Cité-école Louis-Saint-Laurent voient leur quotidien chamboulé une fois de plus.

Depuis plus d’une semaine, l’Estrie est en zone rouge et les écoles ont dû rapidement s’adapter à la nouvelle situation. Si tous les élèves du Haut-Saint-François vivent ce changement d’une façon ou d’une autre, les plus affectés sont les jeunes du secondaire. À la Cité-école Louis-Saint-Laurent à East Angus, les étudiants voient leur quotidien chamboulé une fois de plus.
Les principaux ajustements ont lieu dans les écoles secondaires. Martial Gaudreau, directeur général du Centre de services scolaire des Hauts-Cantons (CSSHC), affirme que le changement s’effectue surtout au niveau du port du masque. Celui-ci devra être porté en tout temps dès que la personne entre sur le terrain de l’école. « Ils vont pouvoir enlever le masque seulement à deux endroits, lorsqu’ils mangent, puis lorsqu’ils font de l’éducation physique, mais qu’ils sont à deux mètres des autres personnes », explique M. Gaudreau. Pour les élèves de plus de 10 ans au primaire, les règles concernant le port du couvre-visage ne changent pas. Les activités parascolaires et sorties éducatives sont annulées pour tout le monde. De plus, les installations scolaires du Haut-Saint-François sont reconnues pour prêter des locaux à divers organismes de la région. Or, il ne sera plus possible d’offrir ce service. « On est obligé d’y mettre une pause pendant qu’on est en zone rouge », mentionne le directeur général.
L’autre changement majeur effectué dans les écoles secondaires est la fréquentation de l’établissement pour les élèves de troisième à cinquième secondaire. Cette règle ne s’applique qu’à eux parce que c’est plus facile chez les plus vieux puisqu’ils sont plus autonomes, explique M. Gaudreau. Ceux-ci fréquenteront, en alternance, l’école une journée sur deux. L’autre journée, ils feront les cours à partir de la maison. « La moitié des étudiants vont être présents à l’école pendant que l’autre moitié va être à la maison », mentionne-t-il, ajoutant que le but est de diminuer le nombre de contacts à l’école. Le matériel technologique nécessaire, tel que tablettes et ordinateurs sont prêtés aux étudiants afin qu’ils puissent fonctionner correctement à la maison. Certains jeunes, n’ayant pas accès au Wi-Fi, se voient prêter des clés LTE pour se brancher au réseau. Tous les coûts sont assumés par le CSSHC. Pour ceux qui n’ont ni accès au Wi-Fi ni au réseau continuent de fréquenter l’école. Le directeur général affirme, cependant, que très peu de jeunes du HSF sont dans cette situation. Les élèves à besoins particuliers ne seront pas délaissés. « S’il y a des élèves qui présentaient des besoins particuliers au niveau de l’apprentissage ou psychosocial, ces jeunes-là seront accueillis à l’école. Ce qu’on ne veut pas, c’est retourner un jeune fragile ou à risque à la maison », exprime M. Gaudreau.

Avec toutes ces nouvelles modifications, le directeur général ne cache pas son inquiétude. « C’est sûr qu’une journée sur deux à la maison, ce n’est pas une bonne nouvelle. Ce n’est pas le même genre d’enseignement. » Malgré tout, il sent que les établissements scolaires sont mieux structurés qu’au printemps, expliquant que les enseignants ont suivi des formations pour apprendre à enseigner en ligne puisque ce n’est pas la même pédagogie. La santé mentale des jeunes est également un point qui l’inquiète. Ceux-ci vont pouvoir maintenir une vie sociale un jour sur deux, mais toutes les activités parascolaires sportives, théâtrales ou autres sont annulées. Or, pour certains, ces activités sont leur première motivation d’aller à l’école. « Le fait de ne pas en avoir, ça va jouer sur leur motivation et sur la partie mentale de nos jeunes », précise-t-il.

Le respect de la distanciation lors des journées de télé-école sera aussi un défi. Des problématiques ont été vécues, principalement au niveau primaire, selon le directeur général. « Je comprends que les parents avaient probablement des besoins de gardiennage, besoin de travailler. Ce qu’on s’est rendu compte, en donnant l’enseignement en ligne, c’est que des fois, ils étaient quatre ou cinq derrière l’écran », explique-t-il, ajoutant qu’en regroupant les jeunes ainsi, il y a plus de risques de propagation du virus que s’ils étaient à l’école avec toutes les mesures en place. Il est conscient que ça demandera une grande discipline chez les étudiants, mais aussi chez les parents qui doivent s’assurer que leurs enfants respectent les mesures. Beaucoup de prévention est faite dans les écoles, les organismes et au gouvernement, mais M. Gaudreau affirme que l’école n’a pas vraiment le contrôle sur ce qui se passe à la maison. « Il revient à chacun d’appliquer les règles comme il faut pour que ça dure le moins longtemps possible », exprime-t-il.

Ces changements bousculent la vie des gens, mais le directeur général tient à rappeler un message. Bien que certains pourraient être tentés de quitter l’école en raison de ces règles, l’éducation reste obligatoire pour ces jeunes. « Il y a l’obligation légale, mais aussi si je veux m’accomplir dans la société, que je veux contribuer au développement de ma communauté, c’est intéressant de compléter un parcours. »

Comédie sur mesure à Ztélé : Jérémy Demay s’arrête à Chartierville

Nous apercevons Jérémy Demay en compagnie des membres de l’équipe de production au mini-putt de Chartierville.

La municipalité de Chartierville a reçu de la grande visite en octobre dernier, l’humoriste Jérémy Demay. L’artiste a passé deux jours au sein de la communauté dans le cadre de l’émission Comédie sur mesure, qui sera diffusée prochainement sur les ondes de Ztélé.

L’émission met en vedette un ou un duo d’humoristes dans un village du Québec. Ils ont deux jours pour créer un spectacle fait sur mesure pour les habitants de la place. L’émission présente le spectacle en question ainsi que des rencontres avec les habitants de l’endroit visité. Comédie sur mesure est un «show» d’humour dont la mission des humoristes participants est d’aller à la rencontre des gens dans le but avoué de se payer gentiment leur tête au cours d’un numéro créé par eux.

Chartierville a été retenue par la production et constitue la plus petite municipalité dans laquelle participe un humoriste. Le comité organisateur de Chartierville attendait l’artiste de pied ferme avec quatre activités. L’invité a eu la chance d’échanger avec Frédéric Landry qui lui a confié quelques anecdotes en jouant au mini-putt. M. Demay a par la suite fait la connaissance d’Odile Boucher au Centre d’interprétation de la côte magnétique. L’artiste a poursuivi son périple en rencontrant le triathlonien Jean-François Lachance ainsi que Lise Bellehumeur, directrice de l’Orchestre du Septième Art. Vous verrez en syntonisant l’émission que les rencontres comprennent leur lot de surprises.

L’artiste a complété son séjour en présentant un spectacle dont plusieurs se souviendront. L’émission devrait être présentée au cours du mois de décembre, c’est donc à surveiller.

©2021 Journal Le Haut-Saint-François