Quatre municipalités d’ici sous les étoiles

Daniel Proulx Ph. D. et Yvette Labonne présentent le livre Histoire d’une région étoilée.

Une cinquantaine de personnes se sont présentées à l’ASTROLab du parc national du mont-Mégantic pour le lancement du livre d’Yvette Labonne, Histoire d’une région étoilée. En présence de Daniel Proulx Ph.D, l’auteure a présenté l’ouvrage qui portait sur l’histoire de la région de Mégantic et de cinq municipalités qui l’entourent, soit Chartierville, La Patrie, Hampden, Scotstown, Val-Racine et Notre-Dame-des-Bois.

La présentation aux touches à la fois humoristiques et émotives expliquait bien le développement du projet de recherches démarré en 1982 par le projet Chantier-Québec. Mme Labonne et cinq autres femmes avaient pris part à différentes recherches historiques de la région. L’auteure a entrepris l’informatisation de ces documents en 2011 pour finalement publier les résultats sous forme de récits et de poésie.

Le livre explique la topographie du territoire, ses routes et l’histoire de ses différentes municipalités. Il remonte de la préhistoire jusqu’à aujourd’hui en y inscrivant le récit des colons, mais surtout de leurs femmes ainsi que des autochtones qui ont peuplé la région.

Mme Labonne, originaire de Scotstown, a une passion pour sa région et son histoire. « J’aimerais que la région devienne l’étoile de tout le Québec », mentionne-t-elle. Histoire d’une région étoilée est sa deuxième publication. En 2010, est sorti le roman Promesses et trahisons, un récit également basé sur les faits historiques découverts lors du projet de 1982. Il est possible de se procurer le livre en visitant le site de l’auteure www.editionsyl.ca.

Vernissage à la Maison de la culture : L’œuvre de Kittie Bruneau

Éric Devlin, galeriste, présente l’artiste Kittie Bruneau et ses œuvres.

La Galerie d’art Cookshire-Eaton de la Maison de la culture John-Henry-Pope a le plaisir d’accueillir jusqu’au 29 décembre, les œuvres de Kittie Bruneau. Près de 50 personnes étaient présentes pour le vernissage.

C’est à la suite d’une conversation entre Gilles Denis et Éric Devlin, galeriste, que l’événement a été possible. Sylvie Lapointe, mairesse de Cookshire-Eaton, se dit très fière d’avoir une telle exposition accessible à la communauté. L’artiste n’a malheureusement pas pu être présente pour l’événement, mais M. Devlin a pris la parole pour décrire et expliquer l’œuvre de Mme Bruneau, son cheminement et ses inspirations.

L’artiste est née à Montréal en 1929. Ses œuvres, souvent associées au post-automatisme et à l’art naïf, sont inspirées de la Gaspésie et de ses nombreux voyages, dont ses 10 années passées à Shanghai. Le couple et les masques de formes carrées sont des thèmes récurrents dans ses toiles. Le public aura l’occasion de la découvrir tous les dimanches de 10 h à 16 h jusqu’au 29 décembre.

Rachel Garber

TOP 5

World Clean-up Day is past, and in its wake is the second edition of Greenpeace’s brand audits to see who the Top 5 plastic polluters are in Canada.

Our Top 5 were, in this order:

  1. Nestlé, the world’s largest food company and producer of 1.7 million tonnes of plastic every year.
  2. Tim Hortons, one of Canada’s most iconic plastic polluters.
  3. Starbucks, making its debut in the Top 5 list this year.
  4. McDonald’s, a repeat offender.
  5. The Coca-Cola Company, also among the Top 5 offenders worldwide.
    Each year, these brands churn out billions of single-use plastic packages: coffee cups and lids, pop/water bottles, bottle caps, chip bags and candy bar wrappers. They produced a whopping 46% of the garbage assessed.

    The only real solution, Greenpeace suggests, is to find alternatives to single-use packaging. For a petition asking these corporations to do this, visit www.greenpeace.org/canada/.

    FLEA MARKET, 2nd
    A Flea Market for the benefit of the Lawrence Community Centre is at 449 Lawrence Road, Newport, on Saturday, November 2, from 9 a.m. to 3 p.m. A dinner of lasagna, shepherd’s pie, tea, coffee, and desserts is to be served starting at 11 a.m. Info: 819-875-5227.

    COMMUNITY SUPPER, 2nd
    A community supper in Saint-Mathias-de-Bonneterre, at 2035 Route 210, is on Saturday, November 2, starting at 4 p.m. A meal of vol-au-vent, tortières and desserts is to be served, followed by bingo. Adults: $15. Ages 5 to 12: $7. Toddlers: Free.

    LITTLE BAZAAR, 2nd
    The Little Christmas Bazaar of Newport is Saturday, November 2, from 9 a.m. to 4 p.m., at the Municipal Community Hall, 1452 Route 212, Island Brook.

    JIM ROBINSON CONCERT, 3rd
    Jim Robinson will be in concert on Sunday, November 3, at 1:30 p.m., at the Trinity United Church, 190 Principale West, Cookshire, launching his new album, Nick Dean’s Barn. This well known singer and songwriter grew up in Bulwer and went to school in Cookshire.
    Tickets: $15. Proceeds for the support of the Trinity United Church. Light refreshments. Info: Don Parsons, 819-875-3796.

    BURY REMEMBERS, 9th
    The Bury Branch 48 of the Royal Canadian Legion plans two bilingual Remembrance Day services on Saturday, November 9. The first is at 10:30 a.m., at the cenotaph in front of the Scotstown Town Hall, 101 Victoria Street. Next, in Bury a ceremony is at 2 p.m. at The Armoury Community Centre, 563 Main Street. After the ceremonies, Branch 48 will offer refreshments, catered by the United Cultural Center. All are welcome. Info: Valerie MacLeod, Poppy Campaign Chair for Branch 48, 819-872-3642.

    SAWYERVILLE REMEMBERS, 11th
    The Sawyerville Legion Branch 165 plans a series of bilingual Remembrance Day services on Monday, November 11. The first ceremony is slated for 11 a.m. at the Sawyerville cenotaph at 6 Principale North. The second is at about 11:45 a.m. at the East Clifton cenotaph in front of the United Church, Route 253, between Clifton Road and Store Road.

    Another service is at 2 p.m. at the cenotaph in front of the Cookshire Elementary School, 95 Park Avenue, and the last one is at 2:45 p.m. in Island Brook, at the cenotaph in front of the Newport Municipal Hall, 1452 Route 212. Info: Legion president Jack Garneau, 819-889-2989.

    TIM BRINK & THE SSO, 21st
    Our very own Tim Brink is to be a soloist with the Sherbrooke Symphony Orchestra on Thursday, November 21, at 8 p.m. Tim is one of three rock musicians participating in this Symphony-Rock Gala. The other two soloists are Rick Hughes and Yvan Pedneault, also from Quebec. All three singers have powerful voices, international acclaim, and are former contestants on La Voix.

    The 50-member Orchestra will be directed by Stéphane Laforest in this edition of the Symphonic Pop series. The music? It’s by renowned rock groups Styx, Supertramp, Queen, Genesis, Phil Collins, Led Zeppelin and The Rolling Stones. Info: http://ossherbrooke.com.

    AFEAS MEETING PLACE, 12th
    The Cookshire-Eaton branch of the Association féminine d’éducation et d’action sociale has something new to offer. (In English, AFEAS is the Women’s Association for Education and Social Action.)
    AFEAS surveyed three generations of women, who said they needed a place where they could gather to “chill,” to have discussions, do activities, play games, have a coffee, or learn things. And the AFEAS has just such a rendez-vous or “meet up” place in its meeting room located in the lower floor of the Cookshire-Eaton Town Hall. So the group is opening its space, hoping to bring people together and alleviate solitude and loneliness.

    The meet-up time is every second Tuesday of the month, beginning November 12, from 1 to 3 p.m. All are welcome; it is free of charge; no reservations needed. To get there, enter the Cookshire-Eaton Town Hall building by the entrance in the parking lot, via La Source Street. Info: Diane Mathieu, 819-875-3057 or dianepotvin@bell.net.

    KITTIE BRUNEAU, Sundays
    The exhibit of work by painter and printmaker Kittie Bruneau at the Galerie Cookshire Eaton, 25 rue Principale W., continues on Sundays, 10 a.m. to 4 p.m., until December 29.

    Bruneau’s work is an energetic dance, gesturally extravagent, rich in form and colour. She spreads her canvases on the floor as she works, sometimes walking over them. Her work shows strains of surrealism and automatism, and an affinity with dream and poetry.

    CHURCH SERVICES
    Anglican. Sunday services are at 9:30 a.m. at St. Paul’s in Bury, and at 11 a.m. in Cookshire: on November 3, in the Manoir de l’Eau Vive theatre, and on November 10, at the St. Peter’s Church. Info: 819-887-6802.
    United. Sunday services are in Cookshire at 9:30 a.m., and in Sawyerville at 11 a.m. Info: 819-889-2838 (listen to message).
    Baptist. In Sawyerville, the Sunday worship service is at 9 a.m. in French, and 11 a.m. in English. Sunday school is at 10 a.m. in English and French. Info: 819-239-8818.
    Do you have news to share? Call 819-300-2374 or email rawrites@yahoo.com by November 4 for publication November 13 and by November 18 for November 27.
actualite

Projet de serres de cannabis médicinal : Weedon interpelle les partis politiques

Le maire de Weedon, Richard Tanguay, s’invite dans la présente campagne électorale. En s’appuyant sur le projet de serres de cannabis médicinal de l’entreprise MYM Nutraceuticals qui est au point mort et toujours dans l’attente d’un permis d’exploitation de Santé Canada. M. Tanguay demande aux divers partis politiques ce qu’ils proposent pour mieux accompagner et supporter les petites municipalités rurales, considérant les problématiques de dévitalisation, de vieillissement de la population et de pénurie de main-d’œuvre.

Dans un communiqué de presse, le maire de Weedon rappelle que le projet de MYM Nutraceuticals et les investissements projetés de plus de 200 M$ apportent une solution structurante pour la municipalité. À la suite de l’arrêt du chantier de construction et au départ des gardes de sécurité, les bureaux locaux sont maintenant fermés et les employés régionaux furent congédiés. Le projet stagne depuis plusieurs mois, car la compagnie attend des réponses de Santé Canada en lien avec ses demandes de licences, explique-t-il.

Alors que le projet faisait rêver au départ, l’inquiétude remplace peu à peu l’espoir, « le cynisme s’implante, les gens voient que ça n’avance pas, ils sont désillusionnés, comme les élus et les employés. La communauté se démobilise et ça va être dur de se relever si ça ne fonctionne pas », d’exprimer le maire de Weedon.

La municipalité avait déjà interpellé le gouvernement fédéral en juillet dernier, apparemment sans grand succès. « Le gouvernement fédéral nous a complètement abandonnés. On nous répond toujours la même cassette, comme quoi c’est un dossier important et que le gouvernement le garde en tête. Concrètement, on ne nous aide pas, on ne nous accompagne pas, on ne communique pas avec nous », se désole M. Tanguay.

Un débat sans gagnant mais animé par moment

Même si le débat s’est déroulé dans le respect mutuel, il a donné lieu à quelques échanges animés.

Le débat auquel participaient six des sept candidats de la circonscription de Compton-Stanstead n’a pas permis d’établir de vainqueur. Sans surprise, la députée sortante, Marie-Claude Bibeau du Parti libéral, a été la cible des participants, mais il n’y a pas eu de K.O. Le débat s’est même animé lors- que les thématiques du développement économique et de l’agriculture ont été abordées.

Plus d’une cinquantaine de personnes s’étaient déplacées à la salle Jean-Hardy d’Ascot Corner pour assister au traditionnel débat organisé par la Chambre de commerce du Haut-Saint-François. Les candidats Marie-Claude Bibeau du Parti libéral, David Benoit du Bloc Québécois, Jessy Mc Neil du Parti conservateur, Paul Reed du Parti populaire du Canada, Jean Rousseau du Parti vert et Jonathan Therrien du Parti Rhinocéros participaient au débat. La candidate Naomie Mathieu Charette du Nouveau Parti démocratique était retenue à l’extérieur pour ses études.

Cinq thèmes ont été abordés au cours du débat soit les enjeux sociaux, le développement économique, l’agriculture, la mobilité et l’environnement. Après un temps de réponse minuté, les candidats pouvaient débattre sur chacun des thèmes abordés.

Le développement économique et l’agriculture ont donné lieu aux échanges les plus intenses de la soirée. En débat, c’est la députée sortante qui a lancé les hostilités en interpellant son opposant conservateur pour lui demander s’il était au fait que c’était son gouvernement, conservateur, en 2013, qui avait refusé les services de sécurité aéroportuaire à l’aéroport de Sherbrooke alors que la ville de Sherbrooke avait signé une entente avec une compagnie aérienne. « Je suis désolé de vous dire qu’on ne peut pas compter sur le Parti conservateur pour nous aider avec l’aéroport de Sherbrooke. » « Apparamment, on peut pas compter sur les libéraux non plus », de lancer du tac au tac, Jessy Mc Neil. « Vous avez eu 4 ans pour perdre votre temps. Je prends le dossier en main et je peux vous assurer que les choses vont aboutir. » La clé pour voir enfin les vols, c’est la signature d’une entente entre le propriétaire soit la corporation de l’aéroport de Sherbrooke et la ville de Sherbrooke avec une compagnie aérienne, de préciser Mme Bibeau alors que M. Mc  Neil rétorque que « la clé est 500 000 $ pour que le dossier aboutisse. » Le candidat Rousseau ajoute « la clé c’est pas ça du tout, c’est que la ville de Sherbrooke cède l’aéroport à la MRC du Haut-Saint-François et qu’elle développe elle-même son expertise. Les vols, ça ne marchera pas ça. Ça fait 35 ans qu’on travaille là-dessus et il y a rien qui se fait. » M. Benoit soutient que « ça prend une ville d’un certain format comme Sherbrooke qui soit capable de supporter l’évolution du projet jusqu’à ce qu’il soit rentable. » Dans un autre ordre d’idée, le candidat du Bloc s’est adressé à son opposant conservateur en lui reprochant que sa formation politique voulait mettre sur pied un ministère des régions rurales. « Vous êtes en train d’implanter une nouvelle patente au Québec alors qu’il en existe déjà. Vous allez décider d’une autre structure pour nous dire comment gérer notre propre argent. »

« On va aider les régions à mieux se développer, on donne des outils supplémentaires. On est pas là pour s’immiscer, mais pour appuyer les provinces », d’expliquer Jessy Mc Neil.

Au secteur agricole et à la question de savoir si les partis vont bonifier les programmes de gestion des risques d’entreprise (GRE) et indexer les budgets en fonction de la hausse des recettes monétaires, Marie-Claude Bibeau rappelle qu’en juillet dernier il a été convenu avec tous les ministres de l’Agriculture que le programme agri-stabilité notamment devait être une priorité et qu’il en serait question lors d’une rencontre d’ici les fêtes. Le Bloc propose de mousser la bonification de l’ensemble des programmes du secteur agricole, alors que le candidat conservateur adhère à la bonification des programmes GRE en soutenant que les producteurs agricoles ont besoin de stabilité. Le candidat du PPC est en faveur de l’abolition de toutes formes de subvention qui ont pour effet d’éliminer la possibilité que de meilleures solutions soient créées en provenance du privé. En débat, le ton a rapidement monté autour de la question de la gestion de l’offre, les candidats reprochant à Mme Bibeau et son gouvernement d’avoir abandonné les producteurs agricoles. Elle reconnaît que ça été difficile, mais rappelle l’engagement du gouvernement à payer des compensations aux producteurs de lait, volaille, oeuf et aux transformateurs. Les candidats Benoit et Mc Neil reprochent au gouvernement de se traîner les pieds pour payer les producteurs. « Vous n’avez même pas été capable de faire les chèques en quatre ans », de lancer Jessy Mc Neil. Le candidat bloquiste ajoute que sa formation travaillerait à faire adopter une loi qui protégerait davantage l’agriculteur « pour qu’il n’y ait plus de brèche dans la gestion de l’offre. » Paul Reed rappelle que son parti préconise l’abolition à la gestion de l’offre considérant qu’il s’agit d’un système injuste envers les autres producteurs et l’ensemble de contribuables.

À la question portant sur la mobilité en milieu rural pour faciliter l’accès au travail et la façon de lutter contre la pauvreté et la précarité des femmes, les réponses sont variées. Le candidat conservateur propose l’internet haute vitesse partout sur le territoire et des programmes d’aide aux activités et à l’apprentissage. Le rôle de député, de mentionner Mme Bibeau, est d’accompagner les municipalités et organismes lorsqu’ils ont des projets. Elle rappelle que son gouvernement a mis en place un programme de 500 M$ pour les femmes entrepreneurs en plus d’avoir mis de l’avant plusieurs mesures sociales en leur faveur. Pour David Benoit, une façon de régler les écarts socio-économiques passe par le travail, le développement du transport en commun sur le territoire et l’internet accessible pour tous.

Au chapitre de l’environnement, les candidats ont été invités à proposer les mesures qu’ils entendent mettre de l’avant pour favoriser le recyclage, mais également la transformation des matières récupérées. Mme Bibeau rappelle que son gouvernement a investi dans la transition énergétique. Elle souligne que pour l’oléoduc, chaque dollar investi, le gouvernement en injecte 15 $ pour la transition énergétique. Elle ajoute que des investissements ont été effectués dans la science, la recherche, l’innovation et le développement. Jean Rousseau dit trouver aberrant qu’on parle d’investissement en environnement alors que l’on continue d’aider les compagnies pétrolières. » Pour le bloquiste, la production de l’hydro-électricité et le développement du transport en commun constituent des éléments importants pour un avenir vert. M. Mc Neil propose de prendre l’électricité du Québec et la traverser pancanadien tout en favorisant l’électrification des transports.

Au domaine des enjeux sociaux, il était demandé aux candidats leur stratégie pour consolider le logement social, communautaire et privé dans le comté. M. Rousseau précise que le programme de revenu minimum garanti pour un certain seuil pourra aider à défrayer le coût des logements ainsi qu’un programme pan canadien pour mettre à niveau les logements.

Pour sa part, M. Benoit soutient que les programmes du gouvernement en matière de logements sociaux ne tiennent pas compte de la réalité québécoise comme le programme déjà en place Accès logis. M. Mc Neil parle du programme d’accès à la propriété que son parti souhaite mettre en place par le biais de la SCHL ainsi qu’un programme de rénovation écoresponsable pour améliorer la qualité des logements et l’intention de nommer un ministre des Affaires rurales qui aura pour effet de rendre meilleur le développement des régions. M. Reed parle de réduction d’impôt et l’élimination de la gestion de l’offre qui apporteront plus d’argent dans les poches des contribuables. Mme Bibeau rappelle les allocations canadiennes aux enfants a permis de sortir 300 000 enfants de la pauvreté, a également bonifié le supplément de revenu garanti et toutes les mesures sociales ont permis de sortir plus de 900 000 personnes de la pauvreté. En termes de stratégie du logement social, la candidate libérale parle de 55 G$ investis sur un horizon de six ans. Enfin, mentionnons que le candidat Rhinocéros en a faire rire plus d’un avec des réponses loufoques selon les différents thèmes abordés au cours de la soirée.

Questions
Parmi les questions posées, Monique Scholz fait part de son cynisme envers la chose politique alors que les libéraux avaient promis la réforme électorale qui a été abandonnée en cours de route. Elle ajoute qu’il en est de même pour l’ensemble des partis politiques qui formulent « un paquet de promesses. On se demande si ça peut être vrai ou non », souligne-t-elle. Des producteurs agricoles ont demandé qu’elles étaient les mesures d’aide pour l’agriculture biologique et les formes d’aide pour les producteurs de lait de brebis, chèvre et autres aux prises avec les conflits commerciaux. Un citoyen, Jacques Gourde, a demandé pourquoi le gouvernement avait payé pratiquement le maximum pour l’achat de l’oléoduc.

Jessy Mc Neil ; Quatre engagements

Jessy Mc Neil, Parti conservateur

La sécurité des voies ferrées, l’internet haute vitesse accessible à tous, le développement de l’aéroport de Sherbrooke et l’agriculture sont les engagements fermes qu’entend mener à bien le candidat du parti conservateur Jessy Mc Neil.

Il précise que cela peut sembler peu élevé en termes de nombre, mais assure avec détermination qu’il ira jusqu’au bout pour les réaliser. Bien entendu, d’autres dossiers seront traités, mais les engagements énoncés sont fermes.

« Je veux sécuriser les gens par rapport au chemin de fer. Il passe à plein de place dans des petits villages et actuellement on n’a pas l’engagement clair de Transports Canada que les rails sont sécuritaires. » Soulignant que la voie ferrée peut être un actif important au développement économique, le candidat insiste pour dire qu’il s’agit avant tout d’une question de sécurité. Il déplore le fait que ce soit fréquemment des organisations citoyennes qui font les démarches pour obtenir des réponses ou actions. Il faut corriger et rendre les voies sécuritaires, insiste-t-il.

Le comté se définit par sa grande partie rurale et M. Mc Neil entend bien travailler à rendre l’internet haute vitesse accessible partout sur le territoire. « On est en 2020 et c’est inacceptable que les cellulaires ne fonctionnent pas dans certains endroits. » Il rappelle que sa formation politique « souhaite vraiment prioriser les régions » tout en soulignant que son chef, Andrew Scheer, en avait fait un engagement.

Le développement de l’aéroport de Sherbrooke s’inscrit dans les cartons du candidat. La raison pour laquelle le gouvernement conservateur n’a pas embarqué en 2013, explique Jessy Mc Neil, est dû au fait qu’il considérait le projet de 100 000 passagers annuellement était irréaliste. Les nouvelles données, précise-t-il, à 27 000 passagers par année, lui semblent plus réalistes et plus près d’une réalisation. Le coût de 500 000 $ pour concrétiser le tout ne semble pas faramineux aux yeux du candidat.

Le quatrième point, précise M. Mc Neil, est plus à l’étape de projet et touche le monde agricole. Il s’agit d’un incubateur avec la participation d’Énergir permettant d’accueillir le fumier et en retirer le méthane comme source d’énergie. « Les producteurs pourraient récupérer le fumier et l’utiliser pour leur culture. C’est innovant et ça génère de l’énergie », précise-t-il.

Le candidat rappelle les différents engagements de sa formation politique que ce soit des mesures d’aide auprès de personnes handicapées, des aînés, favoriser les familles qui ont besoin de coup de main pour des activités de leurs enfants, des programmes de rénovations écoresponsables, pour améliorer le parc immobilier avec un montant qui peut atteindre 3 600 $ par année. « Toutes des choses qui vont favoriser à mettre plus d’argent dans les poches des contribuables. » Il rappelle la volonté de son parti à nommer un ministre des affaires rurales « dans le but de donner la place qui revient à la ruralité. » Enfin, le candidat promet d’être « disponible à cent pour cent, prendre les dossiers et les amener à bon port. »

Marie-Claude Bibeau ; L’aéroport une priorité

Marie-Claude Bibeau, Parti libéral

Sans surprise, pour la députée sortante de Compton-Stanstead, Marie-Claude Bibeau, l’aéroport de Sherbrooke « demeure une priorité régionale au niveau du développement économique. » Elle assure qu’il n’y a plus de blocage et que le rôle du fédéral en matière de sécurité aéroportuaire est rempli. Elle ajoute vouloir travailler à dénicher du financement additionnel une fois que la ville de Sherbrooke et la corporation de l’aéroport auront signé une entente avec un transporteur et que le plan d’affaires sera complété.

Mme Bibeau assure qu’elle travaillera d’arrache-pied pour que l’aéroport de Sherbrooke soit admissible au programme fédéral appelé Initiative pour les infrastructures régionales. Elle précise que l’aéroport de Sherbrooke a d’ailleurs déposé un projet qui est présentement en analyse.

Quant à Valoris, Mme Bibeau reconnaît qu’en matière de récupération, c’est davantage de juridiction provinciale et municipale. « Par contre, si le parc éco-industriel va de l’avant, là ça va être mon rôle de les accompagner, les entreprises, parce que là, il y a beaucoup d’opportunités. Avec un gouvernement libéral, on peut aider les entreprises qui sont dans le développement des technologies vertes. » Elle fait référence notamment aux opportunités de financement et de réduction d’impôt pouvant aller jusqu’à 50 % pour les entreprises qui vont développer de nouvelles technologies à zéro émission.

La protection des lacs est un autre aspect que Marie-Claude Bibeau mentionne lui tenir à cœur. Elle ajoute que l’allégement du guide des procédures à suivre pour les municipalités apporté par Transports Canada n’est qu’un début. « Le but est de donner aux municipalités des outils réglementaires qui vont leur permettre de contrôler la navigation sur leur lac en fonction de la réalité. »

Mme Bibeau soutient que le rôle de député est d’accompagner les leaders régionaux, « élus, entrepreneurs, bénévoles qui tiennent les associations communautaires à bout de bras. » Elle rappelle avoir mis en place une veille de projets afin d’aller chercher toutes les opportunités de financement qui peuvent leur venir en aide. « On a fait énormément d’accompagnement et même quand il y a des programmes qui sont près d’être développés, ça nous permet même d’influencer les critères de ces programmes-là pour que les gens de notre région puissent en bénéficier au maximum. »

La candidate précise jouer également un autre rôle d’accompagnement, cette fois auprès des citoyens concernant « des dossiers hautement à caractère humanitaire. On s’entend quand les citoyens viennent cogner à la porte de leur député, c’est vraiment qu’ils sont dans leur dernier retranchement, qu’ils vivent des situations difficiles. » Apporter l’aide nécessaire, recommander les personnes au bon service peut changer la vie de certains, exprime-t-elle.

Au secteur agricole, Mme Bibeau entend finaliser les compensations de tous les secteurs liés à la gestion de l’offre, lait, volaille et œufs. « C’est une priorité incontournable pour moi. » Elle rappelle également l’engagement de son gouvernement à revoir tous les programmes de gestion de risque.

Jean Rousseau met de l’argent sur la table

Jean Rousseau, Parti vert

Le candidat Jean Rousseau du Parti vert y va d’un engagement personnel dans le cadre de la présente campagne. Il s’engage à verser 25 % de son salaire net mensuellement pour venir en aide à des organismes ou personnes dans le besoin. «  C’est 2 000 $ tous les mois pendant toute la durée de mon mandat », d’exprimer M. Rousseau.

« Ça va peut-être me prendre une fondation pour le faire, mais il y aura une personne qui s’occupera de prendre les demandes. » Par ce geste, le candidat souhaite venir en aide aux gens dans le besoin, que ce soit des parents pour payer une inscription à leur enfant, pour payer le loyer, les banques alimentaires, les Centres d’action bénévole ou autres.

Parmi les engagements de comté, la gestion de l’offre arrive en tête de liste pour M. Rousseau. Il estime que les producteurs ont perdu lors des deux traités de libre-échange. « Je trouve épouvantable qu’on risque de perdre des fermes familiales, c’est une tradition. » Dans un autre ordre d’idée, le candidat fait part de la bonification du revenu minimum garanti applicable aux étudiants, les personnes âgées et les familles à faible revenu. Il inclut également la gratuité des études post secondaires jusqu’au baccalauréat.

M. Rousseau parle également d’électrification du transport en commun surtout dans la ruralité. « C’est carrément avoir des autobus zéro carbone. Ça permettrait d’améliorer nos émissions de gaz à effet de serre. »

Reconnaissant qu’il est parfois difficile de promouvoir la culture en milieu rural, le candidat propose de venir en aide à ce secteur d’activité en taxant « adéquatement les Netflix et Amazon de ce monde, autrement dit, tous ceux qui vendent des biens de consommation en ligne ou qui donnent des services en ligne. » Le candidat précise qu’entre 15 % et 25 % de ces revenus seront réinvestis dans la culture surtout au niveau régional.

Reconnaissant que les travailleurs étrangers temporaires font partie de la réalité dans le comté, M. Rousseau propose qu’ils soient intégrés plus facilement à la société. Il souhaite « éliminer la paperasse » pour que ce soit plus facile pour les employeurs et permettre aux travailleurs de revenir au même endroit l’année suivante. Mentionnant que cette façon de faire permettait de contrer la pénurie de main-d’œuvre, il en ajoute une autre s’adressant plus spécifiquement aux personnes retraitées. « On veut augmenter le seuil sur lequel seraient imposés les montants gagnés par les retraités. Le premier 15 000 $ qui serait gagné de plus que sa pension de vieillesse serait non imposable. Moi, je pense qu’à 65 ans, quand tu as une pension de 20 000 $, je pense que tu mérites le 15 000 $ supplémentaire amplement », d’exprimer M. Rousseau.

Le candidat souhaite également décrocher des fonds additionnels pour venir en aide aux municipalités notamment pour les usines d’épuration d’eau, protéger l’eau potable, précise-t-il. « On pense qu’il y a encore des municipalités qui ont besoin d’aide à ce niveau-là. C’est de plus en plus un souci d’avoir de l’eau potable. »

M. Rousseau invite les gens à voter pour le Parti vert « parce qu’on est le seul parti qui a un vrai programme pour faire face aux changements climatiques d’aujourd’hui. »

Naomie Mathieu Chauvette, environnement et agriculture

Naomie Mathieu Chauvette, NPD

Pour Naomie Mathieu Chauvette, candidate du Nouveau parti démocratique dans Compton-Stanstead, protection de l’environnement et développement de l’agriculture vont de pair. Elle entend multiplier les efforts pour stimuler ces secteurs qui ont de grandes affinités, estime-t-elle.

La candidate se dit soucieuse de contribuer à bâtir un environnement vert pour les générations à venir. Elle souhaite travailler à faire une transition énergétique vers des énergies vertes. Un premier pas, estime-t-elle, serait la réduction des gaz à effet de serre tout en favorisant les emplois verts, comme la construction de panneaux solaires et autres. En lien avec ce type d’emplois, elle souhaite stimuler la multiplication des marchés publics sur le territoire. « En plus de faire rouler l’économie locale, ça diminue les transports pour l’alimentation et permet aux consommateurs d’obtenir des produits frais dans leur assiette », d’exprimer Mme Mathieu Chauvette.

Dans la foulée environnementale, elle rappelle son opposition et celle de sa formation politique envers l’oléoduc. Elle ajoute que son parti favorise la rénovation écoénergétique des logements en apportant une attention particulière à l’utilisation de produits locaux de façon à éviter les transports.

Revenant sur l’agriculture, la candidate mentionne que « les libéraux ont brisé trois ententes commerciales qui ont coûté énormément cher à nos producteurs de Compton-Stanstead. Ce qui est dommage, c’est que les libéraux n’ont rien fait pour les indemniser. » Elle estime que le remboursement sur une période de 8 à 10 ans qui nécessitera deux à trois mandats est beaucoup trop long alors que les producteurs ont besoin d’aide maintenant. Elle rappelle que le NPD souhaite encourager les petites fermes et les marchés locaux pour assurer une pérennité et l’épanouissement de ces petites productions. D’un même souffle, elle ajoute que sa formation politique s’engage à protéger la gestion de l’offre pour les producteurs, les consommateurs tout en aidant la transition des fermes familiales par une réduction des taxes de transfert.

« On va investir dans les infrastructures de téléphone cellulaire et internet haute vitesse pour que tous les producteurs puissent avoir accès. Ça les prive d’avoir la technologie pour servir leur clientèle. »

Au domaine de la santé, Naomie Mathieu Chauvette considère que c’est un volet indispensable dans la vie, c’est « pas normal que des gens n’aient pas accès aux médicaments et aux soins nécessaires. La santé, c’est la base de tout. On veut l’assurance maladie partout au Canada, oui ça va coûter cher, mais à long terme, ça sera profitable pour les Canadiens et Canadiennes. »

Présentement aux études, Mme Mathieu Chauvette assure qu’elle sera disponible une fois élue. « Moi, je suis là pour me battre et défendre les principes. Je suis très dynamique et à l’écoute. Moi, je fais ça pour les bonnes choses, pas pour la popularité ou le pouvoir. »

David Benoit, l’agriculture en priorité

David Benoit, Bloc Québécois

Il est clair pour David Benoit et son parti le Bloc Québécois que les agriculteurs sont une priorité. Il rappelle l’engagement de sa formation politique à ne soutenir aucun budget tant que les crédits pour les compensations financières ne seront pas versés aux producteurs touchés par la brèche dans la gestion de l’offre. « On a eu des promesses du Parti libéral, mais l’argent n’est pas encore là. Nous autres, on veut s’assurer que dans un budget, l’argent soit sur la table. »

M. Benoit précise que son parti entend pousser une loi interdisant toute brèche dans la gestion de l’offre. « On veut que ça ne se reproduise plus. On n’aurait pas à mettre de l’argent en compensation si on avait protégé notre système de gestion de l’offre », précise-t-il.

« La sécurité ferroviaire, il est hors de question qu’on laisse les choses aller. Ça s’est encore dégradé. Il n’y a absolument rien qui a été fait. Est-ce qu’on attend un autre déraillement de train ? » M. Benoit trouve anormal qu’un regroupement de citoyens pour la sécurité ferroviaire soit contraint de faire des menaces judiciaires « pour que le ministre Marc Garneau bouge. » Le candidat assure que le bloc va intervenir pour forcer le gouvernement à prendre ses responsabilités et s’assurer de la bonne qualité des rails au Québec.

Sur la scène locale, le candidat dit garder un œil sur l’évolution du dossier de construction de serres de cannabis médicinal à Weedon. « Il y a énormément de financement qui a été fait. Laisser la situation périr ce n’est pas envisageable. Il est clair que je veux travailler en partenariat pour voir qu’est-ce qu’on peut faire pour que ça débloque, qu’est-ce qu’on peut faire pour la municipalité, la région pour que le projet aille de l’avant. »

Au chapitre du développement économique, M. Benoit qualifie d’aberrant le fait qu’il n’y ait pas de réseau de cellulaire ou internet adéquat sur le territoire. « Si on veut éviter les écarts entre les grands centres et les régions, ça passe en grande partie grâce à ça. Si on veut que l’économie prolifère et que les entreprises puissent s’épanouir, ça passe par ça. Si on veut avoir de l’information de qualité, ça passe également par un internet décent. » Il mentionne que le bloc préconiserait la création d’un CRTC québécois, le CQRT, « c’est-à-dire laisser un organisme indépendant gérer les télécommunications au Québec pour les besoins des Québécois. »

Le candidat rappelle la volonté d’empêcher le fédéral de s’immiscer dans les affaires provinciales. Il soulève à titre d’exemple la Loi 21 portant sur la laïcité de l’état incluant le port des signes religieux au Québec. « On veut s’assurer que le fédéral s’occupe de leurs champs de compétence et laisse le Québec décider des leurs en toute quiétude sans utiliser l’argent de la population du Québec. M. Benoit dit trouver aberrant que le gouvernement canadien prenne de l’argent public appartenant aux Québécois pour contester les lois du Québec.

Faisant appel aux électeurs, M. Benoit soutient qu’il est le seul à travailler exclusivement pour les intérêts des Québécois. Les autres candidats, précise-t-il, des autres formations politiques, devront à un moment ou un autre se plier à la ligne du parti qui pourrait aller dans le sens contraire des intérêts québécois.

Paul Reed, équitabilité pour tous

Paul Reed, Parti populaire du Canada

Le candidat du Parti populaire du Canada, Paul Reed, n’y va pas d’engagement particulier pour le comté de Compton-Stanstead puisqu’il soutient que les intérêts des citoyens sont les mêmes que pour l’ensemble du Canada. Il ajoute que la plateforme dans laquelle on retrouve une approche équitable et responsable correspond aux besoins de chacun des Canadiens.

Le candidat rappelle que sa formation politique préconise de couper les subventions aux entreprises. L’argent récupéré permettra entre autres à équilibrer le budget d’ici deux ans et par conséquent apporter davantage d’argent dans les poches des contribuables. M. Reed souligne que les subventions « créent de l’injustice dans notre système en plus d’augmenter l’endettement » se traduisant par de l’inflation et des augmentations de taxes. « Tous les autres partis sont prêts à dépenser de l’argent que nous n’avons pas. Nous, on prend ça au sérieux. »

Pour le candidat, la réduction de la taille de l’état fédéral en retournant des pouvoirs aux provinces semble être une avenue judicieuse. « Quand les problèmes sont gérés à un niveau local, les gens peuvent apporter des solutions régionales. Le transfert aux provinces permet de gérer leurs problèmes à leur façon. Ça ne sera pas au gouvernement fédéral de dire aux provinces quoi faire pour recevoir de l’argent du fédéral. »

Quant aux projets plus spécifiques au comté, M. Reed soutient que ce n’est pas au gouvernement fédéral de dire quoi faire. « Le gouvernement fédéral ne devrait pas s’ingérer et investir l’argent des contribuables dans des projets à sa guise. Les citoyens doivent choisir les projets qui sont importants pour eux et trouver des projets durables qui vont s’autofinancer ou financés par le privé. Le rôle du gouvernement devrait se limiter à l’élimination des barrières administratives favorisant la réalisation du projet. » Pour le candidat, la façon d’être équitable envers toutes les régions, c’est d’arrêter les subventions et de choisir quels projets vont voir le jour et quels ne le verront pas. M. Reed mentionne que plusieurs dossiers dans lesquels le gouvernement a apporté de l’aide se traduisent par de pures pertes financières.

Un engagement significatif qui touche plusieurs producteurs agricoles du comté est l’abolition de la gestion de l’offre. En soulignant que seulement 10 % des agriculteurs bénéficient du programme, M. Reed le qualifie « d’injuste, qui revient à subventionner des grosses entreprises fermières avec l’argent qui vient de tous les citoyens. C’est un transfert de richesse vers les plus riches qui vient des plus pauvres. Cette façon de faire a des répercussions négatives sur les autres industries. Faut être équitable envers toutes les industries. »

Éliminer les subventions, équilibrer le budget permettra d’amener plus d’argent dans les poches des contribuables, estime M. Reed. « On préfère que les gens dépensent leur argent comme ils veulent plutôt que le gouvernement le prenne et le redistribue. » M. Reed invite les citoyens à consulter la plateforme de sa formation politique.

Réduction de la vitesse sur la route 112 : Déçue, East Angus s’interroge

La mairesse de East Angus, Lyne Boulanger, ne croit pas que la réduction de la vitesse jusqu’aux portes de sa municipalité permettra de réduire les accidents et empresse les responsables à trouver une solution rapide.

Déçue de ne pas avoir été avisée de la décision du ministère des Transports du Québec région Estrie de réduire la vitesse de 90 à 70/km sur un tronçon de la route 112 d’Ascot Corner jusqu’à la porte d’East Angus, la mairesse Lyne Boulanger est d’avis que cette mesure, temporaire, créera d’autres problèmes et empresse les intervenants à trouver une solution rapidement.

Mme Boulanger déplore n’avoir jamais été consultée avant cette prise de décision. Elle mentionne avoir écrit au ministre des Transports, François Bonnardel, le 19 septembre dernier, et être toujours dans l’attente d’une réponse. « Les représentants du ministère des Transports peuvent bien confirmer que l’implantation d’une zone de 70 km/h sur un peu plus de 6 km entre Ascot Corner et Westbury/East Angus ajoute que quelques secondes de plus de route pour les usagers, mais nous savons tous très bien que cette solution temporaire n’améliora pas la situation et ne réduira pas le nombre d’accidents sur la route 112. Cette décision est seulement une réponse au triste accident survenu le 2 septembre dernier près de l’intersection du chemin Paul », précise Mme Boulanger.

Elle ajoute que la municipalité a reçu plusieurs plaintes de citoyens d’East Angus. Les élus, indique-t-elle, pressent le gouvernement du Québec de prendre dès maintenant des engagements clairs afin d’améliorer réellement la sécurité des usagers de la route 112 entre Sherbrooke et Westbury/East Angus. Elle ajoute que « la route 112 est l’accès rapide à plusieurs municipalités dans la MRC du Haut-Saint-François. La réduction de la vitesse est un élément supplémentaire qui réduit les possibilités au développement économique et résidentiel et cela n’est pas seulement pour East Angus, mais également pour les autres municipalités du Haut-Saint-François. Aujourd’hui, tout va très vite et le temps est compté. »

Mme Boulanger rappelle qu’il est important de connaître rapidement les actions que le gouvernement entreprendra afin d’améliorer concrètement la sécurité sur la route 112, tout en précisant que selon l’avis de plusieurs, cela ne passe pas par la réduction de la vitesse.

Abolition des commissions scolaires : Un impact majeur

Yves Gilbert, président de la CSHC, estime que l’abolition des commissions scolaires est une perte pour la démocratie.

Le projet de loi déposé à l’Assemblée nationale du Québec par le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, concernant l’abolition prochaine des commissions scolaires ne fait pas l’unanimité. Ce changement aura un impact majeur dans les régions, estime Yves Gilbert, président de la Commission scolaire des Hauts-Cantons. Il se dit « profondément déçu que le gouvernement de la CAQ ait mené sa réflexion de réforme de la gouvernance scolaire sans nous mettre dans le coup ». Il s’oppose au projet, car selon lui, c’est « une menace à l’autonomie des régions ». Il n’a pas l’intention de rester inactif dans le dossier.

Le projet prévoit abolir les commissions scolaires et les transformer en centres de services, et ce dès le 29 février 2020. Les élections scolaires prévues en novembre seront donc annulées. Les conseils des commissaires deviendront des conseils d’administration composés de 16 membres, soit 8 parents, 4 membres du personnel scolaire et 4 membres issus de la communauté. Ce projet de loi n’affecte pas les commissions scolaires anglophones afin de respecter le droit à la gestion et au contrôle stipulé dans l’article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés. Rappelons qu’au Québec, sur 72 commissions scolaires, 60 sont francophones, 9 anglophones et 3 de statut particulier. M. Gilbert estime cette décision inquiétante « parce qu’ils sont en train de développer un système à deux filets. Quand on dit que les anglophones sont très attachés à leurs valeurs, leurs traditions, leurs écoles et bien ça s’applique aussi à nous, présidents, présidentes et commissaires par rapport à leurs milieux, leurs écoles. »

Selon le gouvernement, le projet de loi permettra entre autres de réduire la bureaucratie, faire des économies, dépolitiser la gouvernance scolaire et donner plus d’autonomie aux écoles. Toutefois, M. Gilbert n’est pas du même avis, car selon lui, « on éloigne les décisions qui sont prises, parce que c’est un pouvoir centralisé qui s’en vient. » Il croit que les régions rurales en seront plus affectées. Il ne croit pas que l’abolition du conseil des commissaires sera bénéfique puisque c’est son rôle de s’assurer d’une répartition équitable des ressources financières, matérielles et humaines.

Selon lui, nommer une personne au conseil plutôt que de l’élire n’aura pas non plus un effet positif « Un citoyen peut m’interpeller, alors que dans un titre de personne nommée, elle n’a pas de compte à rendre aux citoyens. Au niveau de la représentation citoyenne, c’est là que ça blesse », affirme-t-il.
M. Gilbert ne prévoit pas se plier à cette loi aussi facilement. Il tient à défendre son point de vue et travailler avec la communauté afin de mettre en évidence qu’il y a une perte de démocratie. En Estrie, les Commissions scolaires de la Région-de-Sherbrooke, des Hauts-Cantons et des Sommets ont convenu d’adopter une position commune. M. Gilbert a été nommé porte-parole et compte se rendre en commission parlementaire afin de démontrer qu’une erreur est en train de se créer. « On souhaite que ce soit un dialogue et non une représentation simple. » Il aimerait que ce soit un débat démocratique où le gouvernement sera prêt à écouter ce que les hommes et les femmes ont à dire. Selon lui, « la démocratie scolaire ne doit pas se décider qu’à Québec, cela concerne aussi les régions. »

Belle ambiance pour les exposants du marché public de Dudswell

De gauche à droite : Domenica Guzzo, Marjolaine Larocque, Denis Vecrin, François Beaumont, André Choquette, Steve Carrier et Michèle Tanguay. Absente de la photo Véronique Carbonneau.

La météo était clémente pour ce premier marché public au Jardin Patrimonial de Dudswell. L’événement a rassemblé 7 producteurs et 1 commerçant provenant de la MRC du Haut-Saint-François. Organisée par un comité de citoyens, cette journée était un avant-goût du marché public qui se tiendra toutes les semaines au cours de la prochaine saison estivale.
Une belle variété de produits était offerte, fruits, légumes, produits du terroir et mêmes paniers de fleurs. Marjolaine Larocque, responsable de l’événement, explique que ce marché est une belle vitrine pour les nouveaux producteurs de la région.

Les députés de Compton-Stanstead, Marie-Claude Bibeau, et de Mégantic, François Jacques, ainsi que Mariane Paré, mairesse de Dudswell, participaient au dévoilement du logo qui marquera le marché public de 2020. L’événement se tiendra de façon hebdomadaire et pourra recevoir une vingtaine de producteurs de la région.

Deux projets ont été mis en place par le comité de citoyens, soit le marché public et les jardins collectifs. Concernant ce dernier, l’objectif pour l’an prochain est de l’agrandir et d’y inclure une section pour initier les enfants au jardinage.

Plusieurs activités étaient proposées lors du récent marché public comme des jeux gonflables, une exposition d’artistes, un atelier culturel pour les enfants, une conférence historique et de l’animation musicale.
Mme Larocque se dit satisfaite autant pour la participation des producteurs que de l’achalandage.

Les consultations complétées, on prépare le rapport final pour l’agrandissement du LET

Nous apercevons des citoyens se livrant à un exercice, inscrivant sur une feuille les façons qui leur semblent efficaces pour diffuser l’information dans le milieu.

L’atelier du 25 septembre portant sur les communications, l’implication sociale et le volet économique marquait la dernière séance publique de consultation concernant l’agrandissement du Lieu d’enfouissement technique (LET) à Bury. Les responsables de Valoris sont maintenant à rédiger le rapport final qui sera présenté aux citoyens lors d’une rencontre publique.

Dans le dernier atelier auquel participaient quelque 25 personnes, on a abordé la communication et les types de communications. Les participants se sont regroupés en équipes pour inscrire sur une feuille les différentes façons qui leur semblaient appropriées pour transmettre l’information et diverses initiatives communautaires faisant en sorte que les gens puissent se l’approprier. Atelier de cuisines, tournoi de golf, projet de parc sont diverses suggestions proposées. Dans le bloc 4, Jean-Jacques Caron, directeur du projet d’agrandissement du LET, a présenté trois scénarios mettant en évidence les coûts du projet d’agrandissement. Les montants avancés s’appliquent essentiellement sur le LET et ne tiennent pas compte de l’ensemble des opérations de Valoris. En tenant compte d’un tonnage annuel de 99 500 tonnes, le scénario 1 prévoit des coûts variant entre 41 $ et 45 $ la tonne pour un site dont la hauteur d’enfouissement maximale est de 34 mètres. Sa durée de vie est évaluée à 54 ans. Toujours avec le même tonnage annuel, le scénario 2 prévoit des coûts variant entre 52 $ et 56 $ la tonne pour une hauteur maximale du site de 24 mètres avec une durée de vie de 38 ans. Le troisième scénario prévoit un coût total variant entre 62 $ et 65 $ pour une hauteur d’enfouissement maximale à 14 mètres pour une durée de vie de 29 ans. À noter que le coût varie de façon proportionnelle avec la hauteur du site d’enfouissement, qui lui a un impact sur la durée de vie.

Du côté de Valoris, on indique que les personnes n’ayant pu prendre part aux rencontres peuvent encore donner leur opinion et participer à la version en ligne des ateliers jusqu’à la fin du mois d’octobre. On assure que les commentaires seront inclus dans le rapport. Les vidéos des rencontres publiques sont disponibles sur la chaîne YouTube. Il en est de même pour tous les documents liés à la démarche qui se retrouvent sur le site web dédié à l’agrandissement au http://letvaloris.com.

Dans un communiqué de presse, on mentionne que le rapport des rencontres est en cours et que celui-ci doit être validé. Pour ce faire, on demandera l’aide de citoyens qui ont cheminé tout au long de la démarche amorcée en février dernier. Ce rapport sera inclus dans l’étude d’impact sur l’environnement qui est en préparation par la firme mandatée par Valoris. L’étude doit être remise au ministère de l’Environnement et de la Lutte aux changements climatiques d’ici la fin de l’année. L’étape suivante avec les citoyens sera avec le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement.

Le président de Valoris et maire de Sherbrooke, Steve Lussier, se dit « très fier de ce que l’équipe de Valoris a accompli depuis février dernier. C’est assez incroyable ce qui a été fait. L’atmosphère a complètement changé. Nous sommes passés d’un climat d’affrontement et de méfiance à un lieu d’échange, de collaboration et de respect mutuel. » M. Lussier remercie les citoyens qui se sont prêtés à l’exercice. Ce dernier ajoute que la tâche n’est pas terminée pour autant et que les efforts se poursuivent pour obtenir l’agrandissement du LET.

« L’information recueillie pendant les ateliers est d’une grande richesse pour nous. En plus de nous aider à améliorer les éléments techniques, elle nous aide à identifier certaines préoccupations et problématiques en lien avec la gestion de matières résiduelles. » Denis Gélinas, directeur général par intérim chez Valoris, poursuit en rappelant que de produire des déchets comporte un coût monétaire et environnemental.

M. Caron complète en soutenant que « le rapport des rencontres contiendra des suggestions à mettre en place pour atténuer les impacts de l’agrandissement sur l’environnement, mais aussi pour continuer à développer une relation harmonieuse avec la communauté. »

actualite

3 finalistes dans le HSF au Gala des prix d’excellence

Le 7 novembre prochain se tiendra le 26e Gala des prix d’excellence en environnement des Cantons-de-l’Est afin de souligner l’initiative environnementale inspirante des entreprises, organismes, citoyens et municipalités. Parmi les 27 finalistes, 3 projets du Haut-Saint-François se sont démarqués, soit l’école primaire du Parchemin d’East Angus, la Ferme Croque-Saisons de Lingwick et la MRC du Haut-Saint-François.

Parmi tous les projets, cinq recevront le Grand Prix d’excellence de la Fondation Estrienne en Environnement. Il y aura également des bourses totalisant 3500 $ qui seront remises sous forme de Prix Jeunesse et Prix Relève.

L’école du Parchemin a présenté le projet Je récupère mon école où les élèves ont mis en place un système de collecte de compost à travers l’établissement. Cette initiative s’ajoute au programme de récupération de papier qui était déjà effectif. Leur objectif est de réduire leur empreinte écologique. Celui de la Ferme Croque-Saisons consiste à la mise en place de diverses actions qui ont pour but de réduire les gaz à effets de serre en production maraîchère biologique. Pour la MRC du Haut-Saint-François, c’est le projet On préserve la réserve qui a été retenu. Sa mission est de faire connaître les impacts de la pollution lumineuse et inciter les gens à adopter des solutions d’éclairage plus respectueuses du règlement qui protège la Réserve internationale de ciel étoilé du Mont-Mégantic.

Le Gala des prix d’excellence en environnement est organisé par la Fondation Estrienne en Environnement dont la mission est de favoriser la sensibilisation de la population sur les gestes concrets à poser pour assurer le développement durable et de récolter des fonds pour des projets environnementaux dans la grande région des Cantons-de-l’Est.

Rachel Garber

STORIED DAYS

I recently responded to call for an 11-word story about love. Here are three of my attempts.

  1. Cat gazes cooly into the distance, longing to be fondled, kissed.
  2. Their hands make love together, palms palpating, thumbs and fingers philandering.
  3. “I love you.” “What if there is no ‘I’ or ‘you’?”
    The challenge was proffered by For Reading Addicts, a Facebook page “by a team of literary-mad writers and editors.”
    What about you? Rachel Writes invites your 11-word story about love! Just send it to rawrites@yahoo.com.

    STORIES, STORIES, STORIES
    A storytelling festival is sweeping the Estrie region from October 17 to 27. It’s called Les jours sont contés. That’s a play on words, of course (contés, not comptés), like saying your days are storied, rather than counted. This is the 27th annual story festival organized by the Maison des arts de la parole, and it features 18 accomplished storytellers from this region, from across Quebec and Canada, and from elsewhere. Program and ticket details are at https://maisondesartsdelaparole.com.
    But right off the top, I can tell you about two storytelling events planned for the Haut-Saint-François, one in English, one in French. Read on!

    A TIME FOR ALL SEASONS, 19th

    In English: Our very own Ann Rothfels will be performing stories on Saturday, October 19, at 2 p.m., along with two special guest story tellers: Jacques Falquet from St. Adèle and Lynda Bruce from Dunham. A Time for All Seasons is the name of their show of traditional tales, and is aimed at an adult audience. The stories explore aspects of the seasons as well as the aging process, with stories about the survival of young children and the wisdom of the old.

    The event is to be at the Foss House of the Eaton Corner Museum, 374 Route 253, in Eaton Corner. Donations will be accepted and refreshments will be offered.

    ARCANES, 25th
    In French: Arcanes is the title of this show by Nadine Walsh from Montreal. Meaning: Mysteries. Arcanes is a new creation by Nadine, a storyteller who also works in dance, mime, and with marionnettes. Arcanes is a 70-minute show offering four stories “that emerge from the silence,” meant for an audience aged 12 and older.

    Nadine Walsh is at the John-Henry-Pope Cultural Centre’s Victoria House (downstairs), 125 Principale West, Cookshire (use side entrance from the Parc des Braves), on Friday, October 25, at 8 p.m. Free-will donation.

    VOTING, 21st

    Did you get your Voter Information Card yet from Elections Canada? If not, call 1-866-213-4081 or visit elections.ca. And go vote! The date is Monday, October 21, and the hours are 9:30 a.m. to 9:30 p.m. Your Voter Card tells you where to go.

    CARDS IN BULWER, 24th
    A 500 Card Party is at the Bulwer Community Center, 254 Jordan Hill Road, on Thursday, October 24, at 1:30 p.m. Admission: $6 for cards, lunch, and prizes, to be distributed after the card games.

    JIM ROBINSON IN CONCERT, Nov. 3rd
    Jim Robinson will be in concert on Sunday, November 3, at 1:30 p.m., at the Trinity United Church, 190 Principale West, Cookshire. The occasion is the launch of his new album, Nick Dean’s Barn.

    Here’s how Don Parsons described this well known musician: “He was a ‘down homer from Inverness’, brought up in Bulwer and went to high school in Cookshire, played with his dad in Prescott’s Orchestra at Nick Dean’s Barn in the 60s, graduated from Bishop’s and became a teacher, had a well known rock band in the 70s – AW Fish. Lives in Montreal’s West Island, and is a singer, song writer and entertainer. Many of his ballad-type songs are about local people, past events of this area, and descriptive narratives of our rural surroundings. He will put on a good show.”
    Tickets: $15. Proceeds for the support of the Trinity United Church. Light refreshments. Info: Don Parsons, 819-875-3796.

    CHRISTMAS STARTS Nov. 2nd
    Ready, set, go: Here comes the season of markets, bazaars, and community suppers.
    On Saturday, November 2, put Newport on your schedule. A Flea Market for the benefit of Lawrence Community Centre is at 449 Lawrence Road, Newport, from 9 a.m. to 3 p.m. A dinner of lasagna, Shepherd’s Pie, tea, coffee, and desserts is to be served starting at 11 a.m. Info: 819-875-5227.

    Also on November 2 is a community supper in Saint-Mathias-de-Bonneterre, at 2035 Route 210, followed by an evening of bingo. A meal of vol-au-vent, tortières and desserts is to be served starting at 4 p.m. Adults: $15. Ages 5 to 12: $7. Toddlers: Free.

    Finally, the Little Christmas Bazaar of Newport is back on November 2, from 9 a.m. to 4 p.m., at the Municipal Community Hall, 1452 Route 212, Island Brook.
    In another neck of the woods, the John-Henry-Pope Cultural Centre at 25 Principale East, Cookshire, will be hosting a Christmas market on Sunday, November 24.

    CHURCH SERVICES
    United. Sunday services are in Cookshire at 9:30 a.m., and in Sawyerville at 11 a.m. On October 27, Dr. Bruce Gilbert will lead the services. Info: 819-889-2838 (listen to message).

    Baptist. In Sawyerville, the Sunday worship service is at 9 a.m. in French, and 11 a.m. in English. Sunday school is at 10 a.m. in English and French. Info: 819-239-8818.

    Anglican. Sunday services are at 9:30 a.m. at St. Paul’s in Bury, and at 11 a.m. at the St. Peter’s Church in Cookshire. Info: 819-887-6802.
    Messy Church. On Monday, October 28, at 5:15 p.m., stories, crafts, singing and supper are on the agenda at the St. Paul’s Anglican Church, 550 Main St., Bury (red brick church on Main Street). A joint United and Anglican intergenerational event. All are welcome. Info: 819-889-2838.
    Do you have news to share? Call 819-300-2374 or email rawrites@yahoo.com by October 21 for publication October 30, and by November 4 for November 13.

Route 112 d’Ascot Corner à Westbury : Réduction de la vitesse à 70 km/h

Deux croix sont installées aux abords de la route 112 où s’est produite la terrible tragédie qui a coûté la vie à Christophe Thivierge et Dominic Lemieux-Richard.

Le souhait du ministre des Transports du Québec, François Bonnardel, à l’effet d’abaisser la vitesse à 70  km/h sur la route 112 entre Ascot Corner et Westbury, a été entendu par la direction du MTQ Estrie.


De passage dans la région le 16 septembre dernier, le ministre avait exprimé ce souhait. Une équipe avait été mandatée et la décision est tombée rapidement. Dès le 19 septembre, on pouvait lire des affiches indiquant que la vitesse sera réduite de 90 km à 70 km/h à compter du 1er octobre. Cette mesure s’appliquera du chemin Talbot à Ascot Corner jusqu’à la route 214 à Westbury.


Les panneaux sont apparus deux jours après la vigile de citoyens tenue à l’angle du chemin Paul et de la 112, endroit où est survenu le terrible accident mortel impliquant deux jeunes, Christophe Thivierge et Dominic Lemieux-Richard. Les parents des victimes, leurs proches et autres personnes ayant eu des accidents sur la route 112 participaient à la rencontre pour dénoncer la dangerosité de l’axe routier et réclamer une intervention rapide pour sécuriser de façon définitive l’endroit.


C’est avec émotion que les parents des victimes se sont adressés aux médias. Valérie Pelletier, mère de Christophe Thivierge, lance :  « Je sais que Christophe ferait la même démarche et se battrait pour que des changements soient apportés. Si la mort de nos garçons peut servir à protéger des familles dans l’avenir, ça sera ça », d’ajouter Claire Lemieux, mère de Dominic.


Les mères éplorées ont fait part de leur surprise d’apprendre que la route avait causé autant d’accidents. « Il est temps que l’on comprenne que l’action se doit d’être rapide. Il faut faire des changements. »


Éric Mageau, conseiller municipal au siège no 2 à Ascot Corner, admet que la démarche est douloureuse pour les personnes concernées. Il ajoute qu’elle permet de mettre des noms et des visages aux victimes d’accidents et de leurs proches. Ce ne sont pas que des statistiques pour les gens du ministère des Transports, souligne-t-il. Ce dernier précise que 102 accidents ont nécessité l’intervention de pinces de désincarcération depuis 2014 sur le tronçon de la route 112.


Satisfaite de la rapidité à laquelle le MTQ Estrie a répondu à la demande de diminuer la limite de vitesse, la mairesse d’Ascot Corner, Nathalie Bresse, souhaite que ce soit le début d’une intervention substantielle. « Ça, c’est la solution plasteur ». Elle rappelle que la municipalité a proposé plusieurs alternatives comme l’ajout d’un carrefour giratoire, l’installation de feu de circulation, d’une voie de protection, en précisant qu’elle était ouverte à toute autre mesure pour améliorer la sécurité. Dominique Gosselin, conseillère en communication au MTQ, a précisé dans notre édition précédente, qu’une étude plus approfondie allait se mettre en branle et viserait à déterminer les interventions qui seraient appropriées à réaliser sur la route 112 d’Ascot Corner à East Angus. Les résultats sont attendus pour 2020. De son côté, Mme Bresse n’a pas l’intention d’attendre bien longtemps. « À partir de janvier, je vais les appeler tous les mois. Je ne veux pas attendre à la fin de 2020 pour que le projet soit réalisé en 2022 », assure-t-elle.

Découvrir et savourer le Haut-Saint-François

Nous apercevons les membres du comité organisateur en compagnie des conférenciers. De gauche à droite, nous retrouvons Marc-Sylvain Pouliot, conseiller en développement agroforestier au CLD, Nathalie Bresse, mairesse d’Ascot Corner, Maurice Doyon, conférencier, Henri Lemelin, ex-président de l’UPA du Haut-Saint-François, Jean-Paul Gendron, président de l’Agence de la forêt privée de l’Estrie, Sylvain Rajotte, conférencier, et Stéphane Leblanc, de la Commission scolaire des Hauts-Cantons.

Près d’une cinquantaine de personnes regroupant des décideurs politiques et des principaux acteurs socio-économiques du Haut-Saint-François ont pris le temps de parler et de goûter l’agriculture du territoire lors de la Tablée du PDZA (Plan de développement de la zone agricole), qui se déroulait récemment à la salle Guy-Veilleux de Cookshire-Eaton.


L’initiative organisée par le comité du PDZA visait à regrouper tout ce beau monde pour discuter et échanger sur les enjeux des secteurs agricole et forestier. Robert Roy, préfet de la MRC, souligne que le PDZA du Haut-Saint-François est le premier à regrouper la forêt et l’agriculture.


D’ailleurs, les tables étaient soigneusement mises pour diffuser toute l’information pertinente permettant aux convives d’avoir une bonne idée de l’importance de ces deux secteurs d’activités que ce soit en termes d’emplois, d’investissements et de revenus. Le napperon, pour commencer, présentait diverses statistiques sur la forêt et l’agriculture. On y mentionnait, entre autres, que le couvert forestier correspond à 83 % du territoire de la MRC et que cette industrie génère 31 % des emplois du secteur industriel. On dénombre 2 271 propriétaires forestiers dont 840 sont reconnus producteurs forestiers. Il est également mentionné que 41 % du territoire forestier est certifié FSC (Forest Stewardship Council), 3 forêts anciennes et 9 forêts refuges. En outre, un petit jeu, qu’on appelle les quatre coins, était remis aux participants. Huit questions étaient posées avec les réponses à l’intérieur. On pouvait découvrir notamment que le nombre d’usines de première transformation en sciage dans la MRC est de 7 cumulant plus de 170 emplois. Au secteur agricole, il était indiqué que la MRC dénombre 796 producteurs pour 470 entreprises agricoles, dont 29 en mode biologique représentant plus de 24 000 hectares en culture qui ont généré 92 M$ en revenus. S’y ajoutaient des données indiquant qu’on retrouvait sur notre territoire 14 fermes aquacoles pour 61 % des ces entreprises en Estrie, 151 fermes vaches-veaux pour 28 % de ce secteur estrien incluant 30 % de la production estrienne de bouvillons avec plus de 1 900 têtes en inventaire. On y faisait également part de la production porcine, acéricole sans oublier les arbres de Noël avec 43 entreprises produisant 37 % de la production estrienne.


Ce n’est pas tout. Les participants ont véritablement savouré l’agriculture d’ici par des produits provenant de la Fromagerie P’tit Plaisir, la Ferme Ô P’tits soins, Ferme le Sabot d’or, Domaine des Chasseurs, Charcuterie Scotstown, Ferme Coop Point du jour, Boucherie Blouin, Ferme du Coq à l’Âne, l’Érablière Tradition d’Antan et Ô Jardins d’Églantine. Tous ces produits ont été soigneusement agencés par le traiteur l’Orchidée. Les produits brassicoles de la Brasserie 11 comtés et Cidrerie Verger Ferland agrémentaient le tout. Mathieu Garceau-Tremblay, maître brasseur, expliquait les divers produits dégustés au cours du repas.


Conférenciers
Deux conférenciers spécialisés dans leur domaine respectif ont mis en évidence l’impact de la forêt et de l’agriculture dans le développement économique de la MRC. Sylvain Rajotte, ingénieur forestier, directeur général d’Aménagement forestier et agricole des Sommets, a présenté un portrait de la forêt. Il a mis en évidence divers éléments que ce soit en termes d’entreprises, d’emplois directs et indirects en lien avec l’importance de la forêt comme potentiel de développement économique du territoire. Lançant à la blague que le Haut-Saint-François était la capitale forestière du Québec, le conférencier s’est ravisé en soutenant que le territoire était certainement parmi les cinq plus importants.


Maurice Doyon, Ph. D., originaire de Saint-Isidore-de-Clifton, professeur titulaire du Département d’économie rurale de l’Université Laval, a fait part de deux recherches sur l’importance régionale et les enjeux de l’agriculture comme les marchés de proximité et le commerce électronique. En se basant sur la recherche, il mentionne que les fermes familiales contribuent de façon importante à la stabilité de l’économie rurale et que celles sous gestion de l’offre notamment les productions d’œufs, de poulet et des produits laitiers comptent pour une partie importante de cette contribution économique. Il souligne l’importance de la gestion de l’offre comme moyen d’assurer une stabilité des revenus.


Les participants ont appris beaucoup au cours de la soirée, mais ils ont également été invités à contribuer en répondant à une question à savoir ce que les municipalités pouvaient mettre de l’avant pour favoriser le développement des secteurs agricole et forestier du territoire. Les réponses viendront bonifier le sondage qui a été effectué auprès de 11 municipalités visant à mieux connaître les initiatives et les enjeux relatifs aux secteurs de l’agriculture et de la foresterie sur le territoire.


Mentionnons que le député de Mégantic, François Jacques, a participé à la tablée et que Marie-Claude Bibeau, députée de Compton-Stanstead, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, a effectué un bref passage en début de soirée.

Une rencontre jugée satisfaisante par son président Lussier et la mairesse Lapointe

Finalement, la rencontre impliquant le président de Valoris, Steve Lussier, le vice-président et préfet de la MRC du Haut-Saint-François, Robert Roy, avec la mairesse de Cookshire-Eaton, Sylvie Lapointe, les conseillers Louise Gosselin, Mario Gendron et du directeur général de la municipalité, Martin Tremblay, a eu lieu. Les deux parties semblent satisfaites des échanges et ont qualifié la rencontre de productive et constructive.


Rappelons que la mairesse de Cookshire-Eaton était montée aux barricades en août dernier, dénonçant une rencontre prévue avec le président de Valoris et qui avait été annulée à la dernière minute. Cette fois semble avoir été la bonne.


M. Lussier a rassuré les représentants de Cookshire-Eaton qu’il comprenait très bien les inquiétudes des élus et qu’il recevait leurs demandes. Il en a profité pour réitérer que le tarif du traitement des matières chez Valoris pour les municipalités membres ne changerait pas de l’indexation de 2 % qui avait déjà été annoncée. Il sera donc fixe pour 12 mois à 241 $ la tonne à compter du 1er janvier 2020. M. Lussier a profité de l’occasion pour préciser que le budget et le plan de redressement de Valoris seront présentés aux élus le 6 novembre.


« Valoris continue de faire du travail rigoureux pour permettre aux municipalités de planifier la gestion de leurs matières résiduelles de manière responsable. L’équipe en place éclaire le conseil d’administration sur les actions à poser à court, moyen et long terme. C’est fini l’ère de l’improvisation et de la culture de dernière minute. Nous savons à quel point il est important pour les municipalités d’avoir la bonne information pou la préparation de leurs budgets », de préciser M. Lussier.


Il ajoute que « Valoris a souvent été accusée d’avoir été trop vite dans certains dossiers; nous ne ferons pas la même erreur deux fois. Les gens en place chez Valoris font un travail remarquable pour nous permettre d’avoir un maximum d’informations pour prendre des décisions éclairées. De plus, Valoris n’a jamais donné autant d’informations sur ses opérations, mais il faut être prudent, car Valoris évolue dans un monde industriel. »


Du côté de Cookshire-Eaton, on était satisfait de la rencontre. Ils trouvaient important de faire le point avec le président, le vice-président et la direction générale afin d’avoir davantage d’informations. Mme Lapointe s’est dite consciente qu’il restait du travail à faire du côté de Valoris et ne cachait pas sa hâte d’en apprendre davantage le 6 novembre.

Entente d’un test pilote chez Valoris

Nous retrouvons de gauche à droite François Thibault, directeur chez Valoris, Simon Bergeron, de 3R Valorisation, Denis Gélinas, directeur général de Valoris, Réjean Pellerin, de Valoris, et Lior Azerad, de 3R Valorisation.

Un test pilote sur la ligne de tri CRD (Construction, rénovation, démolition) comprenant 15 000 tonnes de matériaux non contaminés se déroulera chez Valoris à Bury. L’entente avec une filiale de l’entreprise 3R Valorisation de Montréal prévoit acheminer plus de 15 000  tonnes métriques de matériaux CRD pendant 20 semaines.


L’entente avec l’entreprise spécialisée dans la récupération et le traitement de matériaux de construction secs mixtes pourrait déboucher sur un contrat ferme. L’objectif de la démarche est double. D’abord, valider le fonctionnement opérationnel de la ligne de tri CRD de Valoris en fonction du type et du tonnage des matériaux acheminés. Le second est de valider les paramètres opérationnels et financiers d’une entente potentielle avec la firme 9404-7644 Québec Inc., entreprise filiale de 3R Valorisation de Montréal pour un volume entre 90 000 et 100 000 tonnes par année pour une durée variant entre 4 et 5 ans, et cela dès le début de 2020.


« C’est une belle nouvelle pour Valoris. Il a déjà plusieurs semaines que nous travaillons sur cette entente. Il s’agit d’une belle opportunité pour démontrer la valeur ajoutée de Valoris dans la valorisation des matières résiduelles. Ce test pilote nous aidera aussi à voir plus clair dans les différentes possibilités de relance pour Valoris », d’indiquer le directeur général intérimaire de Valoris, Denis Gélinas.


Aucun enfouissement
Valoris assure qu’aucune matière ne sera enfouie au cours du projet pilote. Une fois les matériaux triés, l’entreprise les transportera vers ses clients pour les valoriser. Aucun résidu ultime issu de ce traitement de matériaux CRD ne sera enfoui chez Valoris, précise-t-on. « La gestion des matériaux secs mixtes provenant de divers projets de construction, rénovation et démolition comporte son lot de défis. La mission de Valoris qui est de valoriser le maximum de matières pour éviter de les enfouir rejoint parfaitement notre vision corporative. En ce moment, nous revalorisons 95 % de la matière et détournons celle-ci de l’enfouissement. Notre partenariat avec Valoris nous permettra d’être encore plus performants dans ce domaine », conclut le représentant de 9404-7644 Québec Inc., Simon Bergeron.

©2020 Journal Le Haut-Saint-François